« Mike l’Ayatollah » ou « Prince Obscur », le cĂ©lĂšbre Michael D’Andrea, Commandant de la Central Intelligence Agency pour les opĂ©rations au Moyen-Orient aurait Ă©tĂ© tuĂ© dans l’accident de l’avion militaire de l’US Air Force qui s’est Ă©crasĂ© dans le centre de l’Afghanistan Ă  bord duquel se trouvaient des officiers de la CIA et de la NSA (National Security Agency).

L'acteur Fredric Lehne dans le film "Zero Dark Thirty", qui retrace la traque d'Oussama Ben Laden par la CIA !!!

L’acteur Fredric Lehne dans le film « Zero Dark Thirty », qui retrace la traque d’Oussama Ben Laden par la CIA !!!

La mort de l’équipage a Ă©tĂ© rapportĂ©e par le porte-parole des Talibans, Zabihullah Mujah, dans une dĂ©claration publiĂ©e quelques heures aprĂšs l’accident.

Pour l’instant, le Pentagone n’a pas confirmĂ© la nature de l’accident et les victimes.

D’Andrea a rejoint la CIA en 1979. Il a commencĂ© sa carriĂšre Ă  l’étranger en Afrique, Ă  Dar es Salaam, en Tanzanie. D’Andrea a Ă©tĂ©  chef de poste au Caire, en Égypte, puis Ă  Bagdad, en Irak. D’Andrea avait traquĂ© Nawaf al-Hazmi, qui devait plus tard participer aux attentats du 11 septembre.

D’Andrea a pris la tĂȘte du Centre antiterroriste de la CIA en 2006, en remplacement de Robert Grenier. C’est l’annĂ©e exacte oĂč George Bush Jr. a commencĂ© Ă  financer les rebelles et les terroristes syriens pour prĂ©parer la guerre civile planifiĂ©e par la CIA depuis 1983.

Au cours de ses neuf annĂ©es d’activitĂ©, D’Andrea a ordonnĂ© des centaines de frappes par drones au Pakistan et au YĂ©men, plaidant pour le programme auprĂšs du CongrĂšs amĂ©ricain. En 2015, la direction du programme de drones a Ă©tĂ© confiĂ©e Ă  Chris Wood, Ă  la suite d’un remaniement bureaucratique effectuĂ© par le directeur John O. Brennan.

Dossier top secret de la CIA : la guerre américaine en Syrie prévue depuis 1983

Dans un document de la CIA amĂ©ricaine en date du 14 septembre 1983, dĂ©classifiĂ© le 27 mai 2008 et donc disponible en Open Source Intellgence (Osint), le projet d’agression militaire contre la Syrie par les États-Unis est dĂ©crit ainsi que les raisons de le faire.

SignĂ© par l’ancien officier de l’Agence centrale Graham Fuller, il confirme la manipulation montĂ©e avec IsraĂ«l et la Turquie contre Assad pour une question d’intĂ©rĂȘts pĂ©troliers et son opposition au pipeline dit « des FrĂšres musulmans ». Le document rĂ©vĂšle la nĂ©cessitĂ© de menacer le prĂ©sident syrien de l’époque Hafiz Al Assad, pĂšre de Bachar, pour son hostilitĂ© au gazoduc irakien Qatar-Turquie fortement soutenu par les FrĂšres musulmans sunnites, fĂ©roces ennemis des alaouites chiites auxquels appartient la famille Assad. Le document rĂ©vĂšle Ă©galement  la pression amĂ©ricaine pour une action militaire d’IsraĂ«l aux cĂŽtĂ©s des sunnites irakiens, et turcs.

De quoi s’agissait-il ? 

 «Les États-Unis devraient envisager une escalade brusque de la pression contre Assad en orchestrant secrĂštement des menaces simultanĂ©es contre la Syrie depuis les trois États frontaliers hostiles Ă  la Syrie : l’Irak, IsraĂ«l et la Turquie » (Graham Fuller).

Le plan de la CIA contre Assad et la Syrie

L’idĂ©e du Qatar Ă©tait la construction d’un gazoduc Ă  partir du champ Iran-Qatari South Pars/North Dome Gas-Condensate vers la Turquie, via la Syrie. En Turquie, il pouvait se connecter au gazoduc Nabucco pour approvisionner les clients europĂ©ens. Deux trajets Ă©taient possibles : l’un dĂ©fendu par la Qatar pour damer le pion Ă  l’Arabie Saoudite, passait par la Jordanie et la Syrie, et un autre par l’Arabie saoudite, le KoweĂŻt et l’Iraq. Mais la Syrie ne veut pas en entendre parler . La raison : protĂ©ger les intĂ©rĂȘts de son alliĂ© russe, principal fournisseur de gaz naturel en Europe et refuser toute concession avec les sunnites et leur alliĂ© amĂ©ricain dont le bras armĂ© au Moyen Orient est IsraĂ«l, ennemi irrĂ©ductible de la Syrie. Supprimer Assad rĂ©pond donc aux intĂ©rĂȘts convergents du Qatar, des Turcs et des AmĂ©ricains.

« Les initiatives diplomatiques Ă  ce jour ont eu peu d’effet sur Assad qui a jusqu’à prĂ©sent correctement calculĂ© les forces de jeu dans la rĂ©gion et conclu qu’elles ne sont que faiblement disposĂ©es contre lui. Les États-Unis devraient envisager une escalade brusque de la pression contre Assad en orchestrant secrĂštement des menaces simultanĂ©es contre la Syrie depuis les trois États frontaliers hostiles Ă  la Syrie: l’Irak, IsraĂ«l et la Turquie .

Une telle menace doit ĂȘtre avant tout de nature militaire. À l’heure actuelle, il existe trois Ă©lĂ©ments relativement hostiles autour des frontiĂšres de la Syrie: IsraĂ«l, l’Iraq et la Turquie. Il faut envisager d’orchestrer une menace militaire crĂ©dible contre la Syrie afin de provoquer au moins un changement modĂ©rĂ© dans ses politiques » 

«Face Ă  trois fronts belligĂ©rants, Assad serait probablement contraint d’abandonner sa politique de fermeture du pipeline. IsraĂ«l soulĂšverait simultanĂ©ment les tensions le long du front syrien au Liban sans rĂ©ellement dĂ©clencher la guerre. La Turquie, lancerait des opĂ©rations unilatĂ©rales contre des camps terroristes dans le nord de la Syrie. Pratiquement tous les États arabes auraient de la sympathie pour l’Irak. »

Graham Fuller n’est pas n’importe qui. OpĂ©rant au Moyen-Orient sous l’administration du prĂ©sident Ronald Reagan (1981-1989), il est devenu vice-prĂ©sident du US National Intelligence Council.

Le document rĂ©vĂšle cependant un scĂ©nario trop optimiste sur le rĂŽle de l’Irak qui, Ă  cette Ă©poque, Ă©tait toujours dirigĂ© par le dictateur Saddam Hussein, tuĂ© seulement en 2006 aprĂšs la deuxiĂšme guerre du Golfe qui a dĂ©truit le pays, le rendant incapable d’agir contre la Syrie.

D’oĂč ces rumeurs qui prĂ©tendent que Mossoul Al Baghdadi, serait une marionnette des Etats- Unis stipendiĂ©e par la CIA et que Daesch serait une crĂ©ation de l’agence. Rumeurs Ă  prendre avec Ă©normĂ©ment de prudence, mais Ă  la lumiĂšre de ce document il apparaĂźt que, sciemment ou pas, le califat terroriste servait bougrement les intĂ©rĂȘts amĂ©ricains.

On comprend mieux en tout cas Ă  cette lecture, la curieuse inefficacitĂ© du corps expĂ©ditionnaire amĂ©ricain contre les djihadistes de Daech, leur soutien aux rebelles syriens et pourquoi il a fallu l’arrivĂ©e des Russes et des milices chiites pour obtenir enfin des rĂ©sultats.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99