« La vĂ©ritĂ© affichĂ©e et professĂ©e n’est effectivement,
bien souvent, que du vent ! »

Entretien avec Yves Baeckeroot, auteur de 1944-1945 : assassinats et crimes franco-français (éditions Dualpha)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

 

1944 : alors que l’assaut final sur l’Allemagne est en cours de rĂ©alisation, que se passe-t-il en France ?

Les chicaneries gauloises vont-elles disparaĂźtre, s’attĂ©nuer ou reprendre de plus belle ? HĂ©las le pire va encore se produire !

La carriĂšre de Charles De Gaulle n’avait pu avancer bien souvent avant la guerre que grĂące Ă  l’intervention de Philippe PĂ©tain. Sa suffisance impose Ă  ses subalternes une discipline implacable, mais lui n’en accepte aucune quand il doit s’y plier. C’est l’homme qui continuera de changer de protecteurs suivant les alĂ©as durant la guerre. De militaire, il s’est transformĂ© en romancier, n’hĂ©sitant pas Ă  falsifier le texte initial, sans aucun avertissement pour le lecteur, quand il se rendra compte de ses insuffisances dans la technique du combat.

Charles De Gaulle n’a pas Ă©tĂ© un militaire Ă  la hauteur ?

En dĂ©pit des Ă©loges qui lui seront attribuĂ©s, il s’avĂ©rera avoir Ă©tĂ© « un piĂštre militaire », comme le remarquera l’allemand Guderian. Qu’importe la rĂ©alitĂ©, protĂ©gĂ© par le PrĂ©sident du Conseil, il obtiendra alors le droit de conduire la contre-attaque, mais ne fera que rĂ©pĂ©ter les pires erreurs de la guerre prĂ©cĂ©dente. Son incapacitĂ© lui vaudra le droit d’intĂ©grer un ministĂšre oĂč il montrera sa suffisance et l’intĂ©gralitĂ© de son incompĂ©tence. Sa proposition de soumission de la France Ă  l’Angleterre ayant Ă©chouĂ©, il quittera la France dans les bagages d’un « espion » anglais pour devenir le porte-voix d’un Winston Churchill avec ses affirmations mensongĂšres contre son propre pays.

L’Angleterre, soi-disant alliĂ©e, nous a « foutus dans le pĂ©trin ». Pendant deux annĂ©es, elle va devenir notre ennemi, coulant notre marine en cours de dĂ©sarmement lors d’un tir au pigeon naval ou essayant de provoquer une reprise de la guerre de la part de l’Allemagne.

L’Angleterre aurait attendu la dĂ©faite du IIIe Reich pour pouvoir effectuer un nouveau partage du Monde au dĂ©triment de la France ?

Oui, et pourtant, ce sera ce pays vaincu par la foudroyante attaque allemande qui va venir au secours du monde. Cette portion de l’armĂ©e française qui a Ă©chappĂ© aux camps de prisonniers, mĂȘme si elle va ĂȘtre scindĂ©e entre une minuscule France Libre et la France Éternelle, va prouver que notre pays existe toujours. Quand les Anglais se feront surtout remarquer par leurs capitulations, nos lĂ©gionnaires vont se couvrir de gloire Ă  Bir Hakeim – Hitler, lui-mĂȘme reconnaĂźtra leurs exploits et n’exigera pas l’application des lois de la guerre contre ces « francs-tireurs » – et les rezzous de la colonne Leclerc deviendront cĂ©lĂšbres. Quant Ă  l’ArmĂ©e d’Afrique reconstruite par Weygand Ă  partir des dĂ©bris encore existant en Afrique, elle se couvrira de gloire lors des combats de Medjez-el-Bab. Avec ses seules armes, souvent dĂ©suĂštes voire obsolĂštes, elle arrĂȘtera la progression allemande en Tunisie, offrant Ă  notre pays un acte de rĂ©sistance face aux nazis comparable Ă  celui que mĂšneront, vaille que vaille, les gouvernements du MarĂ©chal PĂ©tain en mĂ©tropole, dans la « zone libre ». Ce sera cette ArmĂ©e d’Afrique, rĂ©Ă©quipĂ©e par les AmĂ©ricains, Ă  laquelle s’adjoindront les quelques Ă©lĂ©ments de la France Libre – exception faite de la colonne Leclerc – qui se couvriront encore de gloire en Italie quand les Anglo-amĂ©ricains se trouveront bloquĂ©s et sans solution !

Alors que les AlliĂ©s dĂ©barquĂ©s en Normandie resteront les maĂźtres d’Ɠuvre de cette reconquĂȘte, qu’en sera-t-il de la vague venant de l’Afrique du Nord, via la MĂ©diterranĂ©e ?

Les Américains qui ont vu la valeur des « Africains » en Italie vont largement laisser faire le général de Lattre de Tassigny.

Mais pourquoi Juin a-t-il été mis au placard par De Gaulle ?

Notre gĂ©nĂ©ral autoproclamĂ©, en rĂ©alitĂ© colonel s’est toujours senti mal Ă  l’aise avec son major de promotion Ă  Saint-Cyr qui, lui, a gagnĂ© ses Ă©toiles dans l’action et non pas grĂące aux « protections d’un MarĂ©chal de France ».

Cette ArmĂ©e d’Afrique sera-t-elle rĂ©compensĂ©e pour sa reconquĂȘte rapide de la mĂ©tropole ?

Ces Africains, largement « marĂ©chalistes », comme ils l’avaient prouvĂ© lors du dĂ©filĂ© Ă  Tunis, seront oubliĂ©s toutes les fois que notre « pseudo gĂ©nĂ©ral » le pourra. Est-ce normal pour ces valeureux trouble-fĂȘtes ? Ce seront les hommes du gĂ©nĂ©ral de Lattre qui intĂšgreront les maquis et transformeront en soldats vaillants et courageux ceux qui avaient pris la clandestinitĂ© pour des raisons diverses. Une fois le travail effectuĂ©, comme pour Juin aprĂšs la bataille d’Italie, le gĂ©nĂ©ral de Lattre devra cĂ©der la place Ă  un protĂ©gĂ© de de Gaulle – mĂȘme si le remplaçant avait quelque valeur.

De Lattre sera ulcĂ©rĂ© par le comportement de certains Français qui ont oubliĂ© trĂšs facilement la signification du mot « patriotisme ». Mais l’exemple ne venait-il pas encore une fois d’en haut
 oĂč la bassesse Ă©tait presque une institution ?

Avec un demi-siÚcle de bourrage de crùne et de falsification, à plus ou moins grande échelle, de la véritable histoire, les mensonges ne perdurent-ils pas encore ?

Nous voyons assez facilement les pailles dans l’Ɠil de nos alliĂ©s : les AmĂ©ricains ont eu leurs « Peaux Rouges » qu’ils ont Ă©liminĂ©s ou quasiment. Les Français vont nous faire un copiĂ©-collé : les hĂ©ros seront tous des rĂ©sistants. Mais Ă©taient-ce des « hĂ©ros » ou simplement des « zĂ©ros » ? Que ce soit l’un ou l’autre, ils auront droit aux Ă©loges, voire Ă  la fortune. La simple mise en doute de leur comportement pourra se traduire par une mise Ă  mort du contradicteur. Qu’importe s’il avait raison, une fois la sentence exĂ©cutĂ©e, pour ces mortels, il n’y aura pas de rĂ©surrection !

À la fin des guerres de Religion, la France a eu son Henri IV, trouverons-nous un Ă©quivalent Ă  la fin de l’Occupation ?

Mais Ă  qui la faute ? À Philippe PĂ©tain ? Le MarĂ©chal est prĂȘt Ă  cĂ©der la place, mĂȘme Ă  l’homme qui l’a trahi. Avons-nous quelques traces laissĂ©es par De Gaulle et ses complices vis-Ă -vis de quelques vellĂ©itĂ©s de pardons rĂ©ciproques ? Les trop rares cas trouveront leurs explications avec l’appartenance Ă  une quelconque loge maçonnique. La vengeance des rĂ©sistants vĂ©ritables ou de la derniĂšre heure ne trouvera-t-elle pas sa raison d’ĂȘtre dans les motifs les plus vils de la politique purement française et non pas liĂ©e Ă  leur comportement face Ă  l’Allemagne ?

Que trouvons-nous dans le bourrage de crùne actuel sur cette période douloureuse de notre pays ?

Quelles sont les rĂ©actions aux affirmations qui nous sont proposĂ©es ? Ne sommes-nous pas en prĂ©sence, peut-ĂȘtre Ă  un degrĂ© attĂ©nuĂ©, d’un comportement comparable Ă  celui des dictatures du siĂšcle passé ? Par contre, le traĂźtre, tortionnaire des prisonniers français lors de la guerre d’Indochine sera honorĂ© par l’Université ! MĂȘme un demi-siĂšcle aprĂšs ces Ă©vĂšnements tragiques, le fait d’émettre ce genre d’opinion n’allant pas dans le « sens de l’histoire » ne vous condamne-t-il pas au pilori ? La vĂ©ritĂ© affichĂ©e et professĂ©e n’est effectivement, bien souvent, que du vent !
 et pour l’instant, il n’a pas encore tournĂ© et les puissances financiĂšres qui gouvernent le monde ne veulent surtout pas le voir tourner !

de 1944-1945 : assassinats et crimes franco-français (éditions Dualpha).

1944-1945 : assassinats et crimes franco-français (éditions Dualpha).

1944-1945 : assassinats et crimes franco-français, Yves Baeckeroot, Ă©ditions Dualpha, collection « VĂ©ritĂ©s pour l’Histoire », 477 pages, 25 euros. Pour le commander, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.