On s’achemine vers un Ă©vĂ©nement pas trĂšs rassurant. Le systĂšme est devenu tyrannique et voudrait coffrer les gens qui ne lisent pas Le Monde. Le satanique trio OTAN-BCE-Bruxelles veut imposer son Macron comme hier son JuppĂ©. Candidat du triangle magique Rothschild-Drahi-Soros, le vendeur d’Alstom est l’enclume rĂȘvĂ©e oĂč le marteau du capital mondialisĂ© aplatira ce qui reste de France libre.

La nouvelle caste cruelle qui se met en place sous le label d’europĂ©en ou de libĂ©ral-libertaire n’a plus peur des obstacles.

Guy Debord : « Il faut conclure qu’une relĂšve est imminente et inĂ©luctable dans la caste cooptĂ©e qui gĂšre la domination, et notamment dirige la protection de cette domination. En une telle matiĂšre, la nouveautĂ©, bien sĂ»r, ne sera jamais exposĂ©e sur la scĂšne du spectacle. Elle apparaĂźt seulement comme la foudre, qu’on ne reconnaĂźt qu’à ses coups. Cette relĂšve, qui va dĂ©cisivement parachever l’Ɠuvre des temps spectaculaires, s’opĂšre discrĂštement, et quoique concernant des gens dĂ©jĂ  installĂ©s tous dans la sphĂšre mĂȘme du pouvoir, conspirativement. Elle sĂ©lectionnera ceux qui y prendront part sur cette exigence principale : qu’ils sachent clairement de quels obstacles ils sont dĂ©livrĂ©s, et de quoi ils sont capables. »

Les obstacles dont on est délivrés, ce sont clairement les élections.

Il y a d’un cĂŽtĂ© le candidat de l’oligarchie. Celle-ci rĂ©tribue bien les traĂźtres et les sadiques qui organisent la division, l’invasion et la guerre pour tous – sauf pour la bourse et pour l’élite. Voyez Rasmussen (Otan) ou Barroso (Bruxelles) qui ont fini Ă  deux millions de dollars par an chez Goldman Sachs. Ces sommes d’ailleurs sont des gouttes d’eau dans l’ocĂ©an de dettes et de liquiditĂ©s.

Le reptilien Draghi vient de Goldman Sachs comme on sait ; aprĂšs avoir ruinĂ© son pays l’Italie, Mario se prĂ©pare Ă  anĂ©antir l’épargne europĂ©enne.

De l’autre cĂŽtĂ©, il y a la candidature populaire. Le candidat populiste est celui insultĂ© qui plaĂźt au peuple : Poutine en Russie, Trump en AmĂ©rique, Marine ou Fillon en France. Fillon a dĂ©plu parce qu’il incarne un lĂ©gitimisme paisible façon Charles X, la russophilie abhorrĂ©e, une rĂ©alitĂ© familiale (cinq enfants !!! les couples fantĂŽmes les excitent plus) et un catholicisme qui les rend fous, Ă  gauche comme Ă  Bruxelles. Marine incarne ce que l’on sait, une rage vieille de quarante ans, et on se doute que la conjugaison de ces deux forces destinĂ©es Ă  se battre pourrait dynamiter cet affreux systĂšme orwellien de guerre eurasienne et de terreur mĂ©diatique. Si seulement on pouvait avoir droit Ă  un ticket comme on dit en AmĂ©rique « Fillon-Marine » !

Guy Debord ajoutait (nous Ă©tions en 1988, en plein triomphe du mitterrandisme et de son obscĂšne culte idolĂątrique) : « À ce rĂ©sultat, on mesurera, plutĂŽt que le bonheur gĂ©nĂ©ral, la force redoutable des rĂ©seaux de la tyrannie. Jamais censure n’a Ă©tĂ© plus parfaite. Jamais l’opinion de ceux Ă  qui l’on fait croire encore, dans quelques pays, qu’ils sont restĂ©s des citoyens libres, n’a Ă©tĂ© moins autorisĂ©e Ă  se faire connaĂźtre, chaque fois qu’il s’agit d’un choix qui affectera leur vie rĂ©elle. Jamais il n’a Ă©tĂ© permis de leur mentir avec une si parfaite absence de consĂ©quence. Le spectateur est seulement censĂ© ignorer tout, ne mĂ©riter rien. »

Justement, on ne peut plus mentir. Plein de gens qui n’avaient pas accĂšs Ă  une information dĂ©gagĂ©e des ordres et contraintes de la caste dirigeante ont pu, grĂące Ă  Internet, se faire une idĂ©e plus nette de ceux qui la dirigent, et voter pour Donald Trump – quelle que soit sa maladresse, mais ce n’est pas la question, puisqu’ils veulent toujours lui faire la peau.

Le temps heureux de la désinformation facile est terminé, malgré les orientations de Google et Facebook.

Notre thĂ©orie de la vĂ©rification peut enfin calculer leur pratique de la conspiration. Aujourd’hui, on peut apprendre et cela les rend fous. L’Otan organise sa chasse aux sorciĂšres et se retrouve en guerre contre ceux qui s’informent au lieu de bĂȘler mĂ©chamment. Le renforcement de l’Otan montre le tournant fasciste europĂ©en, la volontĂ© de cette oligarchie de se dĂ©fendre mĂȘme militairement contre la protestation. Son utilisation est aussi intĂ©rieure qu’antirusse.

En attendant, prĂ©parez-vous Ă  des heures chaudes. La France de souche et bien Ă©levĂ©e, comme dit la journaliste chrĂ©tienne Gabrielle Cluzel, n’était plus habituĂ©e Ă  trop bouger. Elle se laissait marcher sur les pieds – et demandait pardon encore !

Par contre, la France des banques et des voyous (Chatelet), des discothĂšques et des bureaucrates, des nuits debout et des attentats rentables, est devenue folle et violente, et ne veut plus reculer. Voyez ce qui s’est passĂ© en Ukraine. La violence, la mort, la guerre, le dĂ©but de la guerre mondiale avec le coup d’État de la place Maidan filmĂ© par les drones de CNN. Ne croyez pas que cela ne vous arrivera pas. AprĂšs le ricanement, ils essaieront la tuerie.

Quant Ă  ce systĂšme, je lui conseille de se tempĂ©rer. Il s’en prend en ce moment Ă  trop de gens Ă  la fois.

Livres

Bonnal – Mitterrand le grand initiĂ©

Chatelet – Vivre et penser comme des porcs

Debord – Commentaires sur la SociĂ©tĂ© du Spectacle

Estulin – Les Bilderbergs

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.