Il y a des dates dans l’Histoire qui renseignent plus que d’autres sur l’avenir des peuples et les sacrifices dont certains hommes sont capables.

Le 30 avril 1863, le Capitaine Danjou Ă  la tĂȘte d’une soixantaine de lĂ©gionnaires, rĂ©siste jusqu’à la mort aux troupes libĂ©rales mexicaines. L’aventure aberrante de NapolĂ©on III au Mexique s’achevait dans le sang au prix d’un exploit qui devenait la date commĂ©morative de la LĂ©gion EtrangĂšre française. Mourir pour quoi ? Mourir pour qui ? Qu’allait faire la France au Mexique au-delĂ  du complexe impĂ©rialiste Ă  petit bras de NapolĂ©on le Petit ? Mourir sur ordre ; mourir par dĂ©fit ; mourir pour l’orgueil de son rĂ©giment ; mourir par idĂ©al ? Le sacrifice de la vie n’est-il pas encore plus grandiose lorsqu’il est inutile et sans justification ? Juste parce qu’on veut aller jusqu’au bout de ses idĂ©es et de son engagement. C’est la gloire des troupes d’élite que de mettre leur « peau au bout de leurs idĂ©es ».

La gloire et la mémoire de la Légion étaient nées.

Monument Camerone

Il y a 75 ans, le 30 avril 1945 Ă  15h30, Adolf Hitler se suicide en compagnie d’Eva Braun qu’il vient d’épouser, dans le bunker de la Chancellerie du Reich. Autour du bunker quelques centaines de combattants des dĂ©bris des divisions Charlemagne et Viking notamment, en grande partie composĂ©es d’étrangers Ă  l’Allemagne mais fidĂšles Ă  l’idĂ©al europĂ©en, meurent pour dĂ©fendre les derniĂšres rues qui mĂšnent Ă  la Chancellerie sous un dĂ©luge de feu, dans un dĂ©cor d’Apocalypse. Pour quoi ? Tout est fini depuis longtemps. Pour qui ? Le FĂŒhrer est mort. Sacrifice inutile ? Terrible baroud d’honneur ? Sentiment que « la paix sera plus terrible que la guerre » comme l’avait proclamĂ© Goebbels ? Suicide collectif quand plus rien Ă  perdre que sa vie, sa derniĂšre richesse devenue si prĂ©caire ? Le 2 mai, les derniers accrochages mettent fin aux combats pour Berlin.

La honte et une diabolique mĂ©moire s’abattaient sur ces morts impies.

Deux dates qui n’ont aucune commune mesure entre elles bien sĂ»r, mais qui en disent beaucoup sur la notion de sacrifice, d’engagement, d’honneur et de fidĂ©litĂ© Ă  une certaine idĂ©e de la mission des Hommes pour dĂ©fendre leurs identitĂ©s et leurs valeurs quelles qu’elles soient. IdentitĂ©s rejetĂ©es, valeurs inversĂ©es qui font de Camerone ou de la chute de Berlin des comportements dĂ©passĂ©s, mĂ©prisĂ©s, honnis pour les sacrifices Ă  Berlin, ringardisĂ©s et moquĂ©s. Le courage gratuit n’a plus court, le don de sa vie non plus. Seul compte l’intĂ©rĂȘt Ă©goĂŻste et la sacralisation de l’individu.

Nos sociĂ©tĂ©s de la facilitĂ©, de l’aisance, du confort, de l’exigence individualiste, ont ravalĂ© l’homme au niveau de ses seules prĂ©occupations consommatrices et Ă©conomiques.

Les trois-quarts de siĂšcle qui nous sĂ©parent du bĂ»cher berlinois doivent bien sĂ»r nous rappeler toutes les horreurs qui ont prĂ©sidĂ© Ă  cette fin apocalyptique, tout en oubliant pas les valeurs d’engagement et de fidĂ©litĂ© Ă  un idĂ©al – quel qu’il fĂ»t – qui ont transcendĂ© le sacrifice de quelques-uns, peut-ĂȘtre pour la derniĂšre fois dans l’histoire de l’Europe.

Y a-t-il de bons sacrifices, Ă  commĂ©morer, et de mauvais sacrifices, Ă  mĂ©priser, selon les opinions politiques des uns ou des autres ? Pourquoi y a-t-il des morts vĂ©nĂ©rĂ©s et des morts haĂŻs si tous les hommes se valent comme nous l’a appris la DĂ©claration Universelle des Droits de l’Homme en 1948 ?

Y a-t-il un « bon » courage et un « mauvais » courage, ou y a-t-il seulement une seule vertu du courage, sans lien aucun avec de quelconques opinions ?

Triste ou glorieux 30 avril, la date reste entourĂ©e de drames et d’angoisses futures, et ce n’est pas un virus qui soutiendrait le contraire.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires