Union europĂ©enne. Les institutions de l’Union europĂ©enne ont trouvĂ© un compromis sur le budget de l’UE pour 2018. Au total, le budget s’établit Ă  160,1 milliards d’euros en termes d’engagements (qui correspondent aux montants pouvant ĂȘtre convenus par voie contractuelle au cours d’une annĂ©e donnĂ©e) et 144,7 milliards en termes de paiements (sommes effectivement dĂ©pensĂ©es).

Dans le dĂ©tail, prĂšs de la moitiĂ© des ressources, 77,5 milliards d’euros en engagements, contribueront Ă  rendre « l’économie plus forte, les universitĂ©s plus compĂ©titives et les entreprises mieux armĂ©es pour affronter la concurrence sur le marchĂ© mondial », indique la Commission europĂ©enne.

Le premier budget de l’ùre Macron, Ă  peine votĂ© Ă  l’AssemblĂ©e nationale, prĂ©sente, selon Bruxelles, un « risque de non-conformité » avec des rĂšgles que d’autres EuropĂ©ens ont embrassĂ©es depuis longtemps. La France fait partie, avec l’Italie, la Belgique, le Portugal, l’Autriche et la SlovĂ©nie, des six pays Ă©pinglĂ©s par la Commission Juncker au terme de son examen dĂ©taillĂ© des projets de budget nationaux.

Le trĂšs contestable tribunal pĂ©nal international de La Haye a condamnĂ© le chef militaire Serbe Ratko Mladic Ă  une condamnation Ă  vie. L’audience a Ă©tĂ© retransmise en direct en Serbie, oĂč l’ancien gĂ©nĂ©ral reste une figure populaire, comme en RĂ©publique serbe de Bosnie. La chaĂźne pro gouvernementale serbe Pink a qualifiĂ© le verdict de « honteux ».

« Le verdict n’est malheureusement pas une surprise, mais il renforcera certainement l’opinion du peuple serbe pour qui le gĂ©nĂ©ral Mladic est un hĂ©ros historique et un patriote », a rĂ©agi Milorad Dodik, le prĂ©sident de la RĂ©publique serbe de Bosnie.

Milorad Dodik, le président de la République serbe de Bosnie.

Milorad Dodik, le président de la République serbe de Bosnie.

Allemagne. Huit semaines aprĂšs les Ă©lections de septembre, Angela Merkel a toujours autant de difficultĂ©s Ă  former un gouvernement de coalition. Les chrĂ©tiens de BaviĂšre de la CSU, parti frĂšre de la CDU (droite) de Merkel, sont crispĂ©s dans une opposition frontale avec les Verts, mais aussi avec la ligne libĂ©rale de la chanceliĂšre. Ils exigent la mise en place d’un quota d’entrĂ©es sur le territoire et l’abrogation du rapprochement familial.

Le parti libĂ©ral (FDP) n’a cessé de surenchérir sur le dossier du regroupement familial des réfugiés, pomme de discorde de ces nĂ©gociations, pour faire Ă©chouer l’accord. Par ailleurs, Thorsten SchĂ€fer-GĂŒmbel, le vice-prĂ©sident du SPD a dĂ©clarĂ© qu’il n’était pas la roue de secours de Madame Merkel. On semble se diriger vers de nouvelles Ă©lections.

La chanceliĂšre Angela Merkel se dit favorable Ă  des Ă©lections anticipĂ©es qu’elle est prĂȘte Ă  affronter. La chanceliĂšre a refusĂ© toute idĂ©e de dĂ©mission ou de mise en retrait. Si aucun accord pour gouverner n’est trouvĂ©, M. Steinmeier devra enclencher une procĂ©dure qui s’achĂšvera par un scrutin anticipĂ©.

Pologne. Un journaliste de gauche, Tomasz Piatek, dĂ©nonce le ministre de la DĂ©fense, Antoni Macierewicz, d’ĂȘtre en apparence un furieux anticommuniste et par ailleurs en cheville avec les services de renseignement russes.

Le journaliste a découvert un véritable réseau de liens étroits tissés au fil de longues années par Macierewicz avec des personnages liés aux services de renseignement russes GRU ou au monde de la mafia. Il en a fait un livre. Morale de cette histoire, le gouvernement actuel, issu du parti Droit et Justice, est moins stupide et plus lucide que celui de Lech Walesa.

Angleterre. Le gouvernement britannique serait prĂȘt Ă  faire un effort dans les nĂ©gociations sur la « note » que la Grande-Bretagne doit accepter de payer Ă  l’Europe pour que les discussions sur le Brexit puissent avancer. L’Union EuropĂ©enne rĂ©clame 60 milliards d’euros. La Grande-Bretagne avait proposĂ© 20 milliards et serait prĂȘte Ă  monter jusqu’à 40


RĂ©publique tchĂšque. La police tchĂšque a demandĂ© une nouvelle fois au Parlement de lever l’immunitĂ© d’Andrej Babis, chef du mouvement populiste ANO, vainqueur des lĂ©gislatives d’octobre, inculpĂ© pour avoir profitĂ© illicitement de fonds europĂ©ens.

Belgique. La diplomatie belge a entrepris rĂ©cemment une opĂ©ration dĂ©licate pour tenter de « dĂ©radicaliser » le culte musulman dans le pays : une dĂ©lĂ©gation s’est rendue Ă  Riyad avec l’objectif de rompre une convention qui lie les deux États depuis 1969 et qui donne Ă  l’Arabie saoudite la mainmise sur la grande mosquĂ©e de Bruxelles.

Un rapport parlementaire a formulĂ© une sĂ©rie de recommandations, dont celle d’endiguer le « salafo-wahhabisme » diffusĂ©, selon les dĂ©putĂ©s, Ă  partir de la Grande MosquĂ©e. AuditionnĂ©s par les dĂ©putĂ©s, deux responsables de la Grande MosquĂ©e ont livrĂ© un tĂ©moignage trĂšs ambigu sur le respect, par leur organisation, des principes de la Constitution belge et de la Convention europĂ©enne des droits de l’homme.

Russie. Vladimir Poutine s’est assurĂ© mercredi 22 novembre du soutien des prĂ©sidents turc et iranien Ă  l’idĂ©e de rĂ©unir en Russie des reprĂ©sentants du rĂ©gime syrien et de l’opposition, voyant une « vraie chance » de rĂ©gler ce conflit malgrĂ© les doutes qui continuent d’entourer cette initiative.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.