« À la guerre comme ailleurs
“la raison du plus fort est toujours la meilleure” 
»

Entretien avec Louis-Christian Gautier, auteur de D’Omaha Beach aux Ardennes, deux coups de dĂ© pour une victoire et un Ă©chec (Ă©ditions Dualpha)

(propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

Pourquoi juxtaposer le dĂ©barquement amĂ©ricain du 6 juin 1944 sur Omaha Beach et la contre-offensive allemande lancĂ©e le 16 dĂ©cembre de la mĂȘme annĂ©e dans les Ardennes ?

MĂȘme si le proverbe populaire dit que “comparaison n’est pas raison”, rapprocher certains faits historiques – surtout si personne ne l’a fait jusque-lĂ  – permet de leur donner un Ă©clairage nouveau et Ă©ventuellement d’entamer une nouvelle rĂ©flexion Ă  leur sujet. Dans le cas prĂ©sent, l’on est confrontĂ© Ă  deux opĂ©rations minutieusement prĂ©parĂ©es dont le dĂ©roulement n’a pas Ă©tĂ© celui prĂ©vu, et oĂč le comportement de troupes, sinon “d’élite”, du moins solides, a Ă©tĂ© dĂ©terminant pour la conclusion. Enfin, et ce n’est pas original, on voit qu’à la guerre comme ailleurs “la raison de plus fort est toujours la meilleure”.

Le dĂ©barquement alliĂ© en Normandie comme la contre-attaque allemande de l’automne 1944 ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© abondamment traitĂ©s pourtant


C’est vite dit, car traitĂ© – mĂȘme sĂ©rieusement, ce qui n’est pas toujours le cas – ne signifie pas Ă©puisĂ©. Ainsi en ce qui concerne Omaha Beach, je me suis appuyĂ© sur une publication en langue anglaise d’un auteur particuliĂšrement qualifiĂ© (Adrian R. Lewis) puisque Ă  la fois universitaire et officier amĂ©ricain et dont les travaux, originaux, sont a priori ignorĂ©s du public français.

Quant aux Ardennes, j’ai actualisĂ© le mĂ©moire d’un groupe d’études (auquel j’appartenais) d’une Ă©cole militaire française et qui doit depuis des dĂ©cennies dormir dans ses archives, si tant est qu’il n’ait pas disparu. Il y est en particulier prĂ©sentĂ© le point de vue, original, d’un professeur d’histoire de l’AcadĂ©mie royale militaire belge (Henri Bernard), ayant par ailleurs servi dans l’armĂ©e britannique au moment des Ă©vĂ©nements, qui ramĂšne les opĂ©rations autour de Bastogne Ă  leurs justes proportions. Enfin, j’ai ajoutĂ© Ă  titre de document le tĂ©moignage brut de mon propre PĂšre, qui servait alors sous l’uniforme amĂ©ricain (mais dans une unitĂ© française), et dont le rĂ©cit n’était jusqu’ici pas sorti des archives familiales.

Et comme les publications du type rapport d’état-major m’ennuient profondĂ©ment, je me suis efforcĂ© de faire de la « bonne vulgarisation ».

D’Omaha Beach aux Ardennes, deux coups de dĂ© pour une victoire et un Ă©chec de Louis-Christian Gautier, 268 pages, 31 euros, Ă©ditions Dualpha, collection « VĂ©ritĂ©s pour l’Histoire », dirigĂ©e par Philippe Randa. Pour en savoir plus, cliquez ici.

D’Omaha Beach aux Ardennes, deux coups de dĂ© pour une victoire et un Ă©chec de Louis-Christian Gautier, Ă©ditions Dualpha.

D’Omaha Beach aux Ardennes, deux coups de dĂ© pour une victoire et un Ă©chec de Louis-Christian Gautier, Ă©ditions Dualpha.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.