Hongrie – Entretien avec AndrĂĄs Schiffer : « l’intĂ©gration de l’Europe centrale dans l’UE fut une acquisition commerciale de l’Europe de l’Ouest », par Ferenc AlmĂĄssy.

Ferenc AlmĂĄssy s’est entretenu pour le VisegrĂĄd Post avec AndrĂĄs Schiffer, avocat et homme politique hongrois, ancien dĂ©putĂ© et prĂ©sident du parti Ă©cologiste de gauche LMP (La politique peut ĂȘtre diffĂ©rente).


Ferenc AlmĂĄssy : Je vous remercie d’avoir acceptĂ© notre invitation pour cette entrevue ! Vous avez dirigĂ© le parti Ă©cologiste hongrois LMP pendant des annĂ©es, pourtant il y a environ six mois vous avez dĂ©clarĂ© au site Mandiner* que vous n’ĂȘtes pas un libĂ©ral. Si vous n’ĂȘtes pas un libĂ©ral, alors vous ĂȘtes un « illibĂ©ral » ?

AndrĂĄs Schiffer : Balivernes ! Les identitĂ©s politiques du XXIe siĂšcle ne peuvent ĂȘtre dĂ©crites par celles issues du XIXe siĂšcle. C’est tout !

FA : Pourtant aujourd’hui, les partis et mouvement se rĂ©clamant du libĂ©ralisme semblent gagner en importance Ă  l’Ouest.

AndrĂĄs Schiffer : Il n’en est pas ainsi. Il y a les technocrates, qui appartiennent au courant dominant. Les Ă©tiquettes qu’ils s’accrochent sont issues du XIXe siĂšcle et cela n’est qu’une question de marketing politique. Les partis et mouvements populistes deviennent plus forts en Europe de l’Ouest, mais dans le mĂȘme temps, les partis radicaux de gauche, Ă©cologistes et les partis critiquant la globalisation et la mondialisation prennent de plus en plus d’ampleur en AmĂ©rique du Nord ainsi qu’en Europe de l’Ouest.

FA : Quel genre de relation pouvez-vous voir entre le libéralisme économique et le soi-disant libéralisme social ?

Andrås Schiffer : Je suis désolé, je ne sais pas ce que signifie « libéralisme social ».

FA : En anglais «liberal» signifie celui qui possĂšde un systĂšme de valeurs libĂ©rales


AndrĂĄs Schiffer : Cela rend juste plus digeste ces cruelles politiques d’austĂ©ritĂ© utilisĂ©es par les nĂ©o-libĂ©raux. Je pense que tous les clichĂ©s sur les sociaux-libĂ©raux et les libĂ©raux pro-Droits-de-l’Homme ne sont rien d’autre que le vernis rose nĂ©cessaire aux politiques cruelles d’austĂ©ritĂ© destinĂ© Ă  les rendre plus digestes.

Lire la suite de cet entretien paru sur le site VPost.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.