Union europĂ©enne. Après cinq ans d’absence sur fond d’annexion de la Crimée, la Russie a fait hier son grand retour à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). En milieu de matinée, les dix-huit membres de la délégation russe ont pris place dans l’hémicycle du Palais de l’Europe à Strasbourg.

AussitĂŽt le chef de la dĂ©lĂ©gation ukrainienne, Volodymyr Ariev, a quittĂ© l’hĂ©micycle soulignant que des parlementaires russes présents à Strasbourg étaient sur « la liste noire de l’Union européenne ». Quatre feraient l’objet de sanctions de la part de l’Union européenne.

Volodymyr Ariev,

Volodymyr Ariev,

Amélie de Montchalin, secrétaire d’État aux affaires européennes, qui pilote le dossier pour la France, laquelle occupe la présidence tournante de l’institution explique : « Nous ne sommes pas le Conseil de sécurité de l’ONU, ce n’est pas à nous de résoudre le conflit en Ukraine. Il ne faut pas voir dans ce qui se passe au Conseil de l’Europe le signal d’une quelconque inflexion française ou allemande vis-à-vis de la Russie. »

Les dirigeants des 28 se sont mis d’accord pour reconduire pendant six mois les sanctions économiques imposées à la Russie en raison de l’absence de progrès dans l’application des accords visant à faire cesser les combats dans l’est de l’Ukraine.

La quasi-totalitĂ© des entreprises françaises ont arrĂȘtĂ© leurs activitĂ©s commerciales avec l’Iran. En fait, les groupes europĂ©ens ne croient pas Ă  l’application du nouveau mĂ©canisme Instrument in support of trade exchanges (Instex) de la Commission de Bruxelles, destinĂ© Ă  Ă©viter les transactions monĂ©taires en dollars pour Ă©chapper Ă  d’éventuelles reprĂ©sailles amĂ©ricaines.

Autre aspect du problĂšme : hors mines et hydrocarbures, sous sanctions, l’Iran n’a pas suffisamment de matiĂšres premiĂšres Ă  exporter vers l’Europe pour compenser les ventes europĂ©ennes de produits agroalimentaires, pharmaceutiques et de services. Encore un fiasco europĂ©en par manque de volontĂ© politique.

Allemagne. Ils ne sont encore qu’une poignée à le dire ouvertement. La pression de l’AfD sur la droite de l’échiquier politique allemand conduit lentement des élus de la CDU à revoir leur doctrine politique, quel que soit l’avis d’Angela Merkel ou de la direction du parti.

À quelques semaines d’élections régionales qui devraient permettre à l’Alternative für Deutschland de faire jeu égal avec les chrétiens-démocrates dans l’est du pays, l’hypothèse n’est plus taboue. Si ce n’est pour maintenant, au moins pour l’avenir.

Le parti de la droite conservatrice, CDU, dirigé jusqu’à fin 2018 par la chancelière Angela Merkel, a adopté une résolution excluant toute alliance ou rapprochement avec l’Alternative pour l’Allemagne (AfD). Plusieurs de ses membres ont ces derniers jours évoqué un éventuel rapprochement avec ce parti, qui a fait son entrée au Bundestag en 2017.

Angleterre. C’est une scène de ménage qui a tout changé. Sa dispute avec sa compagne de trente et un ans, Carrie Symonds, puis la « une » de tous les médias sur le sujet tout au long du week-end, a contraint l’ex-maire de Londres, Boris Johnson, à sortir de sa réserve. Il est en effet en duel avec Jeremy Hunt pour la succession de Theresa May au 10 Downing Street. Le successeur sera connu le 23 juillet prochain.

Danemark. La maison royale l’a annoncé : la sociale-démocrate Mette Frederiksen a été appelée à former un nouveau gouvernement, devenant à 41 ans la plus jeune Première ministre de l’histoire du Danemark. Sur l’immigration, le Danemark va de nouveau accueillir des réfugiés à l’aide d’un système de quotas, au nom d’un accueil humain.

Espagne. Selon la presse espagnole, Manuel Valls aurait rencontré des responsables du PS espagnol qui auraient évoqué pour lui le poste de ministre des Affaires étrangères. Les bras nous en tombent.

RĂ©publique tchĂšque. 250 000 personnes, selon les organisateurs et les médias, ont appelé à Prague à la démission du Premier ministre Andrej Babis soupçonné de fraude aux subventions européennes, lors d’un rassemblement qui est sans doute le plus important dans ce pays depuis la chute du communisme en 1989.

Russie. Dans le sillage de la décision de l’Union européenne quelques jours plus tôt, le président russe Vladimir Poutine a prolongé jusqu’à fin 2020 l’embargo sur les produits alimentaires occidentaux des pays qui sanctionnent la Russie pour l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée, en mars 2014.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99