Que s’est-il passĂ© en Europe un mois de septembre ? L’occasion de se rappeler ou de commĂ©morer les Ă©vĂšnements importants qui ont marquĂ© l’Histoire de l’Europe, dans sa grandeur autant que dans ses crises et ses malheurs.

Les fĂȘtes « nationales » tout d’abord : la Slovaquie, membre du Groupe de Visegrad, cĂ©lĂšbre sa « fĂȘte de la Constitution » de 1992 le 1er septembre (FĂȘte Nationale le 1er janvier). La MacĂ©doine cĂ©lĂšbre sa FĂȘte de l’IndĂ©pendance le 8 septembre (8 septembre 1991, la MacĂ©doine se sĂ©pare de l’ex-Yougoslavie), et Malte la sienne le 21 septembre (le 21 septembre 1964, Malte acquiert son indĂ©pendance de la Grande Bretagne).

Septembre a aussi vu dĂ©filer des Ă©vĂšnements majeurs pour l’Europe :

– Le 14 septembre 1351, Winrich von Kniprode est Ă©lu Grand MaĂźtre de l’Ordre Teutonique. Son « mandat » marque l’apogĂ©e des Chevaliers Teutoniques et leur domination Ă  l’Est.

– Le 22 septembre 1499, la Suisse arrache son indĂ©pendance au Saint Empire
 et le 14 septembre 1515, aprĂšs la cĂ©lĂšbre bataille de Marignan, sa neutralitĂ© est reconnue. Jusqu’à aujourd’hui. Quinze ans Ă  peine pour passer de l’indĂ©pendance Ă  la neutralitĂ©, voilĂ  une rĂ©ussite et une vision politique encore inĂ©galĂ©es


– Le 19 septembre 1648, Blaise Pascal dĂ©couvre le vide suite Ă  une expĂ©rience sur le Puy de DĂŽme. MathĂ©maticien, physicien, philosophe et jansĂ©niste aussi, Pascal est Ă©galement l’auteur des « PensĂ©es » en 1669. Sa dĂ©couverte du « vide » un 19 septembre ne peut que laisser rĂȘveur et affligĂ© que celui-ci se soit tant rĂ©pandu dans les pensĂ©es de nos politiques


– Le 24 septembre 1724, Louis XV crĂ©e la Bourse de Paris, premier temple de la Finance. Cette Bourse, devenue Euronext le 22 septembre 2000, nous donne le niveau du CAC 40 tous les jours, et a Ă©tĂ© dĂ©localisĂ©e dans la banlieue de Londres
 Triste fin, triste capitalisme internationalisĂ© et mondialisĂ©.

– Le 21 septembre 1792, la RĂ©publique est proclamĂ©e par la Convention nationale, et la royautĂ© abolie. DĂ©but du calendrier rĂ©volutionnaire : An I de la RĂ©publique. Jour de deuil pour les monarchistes, triomphe des LumiĂšres. Un bain de sang commence.

– Le 5 septembre 1905, aprĂšs le dĂ©sastre naval de Tsushima, le traitĂ© de Portsmouth met fin Ă  la guerre russo-japonaise. Pour la premiĂšre fois, une puissance occidentale est vaincue par une puissance asiatique. DĂ©but d’une longue sĂ©rie
 en attendant la suivante ?

– Le 18 septembre 1914, la Home Rule accorde une premiĂšre indĂ©pendance, limitĂ©e, Ă  l’Irlande. La guerre menĂ©e par le Sinn Fein puis par l’IRA durera jusque dans les annĂ©es 2000. Triste histoire. Pauvre Irlande.

– Le 30 septembre 1938, ce sont les accords de Munich avec Hitler, Chamberlain (GB) et Daladier (France). Ou quand la lĂąchetĂ© des uns fait le bonheur de l’autre.

– 27 septembre 1940, signature du Pacte Tripartite entre l’Allemagne, l’Italie et le Japon. L’Union soviĂ©tique aurait Ă©tĂ© envisagĂ©e pour rejoindre cette alliance de circonstances.

– 17 septembre 1948, le comte Folke Bernadotte, mĂ©diateur de l’ONU chargĂ© du (premier) dossier israelo-palestinien, suite Ă  la rĂ©cente crĂ©ation de l’État d’IsraĂ«l le 14 mai, est assassinĂ© par des membres du groupe terroriste Stern, le plus radical des mouvements armĂ©s juifs. Folke Bernadotte avait pourtant Ă©tĂ© l’homme qui avait fait libĂ©rer 15 000 prisonniers des camps de concentration pendant la guerre. Assassinat oubliĂ© et impuni qui rappelle les origines terroristes de l’État d’IsraĂ«l. Triste mĂ©moire. Triste histoire.

Rendez-vous en octobre pour en connaütre l’histoire et ses vicissitudes


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.