Le 31 octobre 2013 dĂ©cĂ©dait Ă  l’ñge de 83 ans l’écrivain et journaliste GĂ©rard de Villiers, crĂ©ateur de Malko Linge alias SAS (Son Altesse SĂ©rĂ©nissime). Quelques mois plus tĂŽt Ă©tait parue la 200e aventure du fameux agent autrichien de la CIA, La Vengeance du Kremlin.

Allant sur place plusieurs semaines et obtenant des donnĂ©es confidentielles d’honorables correspondants, GĂ©rard de Villiers exprimait un point de vue atlantiste et pro-occidental assorti d’une conception phallocratique blanche Ă  faire frĂ©mir les fĂ©ministes les plus remontĂ©es.

Était-il un agent d’influence occidental ? En tout cas, les rĂ©seaux qui lui fournissaient de la matiĂšre viennent de trouver son successeur capable de diffuser leurs renseignements et de modeler subtilement l’opinion publique.

Au dĂ©but de cette annĂ©e, Le Livre de poche a publiĂ© une nouvelle sĂ©rie intitulĂ©e KO. En relation Ă©troite avec les « Services », les journalistes, les cabinets ministĂ©riels, les ONG et les hackers, l’auteur, Alex de Brienne porte ce pseudonyme qui se rĂ©fĂšre au siĂšge historique du ministĂšre français de la DĂ©fense.

Par KO, il dĂ©signe les initiales de ses hĂ©ros : Kali et Odys Grant, deux citoyens helvĂ©tiques. Redoutable informaticien pirate pour sa sƓur jumelle, Odys est officiellement chef du protocole aux Nations unies Ă  GenĂšve. Agent de terrain, polyglotte et experte en arts martiaux, Kali agit pour un mystĂ©rieux Lord Byron qui travaille pour Sa Gracieuse MajestĂ©.

Deux volumes sont dĂ©jĂ  parus : OpĂ©ration Mossoul et Massacre Ă  Odessa. Ce dernier qui ouvre la sĂ©rie revient sur l’incendie criminel Ă  la Maison des syndicats d’Odessa dans laquelle moururent vifs des militants pro-russes en 2013. L’auteur adresse un clin d’Ɠil sympathique Ă  Villiers. Dans l’avion qui l’emmĂšne Ă  Kiev, Kali « commença Ă  lire un SAS de GĂ©rard de Villiers, Le Cartel de SĂ©bastopol. N’en dĂ©plaise aux critiques qui l’avaient snobĂ© pendant toute sa carriĂšre, Villiers savait comme personne nous familiariser avec un pays, ses mƓurs et ses agences de renseignements » (p. 43).

D’ailleurs, la trame est assez proche de ses propres intrigues. Analyses gĂ©opolitiques et coups tordus des services secrets cohabitent avec les moments d’action et les inĂ©vitables scĂšnes de sexe avec cette nouveauté : Kali est une redoutable coureuse de jupons ! Cela prĂ©figurerait-il un prochain James Bond homosexuel, voire d’origine africaine ?

Dans Massacre Ă  Odessa, les pro-russes et les nationalistes ukrainiens sont dĂ©peints en brutes violentes et en trafiquants liĂ©s aux oligarques et aux mafias locales, ce qui montre une bonne connaissance du terrain. On y trouve aussi de vives critiques Ă  l’égard de la Russie de Poutine. Y sont Ă©voquĂ©s les clans antagonistes du Kremlin. En revanche, l’auteur n’insiste jamais sur la lourde responsabilitĂ© des puissances occidentales (États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, France) dans le drame ukrainien.

La guerre culturelle et la guĂ©rilla de l’information constituent des vecteurs souvent anodins. La littĂ©rature dite de gare, style SAS et maintenant KO, en fait partie. Ces fictions d’espionnage inspirĂ©es de faits rĂ©els apportent un Ă©clairage intĂ©ressant – mais biaisĂ© – sur les coulisses vĂ©ritables des grands Ă©vĂ©nements mondiaux.

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire, n° 33 a été diffusée sur Radio-Libertés le 12 mai 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, écrivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "Réfléchir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio Libertés". Il se désigne aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archéo-futuriste.

Articles similaires