Finlande. Samedi 24 septembre, 15 000 Finlandais ont dĂ©filĂ© dans la rue de la capitale, Helsinki, pour protester contre la montĂ©e du racisme et des violences d’extrĂȘme droite aprĂšs la mort d’un homme qui avait crachĂ© sur des militants du Mouvement de RĂ©sistance Finlandaise. FrappĂ©, sa tĂȘte avait heurtĂ© le sol et il est mort Ă  l’hĂŽpital une semaine plus tard d’une hĂ©morragie cĂ©rĂ©brale.

Angleterre. Jeremy Corbyn, 67 ans, a Ă©tĂ© largement rĂ©Ă©lu Ă  la tĂȘte du parti travailliste. AdorĂ© par la base mais honni par les dĂ©putĂ©s et les cadres du parti, cette victoire annonce la continuation de la crise que traverse le Labour depuis un an.

Les positions de Corbyn sont loin d’ĂȘtre extrĂ©mistes. Ce sont celles qui Ă©taient « mainstream » au sein des partis sociaux-dĂ©mocrates dans les annĂ©es 1970 : renationalisation des chemins de fer, gratuitĂ© de l’enseignement supĂ©rieur, opposition aux interventions militaires


La PremiĂšre ministre britannique devait s’y attendre, elle eut d’abord droit aux surnoms convenus : « Mother Theresa », « The New Iron Lady » et « Darth Mayder » (rĂ©fĂ©rence au hĂ©ros de Star Wars, Darth Vader). La nouvelle patronne d’UKIP, Diane James, la traite, elle, de « Magpie May », la pie voleuse, car elle « chaparderait les meilleures idĂ©es » du parti souverainiste sur l’immigration.

Hongrie. Le gouvernement de Viktor OrbĂĄn organise dimanche 2 octobre un rĂ©fĂ©rendum sur les quotas de migrants imposĂ©s par Bruxelles. Sur le thĂšme du refus Ă©videmment. CrĂ©ditĂ© mi-septembre de 73 % des intentions de vote, selon l’institut Republikon, ce non hongrois enverrait un nouveau signe de dĂ©fiance Ă  une Europe que le pays a rejointe il y a douze ans. 95 % des votants l’ont suivi dans sa politique anti-migrants, mais faute d’Ă©lecteurs (participation Ă  45% seulement), le rĂ©fĂ©rendum est invalidĂ©.

Pour l’ancien ministre socialiste LĂ szlo KovĂ cs : « Les Hongrois sont gĂ©nĂ©tiquement programmĂ©s contre les Ă©trangers, les juifs, les Africains, les Roms
 Viktor OrbĂĄn le sait. Il a crĂ©Ă© avec cette campagne de haine un nouvel ennemi pour cacher ses scandales de corruption et se maintenir au pouvoir aux Ă©lections de 2018. »

« En 1944, on s’est dĂ©barrassĂ©s des minoritĂ©s ethniques comme les juifs, rappelle Roman Krakovsky, historien spĂ©cialiste de l’Europe centrale. Cette question n’a jamais Ă©tĂ© dĂ©battue. Les quotas rĂ©veillent cette mauvaise conscience. »

Normalement, les parents peuvent choisir l’école de leur choix. Mais dans la rĂ©alitĂ©, une sĂ©grĂ©gation cantonne les enfants roms loin des autres. Évidemment Bruxelles vient mettre son grain de sel dans cette sĂ©grĂ©gation qui a certainement sa raison d’ĂȘtre et menace de renvoyer la Hongrie devant la Cour de justice.

Sauf que Viktor Orban a largement favorisé le transfert des établissements scolaires aux institutions religieuses. Le nombre des écoles gérées par les églises a doublé. Or, plus elles se dotent de moyens, plus elles sont choisies par la population majoritaire.

Espagne. Victoire sans conteste au Pays basque et en Galice pour le Parti populaire (droite) de Mariano Rajoy. Podemos s’offre le luxe de devancer le PSOE (PS) au Pays basque. Un argument de poids pour Mariano Rajoy pour exiger que les socialistes mettent fin au blocage des institutions qui empĂȘche la formation d’un gouvernement.

Le 4 octobre s’ouvre Ă  Madrid le procĂšs GĂŒrtel, du nom du scandale politico-financier incriminant maints barons du Parti populaire (PP, conservateur). Cet Ă©pilogue de l’enquĂȘte du juge Balthazar Garzon assombrit l’horizon du Premier ministre sortant Mariano Rajoy, patron du PP depuis 2004.

Italie. Un sondage choc du quotidien La Republica, connu pour sa position trĂšs gauche-caviar, dĂ©voile que 83 % des Italiens veulent le rĂ©tablissement des contrĂŽles dans l’espace Schengen, tant aux frontiĂšres internes qu’externes.

Allemagne. Le quotidien allemand Die Welt a fait une rĂ©vĂ©lation que nos chaĂźnes de tĂ©lĂ©vision se garderont bien de reprendre. Les reporters du journal allemand ont obtenu confirmation que plusieurs immigrĂ©s arrivĂ©s rĂ©cemment en Allemagne et qui ont obtenu le statut de rĂ©fugiĂ©s politiques et des allocations de chĂŽmage sont ensuite retournĂ©s cet Ă©tĂ© en Syrie, au Liban ou en Afghanistan — pays qu’ils prĂ©tendaient avoir fui pour sauver leur vie — afin d’y passer quelques jours de vacances payĂ©es par les contribuables allemands.

Russie. Un petit cadeau de Moscou ? Rien de mieux qu’une rĂ©plique en plastique du cĂ©lĂšbre fusil d’assaut AK47 de Kalachnikov. L’industriel russe a, en effet, ouvert cet Ă©tĂ© une boutique de « souvenirs » Ă  l’intĂ©rieur mĂȘme de l’aĂ©roport international Cheremetievo de Moscou. Les touristes en transit pourront Ă©galement acheter combinaisons, tee-shirts et casquettes griffĂ©s.

Le prĂ©sident russe, Vladimir Poutine, a pris acte de l’importante victoire de son parti, Russie unie, aux derniĂšres Ă©lections lĂ©gislatives, et semble bien vouloir pousser son avantage. Il vient de nommer un de ses trĂšs proches amis et conseillers Vyacheslav Volodin, 52 ans, au poste influent de prĂ©sident de la Douma.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.