Union europĂ©enne. L’Italienne Frederica Mogherini, chef de la diplomatie europĂ©enne, a organisĂ© en urgence un dĂ©jeuner, dimanche 13 novembre, Ă  Bruxelles avec tous les ministres des Affaires Ă©trangĂšres pour discutailler sur l’élection de Donald Trump. Seuls absents : l’anglais Boris Johnson et le Français Jean-Marc Ayrault.

Pour un exĂ©cutif europĂ©en dĂ©jĂ  dĂ©boussolĂ© par le sĂ©isme du Brexit, la crise migratoire, les tensions avec la Russie et la montĂ©e des populismes d’un bout Ă  l’autre du Vieux Continent, l’élection de Donald Trump pose un dĂ©fi supplĂ©mentaire. Et pour cause : tous attendaient Hillary Clinton !

Jean-Claude Juncker a dĂ©cidĂ©, lui, de jouer les gros bras. Lors d’un dĂ©bat avec des jeunes Ă  Luxembourg, il a sĂ©vĂšrement jugĂ© Donald Trump, estimant que l’Europe allait devoir « lui apprendre en quoi elle consiste et quels sont ses principes de fonctionnement ». Il y a prĂ©dit « deux annĂ©es de temps perdu jusqu’à ce que Monsieur Trump ait fait le tour du monde qu’il ne connaĂźt pas. »

Russie. L’Amiral Kouznetsov, l’unique porte-avions nuclĂ©aire russe en service, est arrivĂ© au large des cĂŽtes syriennes, a annoncĂ© son commandant, SergueĂŻ Artamonov. Les avions effectuent des vols d’entraĂźnement « quasi quotidiennement ».

Le dĂ©ploiement de ce bĂątiment permettra de « rĂ©pondre Ă  toute nouvelle forme de menace contemporaine, comme la piraterie et le terrorisme international », avait expliquĂ© mi-octobre l’armĂ©e russe, avant d’intensifier son appui aux forces syriennes.

Le ministre de l’Économie russe, AlexeĂŻ OulioukaĂŻev a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© par le Service fĂ©dĂ©ral de sĂ©curitĂ© (FSB) et risque une peine de huit Ă  quinze ans de prison. Il aurait reçu un pot-de-vin de 2 millions de dollars en Ă©change de son approbation de l’acquisition par le gĂ©ant pĂ©trolier semi-public russe Rosneft du pĂ©trolier Bachneft.

Donald Trump et Vladimir Poutine ont eu un premier contact tĂ©lĂ©phonique, lundi 14 novembre. M. Trump a, selon son Ă©quipe, souhaitĂ© nouer des « relations fortes et durables avec la Russie et avec le peuple russe ». Le dirigeant russe, tout en fĂ©licitant M. Trump, s’est dit « prĂȘt Ă  nouer un dialogue avec la nouvelle administration sur un pied d’égalitĂ©, selon un principe de respect mutuel et sans que l’un interfĂšre dans les affaires intĂ©rieures de l’autre. »

La Russie a dĂ©cidĂ© de se retirer de la Cour pĂ©nale internationale chargĂ©e de juger les personnes accusĂ©es de crime contre l’humanitĂ© et de crime de guerre. La Russie reproche Ă  l’instance de ne pas ĂȘtre « vĂ©ritablement indĂ©pendante ». Bref de pratiquer une justice partiale. Ce qui est.

Italie. Des centaines de Vénitiens ont manifesté, valise à la main, pour alerter sur la situation de la Cité des Doges, qui se vide de sa population. La ville compte moins de 55 000 habitants, contre 100 000 il y a quarante ans. En cause, la pression exercée par le tourisme.

Moldavie. Le candidat prorusse Igor Dodon a remportĂ©, dimanche 13 novembre, l’élection prĂ©sidentielle en Moldavie, ex-rĂ©publique soviĂ©tique Ă©branlĂ©e par une profonde crise politique. Selon les rĂ©sultats quasi dĂ©finitifs du second tour, M. Dodon a recueilli 52,3 % des suffrages, alors que sa rivale proeuropĂ©enne, Maia Sandu, en a obtenu 47,7 %.

Allemagne. Une loi permettant aux juifs dĂ©chus de la citoyennetĂ© sous l’Allemagne nationale-socialiste de recouvrer leur nationalitĂ©, l’ambassade d’Allemagne Ă  Londres a traitĂ© plus de 500 demandes depuis le Brexit.

Le futur prĂ©sident fĂ©dĂ©ral allemand ne sera pas un inconnu pour le monde entier : la CDU, la CSU et le SPD se sont entendus pour soutenir la candidature de l’actuel ministre des Affaires Ă©trangĂšres, Frank-Walter Steinmeier.

Les élus du Bundestag et du Bundesrat doivent se réunir le 12 février pour nommer le remplaçant de Joachim Gauck, qui quittera le Chùteau de Bellevue en mars. Je suis « préparé », a commenté Steinmeier, impassible.

C’est en Allemagne que Barack Obama a terminĂ© son pĂ©riple europĂ©en oĂč il s’est livrĂ© Ă  un Ă©loge d’Angela Merkel, garante, Ă  ses yeux, de la dĂ©mocratie en Europe face Ă  la montĂ©e des populismes, versus Donald Trump.

Belgique. La prostitution occasionnelle est en forte hausse selon une Ă©tude publiĂ©e par le rĂ©seau Solidaris. Avec pour premiĂšre motivation de se nourrir. Ces « occasionnelles » voient surtout lĂ  un complĂ©ment de salaire. Cette prostitution touche toutes les couches sociales sans limite d’ñge.

Angleterre. Le 10 novembre, le conservateur Telegraph exprimait une dĂ©ception d’amour-propre ressentie Ă  Londres. Theresa May n’avait Ă©tĂ© que le 10e interlocuteur Ă©tranger auquel s’était adressĂ© Donald Trump au lendemain de sa victoire. Comme le disait Bernard Shaw, une langue commune nous sĂ©pare.

Selon le Times qui a pu consulter un rapport Ă©laborĂ© par un consultant du Bureau du cabinet, Theresa May n’aurait visiblement pas de stratĂ©gie dĂ©finie pour entĂ©riner et assurer le divorce du Royaume-Uni d’avec l’Union europĂ©enne. On estime que 30 000 fonctionnaires en plus seront nĂ©cessaires pour accomplir les tĂąches liĂ©es au Brexit.

GrĂšce. MalgrĂ© la sĂ©curitĂ© renforcĂ©e, des milliers de manifestants grecs (7 000 environ) sont descendus dans les rues d’AthĂšnes pour protester contre la visite de Barack Obama, Ă  seulement quelques kilomĂštres de la rĂ©sidence prĂ©sidentielle oĂč le leader grec Ă©tait en train d’accueillir le dirigeant amĂ©ricain.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.