« C’est du chantage, nous en avons assez. »

« La menace parisienne de suppression des subventions met en danger l’unitĂ© de l’UE », selon le Ministre des Affaires Ă©trangĂšres de Hongrie

Hongrie – Dans un entretien donnĂ© à Die Presse, le ministre hongrois des Affaires Ă©trangĂšres, PĂ©ter SzijjĂĄrtĂł, a attaquĂ© son homologue français Jean-Yves Le Drian, rejetant les accusations portant sur le soi-disant « manque de solidarité » Ă  l’échelle europĂ©enne, et estimant que les propos – « le chantage » – du ministre français mettaient en danger l’unitĂ© de l’Union europĂ©enne.

PrĂ©sent Ă  un sommet informel de l’UE Ă  Vienne, le ministre hongrois des Affaires Ă©trangĂšres, PĂ©ter SzijjĂĄrtĂł, a dĂ©clarĂ© au grand journal autrichien Die Presse que contrairement aux assertions de son homologue français Jean-Yves Le Drian, la Hongrie (tout comme la Pologne, Ă©galement dans le viseur) agit de « maniĂšre absolument solidaire, » rappelant que l’État hongrois a dĂ©pensĂ© plus d’un milliard d’euros pour sĂ©curiser sa portion des frontiĂšres extĂ©rieures, Ă©galement frontiĂšre de l’espace Schengen. « Si nous ne l’avions pas fait, des centaines de milliers de migrants supplĂ©mentaires se seraient introduits dans l’UE, » rappelle M. SzijjĂĄrtĂł.

Lorsque le journaliste autrichien lui demande si le temps est venu pour la Hongrie de « se modĂ©rer, » le ministre hongrois rĂ©pond sĂšchement que « c’est un chantage anti-europĂ©en de la part du ministre français des Affaires Ă©trangĂšres. Nous en avons assez de ce que certains dĂ©crivent les choses comme si l’Europe centrale recevait les fonds europĂ©ens comme une aide humanitaire ou un signe de gĂ©nĂ©rositĂ© de l’Europe occidentale. Ce n’est pas Ă  sens unique. Lors de son adhĂ©sion Ă  l’UE, la Hongrie a ouvert ses marchĂ©s. Des entreprises autrichiennes et allemandes ont fait d’énormes profits, » balayant l’idĂ©e reçue, mainte fois dĂ©montĂ©e – notamment par l’économiste Thomas Piketty – d’un Est profiteur de la gĂ©nĂ©rositĂ© dĂ©sintĂ©ressĂ©e de l’Ouest.

Par la suite, le ministre hongrois des Affaires Ă©trangĂšres prĂ©vient que les nĂ©gociations sur le budget de l’UE pour le cycle 2021-2027 vont ĂȘtre « une vĂ©ritable lutte », insistant sur le fait que « ceux qui comme Le Drian veulent introduire des critĂšres subjectifs pour le versement de fonds de cohĂ©sion, mettent en danger l’unitĂ© de l’Union europĂ©enne. »

Pour PĂ©ter SzijjĂĄrtĂł, ces oppositions sont liĂ©es Ă  la question de l’immigration, « et ceux qui ne sont pas prĂȘts Ă  partager l’approche hypocrite et politiquement correcte de la Commission europĂ©enne sont attaquĂ©s. »

Outre la question des rapports de la Hongrie Ă  George Soros, de ceux du Fidesz et du PPE, le journaliste Christian Ultsch a Ă©galement demandĂ© au ministre hongrois si un rapprochement Ă©tait en train de se mettre en place sur un axe Rome-Vienne-Budapest. Evasif, le ministre hongrois a expliquĂ© que les nouveaux gouvernements italien et autrichien Ă©taient en effet beaucoup plus proches de celui de la Hongrie, et la question migratoire pourrait bien les rapprocher encore. Enfin, alors que Die Presse l’interrogea sur l’opposition entre les gouvernements hongrois et italien sur la question de la rĂ©partition des clandestins [le gouvernement italien souhaite une rĂ©partition parmi les pays membres, et la Hongrie s’y oppose catĂ©goriquement], PĂ©ter SzijjĂĄrtĂł a rappelĂ© que le gouvernement hongrois Ă©tait d’accord avec le ministre de l’IntĂ©rieur Matteo Salvini, Ă  savoir « qu’aucun immigrant illĂ©gal ne doit pĂ©nĂ©trer sur le territoire de l’UE. Avant d’ajouter que « [la Hongrie aidera] volontiers l’Italie Ă  reconduire chez eux les migrants illĂ©gaux. »

Article paru sur le site VPost.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99