Russie. Un avion militaire russe, le Tupolev TU-154, transportant 92 personnes, dont de nombreux membres des Chœurs de l’Armée Rouge, à destination de la Syrie s’est écrasé en mer Noire peu après son décollage. Pas de survivants. Poutine ordonne une enquête.

La Russie et la Turquie se sont entendues sur un accord de cessez-le-feu dans toute la Syrie, a annoncé, mercredi 28 décembre, l’agence turque Anadolu. Le plan vise à étendre le cessez-le-feu instauré à Alep à l’ensemble du pays, tout en excluant les « groupes terroristes ».

Allemagne. La chancelière, consciente de sa baisse de popularité, a annoncé que son gouvernement allait « examiner de manière intensive tout ce qui doit être changé dans l’arsenal des mesures dont dispose l’État. »

Elle affirme désormais que la sécurité est la première de ses priorités. « Pour moi et pour l’ensemble du gouvernement, c’est le devoir le plus important de l’État que de protéger les citoyens », a-t-elle assuré. Sauf que le mal est fait et que les Allemands commencent à payer la note.

Au premier rang des mesures de sécurité préconisées, la vidéosurveillance. Le gouvernement a présenté un plan prévoyant de l’étendre à un grand nombre de lieux publics, comme les stades et les centres commerciaux, d’autoriser les policiers à porter des minicaméras et de permettre une reconnaissance automatique des visages et des plaques d’immatriculation.

L’année dernière, quelque 890 000 demandeurs d’asile ont été enregistrés dans le pays. Cette année, ils étaient environ 300 000. Progressivement, l’Office des migrations traite les demandes : 237 000 décisions ont été rendues en 2015 et 616 000 entre janvier et novembre. Pour le pays, le défi reste immense.

Le nombre de migrants présents en Allemagne, mais n’y ayant pas obtenu l’asile et ayant choisi d’en repartir, a fortement augmenté cette année. Leur nombre a atteint 55 000 environ de janvier à novembre, contre 20 000 pour toute l’année 2015.

Suisse. Le Parlement suisse a voté, le 12 décembre, une loi obligeant au placement des demandeurs d’emploi dans les régions ou les secteurs où le chômage est élevé. Objectif : limiter indirectement l’emploi de travailleurs étrangers, après la votation « contre l’immigration de masse » votée en 2014.

Moldavie. À peine entré en fonction, Igor Dodon, le vainqueur de l’élection présidentielle, fait le ménage dans son gouvernement. Il n’y aura plus de place pour Anatol Salaru, ancien ministre de la Défense. Motif : appel à rejoindre l’Otan et à s’unir avec la Roumanie.

Hongrie. Croiser des stars de cinéma est devenu banal à Budapest, tant la capitale hongroise s’est imposée en Hollywood d’Europe centrale à coups de cadeaux fiscaux et d’installations high-tech pour attirer les tournages internationaux. Il faut dire que c‘est aussi la capitale du cinéma porno.

Roumanie. Le président roumain de centre droit Klaus Iohannis a refusé de nommer Premier ministre Sevil Shhaideh, la candidate des sociaux-démocrates, bien qu’ils aient remporté les législatives du 11 décembre. Et pour cause, elle est musulmane et mariée à un Syrien.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.