Union europĂ©enne. L’Union europĂ©enne, qui veut sauver Ă  tout prix l’accord nuclĂ©aire iranien, a fait savoir qu’il enverrait sa Haute reprĂ©sentante, Federica Mogherini, Ă  Washington dĂ©but novembre pour plaider en faveur de ce compromis « crucial pour la sĂ©curitĂ© de la rĂ©gion ». Donald Trump, a refusĂ© de « certifier » l’accord conclu en 2015.

Le prĂ©sident du Conseil europĂ©en, Donald Tusk, a fait parvenir aux Vingt-huit, rĂ©unis jeudi 19 octobre Ă  Bruxelles, une « feuille de route ». Il faut « des solutions concrĂštes pour rĂ©pondre aux vrais problĂšmes des citoyens », note le prĂ©sident Tusk. La liste suit : l’immigration incontrĂŽlĂ©e, une mondialisation inĂ©quitable et des pays tiers jugĂ©s Ă©conomiquement prĂ©dateurs, Ă  l’image de la Chine. Hantise : la montĂ©e des populistes en Europe.

Allemagne. Le ministre de l’IntĂ©rieur allemand, Thomas de MaiziĂšre, un proche d’Angela Merkel, a provoquĂ© un dĂ©bat et un tollĂ© dans son camp conservateur, aprĂšs s’ĂȘtre interrogĂ© sur la pertinence d’un jour fĂ©riĂ© musulman dans le pays.

Avec 37-37,5 % des suffrages, les sociaux-dĂ©mocrates du SPD sont arrivĂ©s clairement en tĂȘte de l’élection rĂ©gionale en Basse-Saxe (nord). Avec 35 % pour la CDU, c’est une dĂ©faite de plus pour Angela Merkel et un coup dur avant les nĂ©gociations pour former le prochain gouvernement.

La prĂ©sence le 14 octobre Ă  la Foire du livre de Francfort de Björn Höcke, un des principaux dirigeants de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), venu assister Ă  la prĂ©sentation d’un livre de la maison d’édition Antaios, classĂ©e Ă  droite, a dĂ©clenchĂ© des incidents. La police a mĂȘme dĂ» intervenir pour sĂ©parer des protestataires rivaux.

Björn Höcke - AfD Alternative fĂŒr Deutschland

Björn Höcke – AfD Alternative fĂŒr Deutschland

Autriche. Victoire du Parti populaire autrichien (ÖVP) de Sebastian Kurtz avec 30,5 % des voix, suivi du parti populiste FPÖ avec 26,8 % des voix et le Parti social-dĂ©mocrate (SPÖ) avec 26,2 % des suffrages. Si Kurtz est quasi assurĂ© d’ĂȘtre le prochain chancelier, il est aussi probable qu’il devra gouverner avec les populistes du FPÖ.

Angleterre. Le torchon brĂ»le entre le Premier ministre, Theresa May, et son ministre des Affaires Ă©trangĂšres, Boris Johnson. Notamment au sujet du Brexit oĂč Johnson prend systĂ©matiquement le contre-pied du Premier ministre. Un remaniement serait en cours et Johnson passerait Ă  la trappe. C’est pas un mec qui va faire chier une gonzesse !

Espagne. Les indĂ©pendantistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart ont Ă©tĂ© « encabannĂ©s » par la juge Carmen Lamela pour avoir Ă©tĂ© les instigateurs de « manifestations contre l’application de la loi » et pour vouloir obtenir « la proclamation de la RĂ©publique catalane. »

Les « deux Jordi » – barbus, l’un rĂąblĂ©, l’autre mince – incarnent l’une des grandes singularitĂ©s de l’indĂ©pendantisme catalan : l’importance cruciale de la sociĂ©tĂ© civile dans ce qu’on appelle ici « el procĂ©s » (« processus ») devant mener Ă  une rĂ©publique de Catalogne.

RĂ©publique tchĂšque. Il a vu son immunitĂ© parlementaire levĂ©e aprĂšs des soupçons de dĂ©tournement de subventions europĂ©ennes, mais Andrej Babis reste le grand favori des Ă©lections lĂ©gislatives de cette fin de semaine. Son parti, l’ANO, prĂŽne le « non » quand il s’agit d’accueillir des migrants ou d’entrer dans la zone euro.

L’homme a Ă©rigĂ© un empire Ă©conomique autour de son groupe d’agro-industrie Agrofert et possĂšde plusieurs mĂ©dias dont la premiĂšre radio privĂ©e tchĂšque. À la tĂȘte de la deuxiĂšme fortune du pays, il se joue des frontiĂšres entre pouvoirs Ă©conomique, politique et mĂ©diatique.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.