Union européenne. Bruxelles vient de mettre 500 millions d’euros sur la table pour aider les éleveurs et plus précisément les producteurs de lait afin qu’ils baissent leur production. Rien que sur les 4 premiers mois de 2016, la production laitière a grimpé de 4,5 % sur le Vieux Continent et de 0,2 % en France, provoquant une chute des prix payés aux producteurs.

Le 11 décembre expire la période des quinze années de transition qui ont suivi l’accession de la Chine à l’OMC. Ce qui oblige les partenaires commerciaux de Pékin à déterminer le cadre de leur future relation commerciale.

Bruxelles, après avoir longtemps fait preuve d’une grande mansuétude à l’égard du géant asiatique, semble avoir compris aujourd’hui que seul le rapport de force peut être entendu et compris par Pékin. Une stratégie que les États-Unis ont adoptée depuis bien longtemps.

Sauf à provoquer un tollé et se couper définitivement des peuples d’Europe, Bruxelles ne peut pas raisonnablement ouvrir grand ses portes à une déferlante de made in China. Les parlementaires européens sont d’ailleurs montés au créneau pour alerter sur ce sujet et beaucoup percevraient une action unilatérale de la Commission dans ce sens comme une provocation. L’Europe va devoir faire front commun afin d’empêcher les Chinois de jouer sur la division des États.

« Nous n’allons pas accorder le statut d’économie de marché à la Chine », a déclaré Jyrki Katainen, vice-président de la Commission à l’issue d’une réunion du collège des commissaires. Traiter la Chine comme une économie de marché priverait l’UE de ses armes antidumping, principalement des droits de douane.

Le think tank américain Pew Research Center a interrogé des Européens dans dix pays, inégalement touchés par la vague migratoire des derniers mois. Près de six Européens sur dix (59 %) pensent que l’arrivée de réfugiés augmente le risque d’attentats dans leur pays. La moitié (50 %) pensent qu’ils représentent « un fardeau » pour l’économie.

Grande-Bretagne. Première conférence de presse de Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères, à Bruxelles où il affirme que son pays ne va pas renoncer à son « rôle dirigeant » en Europe.

Mme May a annoncé qu’elle était prête à donner son feu vert à une attaque nucléaire capable de tuer des centaines de milliers de personnes, si cela garantissait la sécurité du Royaume-Uni, cite le Telegraph reprenant ses propos.

Elle a également déclaré que le Royaume-Uni devrait moderniser son bouclier nucléaire étant donné la menace que représentent pour Londres la Corée du Nord et la Russie. Et d’affirmer ainsi sa proximité avec les États-Unis.

À la Chambre des Communes, Theresa May a défendu le renouvellement de l’arsenal nucléaire britannique sans l’ombre d’une hésitation. Et d’ajouter : « Tout l’intérêt d’un système dissuasif est que nos ennemis sachent que nous sommes prêts à l’utiliser contrairement aux suggestions faites par les représentants du Parti travailliste assis en face de moi… »

La majeure partie des députés travaillistes ont apporté leur soutien au renouvellement de la flotte nucléaire vieillissante du pays, pour un coût équivalent à 49 milliards d’euros.

Le Royaume-Uni renonce à assurer la présidence tournante du Conseil de l’UE de juillet à décembre 2017. Finalement, l’Estonie va avancer sa présidence tournante de 6 mois.

Pologne. Les autorités polonaises ont tenu à rassurer les participants aux Journées Mondiales de la Jeunesse, fin juillet à Cracovie, en soulignant qu’il n’y avait pas de risque supplémentaire après les attentats de Nice et qu’un système de contrôle très important était déjà en place.

L’organisation polonaise des chrétiens homosexuels et transgenres Tecza i Wiara (« arc-en-ciel et foi ») ouvrira un « foyer » pour accueillir les personnes LGBT en marge des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), fin juillet à Cracovie.

Allemagne. Un jeune demandeur d’asile afghan de 17 ans a blessé grièvement quatre personnes, lundi 18 juillet, en attaquant à la hache et au couteau les passagers d’un train régional de Bavière au cri d’Allahu Akbar. Il a été abattu par la police dans sa fuite. L’attentat a été revendiqué par Daech.

Le chef du mouvement islamophobe Pegida, Lutz Bachmann, a annoncé vouloir aller plus loin et créer un parti politique, le Parti populaire pour la liberté et la démocratie directe (FDDV). Bachmann a toutefois indiqué que le nouveau parti ne fera pas d’ombre à l’Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Les nombreuses agressions sexuelles commises en Allemagne par plus de 2 000 migrants, agressions s’accompagnant de viols dans un certain nombre de cas, ont pour effet d’augmenter la méfiance des Allemands à l’égard du gouvernement, des médias et de la police.

Le résultat de cette situation est que de plus en plus de personnes ont décidé de prendre leur défense en main. Une augmentation des ventes d’armes légères a été constatée en Allemagne et des groupes de surveillance et de protection des femmes créés, au grand désarroi des autorités.

Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, se dit préoccupé par les promesses, selon lui, ambiguës de M. Trump. « Une politique fondée sur la peur et l’isolationnisme va conduire à moins de sécurité, pas davantage, et serait dangereuse pour les États-Unis, mais aussi pour l’Europe et le reste du monde », écrit-il.

Une fusillade a éclaté dans un centre commercial de Munich, en Allemagne, vendredi 22 juillet. Neuf personnes ont été tuées par un Germano-Iranien de 18 ans. La fusillade a eu lieu à l’Olympia Einkaufszentrum, un des plus grands centres commerciaux de Bavière, à proximité du stade olympique de Munich.

Biélorussie. La construction d’une centrale nucléaire à Ostrovets, dans la région biélorusse de Grodno, a été confiée à Atomenergomash, la filiale de l’entreprise d’État russe Rosatom chargée de l’ingénierie mécanique. Or, le pays n’a pas réalisé les tests de résistance prévus dans la déclaration signée en 2011 avec la Commission européenne.

Ce qui pose problème aux Européens, c’est que le site est à peine à 20 km de la frontière lituanienne (qui est également la frontière extérieure de l’Union européenne), et à 50 km de la capitale de la Lituanie, Vilnius.

Dans ces conditions, le moindre incident de la centrale exigerait une évacuation totale de la capitale lituanienne, et la zone effectivement contaminée s’étendrait aux territoires des États baltes, de la Suède, de la Pologne, du Danemark, de l’Ukraine et de l’Allemagne.

Russie. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne a rejeté l’appel du Comité olympique russe (ROC) et des 68 athlètes qui demandaient à participer aux jeux Olympiques de Roi après avoir été suspendus par la Fédération internationale (PIAF). Aucun de ces 68 athlètes ne pourra ainsi participer aux JO de Rio.

La coopération entre la Russie et la Chine va se renforcer malgré la pression occidentale sur Moscou, a déclaré le ministre adjoint chargé de l’industrie de la défense Dmitry Rogozin.

« La République populaire de Chine se développe très rapidement aujourd’hui. Dans bien des secteurs, elle a atteint un niveau de développement qui est très intéressant pour la Russie. Nous construisons une coopération technologique et industrielle mutuellement bénéfique entre nos pays », a poursuivi Dmitry Rogozin à la suite de sa rencontre avec le vice-premier ministre chinois, Wang Yang.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.