Union europĂ©enne. Les EuropĂ©ens ont fait bloc face aux provocations de Varsovie au sujet de la rĂ©Ă©lection du Polonais Donald Tusk Ă  la tĂȘte du Conseil europĂ©en. MĂȘme s’ils se gardent bien de le dire, la dĂ©cision de confirmer Donald Tusk est pour de nombreux gouvernements l’occasion de donner une leçon au gouvernement nationaliste de Beata Szydlo. La France en tĂȘte.

Italie. Le Parlement italien a approuvĂ© un plan de lutte contre la pauvretĂ©, qui prĂ©voit le versement sous conditions de 480 euros par mois aux plus dĂ©favorisĂ©s. Cette mesure devrait permettre d’aider quelque 400 000 familles, soit prĂšs de 1,8 million de personnes.

Hongrie. Le Premier ministre Hongrois Viktor Orban, coutumier des tirades hostiles Ă  l’immigration, a estimĂ© que « l’homogĂ©nĂ©itĂ© ethnique » de la Hongrie devait ĂȘtre l’un des moteurs de croissance du pays confrontĂ© Ă  une pĂ©nurie de main-d’Ɠuvre.

« Je n’aimerais pas voir le pays se trouver dans une situation oĂč les emplois faiblement qualifiĂ©s ne sont confiĂ©s qu’à des Ă©trangers [
] Nous devons nous-mĂȘmes pouvoir effectuer les tĂąches nĂ©cessaires Ă  ce que la nation fonctionne, qu’il s’agisse de nettoyage de toilettes ou de recherche nuclĂ©aire », a ajoutĂ© Viktor Orban.

La nouvelle loi, adoptĂ©e Ă  une large majoritĂ© par 138 voix contre 6 et 22 abstentions, prĂ©voit que les migrants seront placĂ©s dans des « zones de transit » aux frontiĂšres serbe et croate, oĂč ils seront dĂ©tenus dans l’attente d’une dĂ©cision dĂ©finitive concernant leur demande d’asile. Il leur sera possible de quitter les lieux s’ils retournent dans le pays par lequel ils sont arrivĂ©s.

Autriche. Le prĂ©sident national du FPÖ Heinz-Christian Strache a Ă©tĂ© rĂ©Ă©lu Ă  la tĂȘte du FPÖ avec 98,7 % des voix des dĂ©lĂ©guĂ©s ce samedi 4 mars 2017 lors du 32e congrĂšs ordinaire du parti Ă  Klagenfurt en Carinthie qui s’est dĂ©roulĂ© sous le slogan « Vrais patriotes d’Autriche ».

HC Strache a dĂ©claré : « Nous avons besoin d’une immigration zĂ©ro et mĂȘme d’une immigration nĂ©gative quand il s’agit de dĂ©linquants ». Il a Ă©galement dĂ©noncĂ© le dumping salarial provoquĂ© par les travailleurs d’Europe de l’Est.

Vienne entend diviser par deux pendant trois ans les charges des entreprises qui crĂ©eront des postes rĂ©servĂ©s Ă  des salariĂ©s rĂ©sidant en Autriche, plutĂŽt qu’aux nouveaux entrants sur le marchĂ© national du travail. Une sorte de prime Ă  l’embauche, qui frise la « prĂ©fĂ©rence nationale » voulue par une extrĂȘme droite (FPÖ).

Allemagne. Berlin a rĂ©agi avec colĂšre aux accusations de « pratiques nazies » du prĂ©sident turc, les deux pays multipliant les passes d’armes aprĂšs l’interdiction de meetings Ă©lectoraux pro-Erdogan en Allemagne.

Outre-Rhin, les commentaires sont sĂ©vĂšres contre les Ă©lites françaises qui jouent « l’avenir de l’Europe Ă  la roulette française », comme l’écrit le SĂŒddeutsche Zeitung.

Pour le quotidien conservateur allemand Die Welt, « le moment Trump de Fillon porte prĂ©judice Ă  la dĂ©mocratie française. En choisissant d’accuser les juges et les journalistes, il imite le style Trump » et « se met au mĂȘme niveau que la populiste de droite Marine Le Pen. »

Ukraine. Ce pays a demandĂ© aux juges de la Cour internationale de justice (CIJ) de l’aider Ă  rĂ©tablir la stabilitĂ© dans l’Est de son territoire, dĂ©chirĂ© par des affrontements depuis prĂšs de trois ans, arguant que la Russie y « soutient le terrorisme » et les rebelles sĂ©paratistes.

Pour la premiĂšre fois depuis le dĂ©but de la crise ukrainienne, il y a trois ans, une conversation Ă  haut niveau a eu lieu entre le chef du ComitĂ© militaire de l’Alliance, le gĂ©nĂ©ral Petr Pavel, et le chef de l’armĂ©e russe, le gĂ©nĂ©ral Valeri Guerassimov

Espagne. La principale association de journalistes d’Espagne a accusĂ© la direction du parti de gauche radicale Podemos de tenter de contrĂŽler le travail de journalistes en les harcelant, notamment sur les rĂ©seaux sociaux. La porte-parole de Podemos au Parlement a proposĂ© une rencontre, tout en regrettant que l’association ne se soit pas adressĂ©e au parti.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.