Les 10 et 11 dĂ©cembre prochains, Ă  Marrakech au Maroc, Justin Trudeau entĂ©rinera, comme plusieurs de ses homologues Ă©trangers, le Pacte mondial pour des migrations sĂ»res, ordonnĂ©es et rĂ©guliĂšres de l’ONU.

Trudeau est Ă©videmment enchantĂ© par un tel traitĂ©, lui qui considĂšre l’immigration comme un droit inaliĂ©nable et qui, depuis son accession au pouvoir, fait la promotion d’un Ă©tat « post-national » et du mondialisme tous azimuts. Deux de ses ministres, Ahmed Hussen et Marie-Claude Bibeau, avaient signĂ© un texte dithyrambique sur cette initiative onusienne dans le magazine Maclean’s Ă  la fin septembre, parlant de la signature de ce traitĂ© comme un moment historique et expliquant que le Canada devait jouer un rĂŽle de leadership dans ce Pacte.

Le fait que par la signature de ce traitĂ© le Canada abdique une partie de sa souverainetĂ©, dĂ©jĂ  bien Ă©rodĂ©e par d’autres traitĂ©s, ne semble pas les Ă©mouvoir un seul instant. L’aspect antidĂ©mocratique d’un tel pacte ne les inquiĂšte pas davantage.

Le dĂ©putĂ© Maxime Bernier, qui dirige le Parti populaire du Canada, rĂ©cemment crĂ©Ă© d’une scission avec le Parti conservateur, exhorte quant Ă  lui Trudeau Ă  ne pas apposer sa signature sur ce document qui n’a rien d’innocent. Celui qui a appuyĂ© les politiques d’immigration massive de Stephen Harper durant des annĂ©es est devenu soudainement plus lucide sur la question. Dans une sĂ©rie de messages publiĂ©s sur Tweeter au dĂ©but novembre, Bernier note Ă  raison que l’objectif principal de ce traitĂ© « est de rendre la migration de millions de gens de pays pauvres et instables une chose normale qui doit ĂȘtre facilitĂ©e. »

En plus de faciliter la migration, « le Pacte engage le Canada Ă  dĂ©velopper toutes sortes de programmes pour gĂ©rer la migration, donner des services sociaux aux migrants, des droits Ă©gaux, leur trouver des emplois, empĂȘcher la discrimination, etc. En bref, dĂ©penser des milliards pour gĂ©rer une migration plus importante ». VoilĂ  en quoi consiste ce traitĂ©.

Et, en plus des consĂ©quences Ă©videntes que cela entraĂźnera au niveau dĂ©mographique et Ă©conomique, il y a aussi l’aspect dĂ©mocratique qui doit ĂȘtre pris en compte. Cet engagement, qui ne sera jamais soumis Ă  un vote ou un rĂ©fĂ©rendum, rĂ©duira davantage la libertĂ© d’expression des citoyens. Comme Bernier le mentionne, « un aspect trĂšs prĂ©occupant (objectif 17) du Pacte est qu’il engage les pays Ă  faire des campagnes de propagande pour changer la perception du public envers les migrants, « sensibiliser et Ă©duquer les mĂ©dias » et punir ceux qui sont vus comme intolĂ©rants envers les migrants. »

DĂ©jĂ  que Trudeau « cherche Ă  faire taire quiconque est en dĂ©saccord avec sa politique d’immigration de masse, » ce pacte signifiera une propagande accrue pour l’immigration ainsi qu’une rĂ©pression plus importante des dissidents. On ne peut vaincre les populistes dans les urnes comme l’ont dĂ©montrĂ© les diffĂ©rentes Ă©lections provinciales de cette annĂ©e, Trudeau se tournera donc vers la rĂ©pression.

Ce pacte, nouvel assaut mondialiste pour la promotion d’un monde sans frontiĂšres, ne sera pas signĂ© par les États-Unis, la Hongrie, l’Autriche, la RĂ©publique tchĂšque et la Bulgarie, qui vient de s’ajouter Ă  la liste des protestataires. Il semble que contrairement au Canada et Ă  la France, ces pays soient gouvernĂ©s par des gens dotĂ©s d’une certaine luciditĂ©.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires