Tim Carney, journaliste américain, souligne que le petit blanc de Pennsylvanie qui avait voté Obama en 2008 a voté Trump en 2016. Voilà pour le soi-disant racisme du petit blanc. Il restera chÎmeur non recensé.

Ceci dit, le vote des noirs en faveur de Clinton s’est montĂ© Ă  92 %. Le vote musulman en faveur de Hollande Ă©tait identique, 93 %, et c’est pour cela que Nicolas Sarkozy fut dĂ©fait. Les latinos votent dĂ©mocrate Ă  70 % et les Asiatiques aussi votent dĂ©mocrate (73 %), alors qu’on les prĂ©tend de droite.

Le PS observe la mĂȘme stratĂ©gie que le parti de la lointaine cousine de Hollande. Sarcler son Ă©lectorat de souche pour le remplacer par un Ă©lectorat de couleur, orange par exemple, celui qui veut mettre le prĂ©sident rĂ©publicain Ă  la porte au nom de la dĂ©mocratie et faire de Donald Trump un nouveau prĂ©sident ukrainien, un nouveau Ianoukovitch.

Car on est en dĂ©mocratie occidentale, c’est-Ă -dire que le candidat qui n’est pas dans la ligne de la clique des minoritĂ©s milliardaires et mondialistes doit ficher le camp.

Sachant en effet qu’une minoritĂ© vote Ă  90 % en votre faveur, vous avez grandement intĂ©rĂȘt Ă  la favoriser, Ă  la laisser grandir. Et vous serez rĂ©Ă©lu. Cela sonne comme une fable de La Fontaine. Selon que vous serez


Voici ce que dit le politiquement incorrect Emmanuel Todd au journal MĂ©diapart : « Les dĂ©mocrates sont les partisans d’une sociĂ©tĂ© post-dĂ©mocratique. La force Ă©lectorale de l’AmĂ©rique impĂ©riale reprĂ©sentĂ©e par Clinton est constituĂ©e d’un groupe supĂ©rieur assez massif croyant Ă  la globalisation, alliĂ© Ă  Wall Street et disposant d’un mercenariat Ă©lectoral captif, les minoritĂ©s. Le simple fait que les classes moyennes et le prolĂ©tariat noirs votent de la mĂȘme façon montre du reste que la question raciale n’est pas rĂ©solue. »

Alliance des minorités et du grand capital, du rapper black et de Soros (son nom veut dire cercueil en grec). Merci de nous le dire.

Todd encore : « Le pari dĂ©mocrate repose sur l’espoir d’une Ă©volution dĂ©mographique : l’importance des minoritĂ©s, alors que l’AmĂ©rique de Trump ne reposerait que sur une minoritĂ© blanche. Mais la rhĂ©torique des minoritĂ©s produit des effets de surmobilisation blanche (le corps Ă©lectoral est encore au 3/4 blanc). Les Noirs qui votent dĂ©mocrate votent contre leur intĂ©rĂȘt Ă©conomique. »

En effet, les Noirs ne savent pas qu’ils votent pour ceux qui les ruinent. Sous Obama-Yellen-Clinton, les 0.1 % les plus riches ont autant que les 90 % les plus pauvres.

Le problĂšme racial en AmĂ©rique a Ă©tĂ© Ă©tudiĂ© par Tocqueville (le noir est infantilisĂ©, l’indien marginalisĂ©). Il subsiste, comme le rappelle Emmanuel Todd : « La dĂ©mocratie amĂ©ricaine est une dĂ©mocratie raciale fondĂ©e sur la solidaritĂ© du groupe blanc contre les minoritĂ©s indienne et noire. La notion de race semblant indĂ©passable, la dĂ©sĂ©grĂ©gation issue des lois civiques a dĂ©stabilisĂ© le systĂšme dĂ©mocratique amĂ©ricain. Le Parti rĂ©publicain s’est redĂ©fini comme un parti blanc. »

Si le honni Donald est démissionné, ou se fait tuer, on célébrera ce haut fait comme une révolution orange américaine ; aprÚs « on » pourra reprendre les traités de commerce et atomiser la Russie.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.