Union européenne. La chaîne américaine CNN révèle à travers un sondage, réalisé auprès de 7 000 personnes dans sept pays européens, un fort courant antisémite en Europe. Presque un Européen sur cinq déclare que l’antisémitisme présent dans leur pays est une forme de réponse au comportement des Juifs au quotidien.

Pour ce qui est d’Israël, un tiers des Européens pensent que les Israéliens se servent de l’Holocauste comme argument pour répondre à leurs détracteurs. Et plus d’un quart estiment que la plupart des actes antisémites observés dans leur pays sont une réponse à la politique israélienne.

Allemagne. C’est anecdotique, mais tellement paradoxal dans une Allemagne qui affiche une belle santé. Angela Merkel est arrivé au G20 de Buenos Aires avec 24 heures de retard. Elle a dĂ» prendre un avion de ligne en raison de la vétusté de la flotte aérienne à disposition du gouvernement. Son Airbus A340-Konrad Adenauer a dû faire demi-tour en raison d’une panne de son système électrique.

Après une courte nuit dans un hôtel de Bonn, Angela Merkel est remontée dans un petit avion de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, pour rejoindre Madrid, d’où elle a redécollé, vendredi à 9 heures, sur un vol régulier de la compagnie espagnole Iberia à destination de Buenos Aires.

La police allemande a interrompu samedi soir un concert d’extrême droite dans une bourgade de l’est du pays alors que le public commençait à scander le slogan nazi interdit « Sieg Heil ». Le concert, qui se déroulait à Ostritz, dans l’ex-RDA à la frontière avec la Pologne, réunissait « plusieurs centaines » de personnes, selon la police.

Trois organisations identitaires ont appelé à un « rassemblement en “gelbe Westen” [gilets jaunes] », samedi 1er décembre, devant la porte de Brandebourg, à Berlin. Pegida, un mouvement « contre l’islamisation de l’Occident », créé à Dresde (Saxe), en 2014, Zukunft Heimat (Avenir patrie), un collectif anti-immigration implanté dans l’est du Brandebourg, près de la frontière polonaise, et Merkel-muss-weg-Mittwoch, un groupe d’opposants à la chancelière allemande.

Le prétexte du rassemblement – qui a réuni un bon millier de personnes –, était la dénonciation du Pacte des Nations unies « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », qui avait été approuvé la veille par le Bundestag et doit être adopté, les 10 et 11 décembre, à Marrakech.

La princesse Doris von Sayn-Wittgenstein, patronne de l’AfD dans le Land du Schleswig-Holstein, avait diffusé sur Internet une photo d’elle en chemisier à col en dentelle et gilet jaune, avec ce slogan : « Solidarité avec les citoyens français ». En Allemagne, les gilets jaunes sont bien perçus, même auprès de la gauche radicale, Die Linke.

L’homme politique allemand Matthias Platzeck a évoqué la question de la sécurité collective en Europe dans une interview au Märkische Oderzeitung. Il appelle au « redémarrage » des relations avec la Russie, en soulignant qu’il ne parle « ni de partenariat ni d’amitié » mais de « coexistence pacifique. »

Au congrès de la CDU la succession d’Angela Merkel était à l’ordre du jour. Le parti a choisi la continuité en la personne d’Annegret Kramp-Karrenbauer, dite AKK, 56 ans et déjà secrétaire générale du parti. Face à elle, Friedrich Merz, 63 ans, plus libéral et moins social.

Angleterre. De plus en plus de sans-abri trouvent refuge dans les énormes conteneurs qui servent à ramasser les déchets. À l’approche de l’hiver, la pénurie de foyers d’urgence fait craindre une recrudescence de ce phénomène devenu presque banal. Une association a déjà relevé onze morts.

Belgique. Les nationalistes flamands de la N-VA au pouvoir en Belgique ont menacé par la voix de leur président Bart De Wever de faire tomber le gouvernement sur la question du Pacte de l’ONU sur les migrations, auquel ils s’opposent.

Danemark. Située à une centaine de kilomètres au sud de Copenhague, dans le golfe de Stege, l’île de Lindholm fait sept hectares. À partir de 2021, l’îlot hébergera les étrangers condamnés à l’expulsion après avoir commis un crime, ainsi que les étrangers délinquants dont la demande d’asile a été rejetée et qui sont en attente d’un renvoi dans leur pays.

Espagne. Le parti Vox, prônant notamment une politique intransigeante face à l’immigration clandestine, fait son entrée au Parlement andalou en remportant 12 sièges (sur 109) lors d’élections régionales anticipées le 2 décembre – une première pour la formation créée en 2013, qui ne disposait jusqu’alors d’aucun élu dans les Parlement régionaux du royaume.

L’ancien Premier ministre Manuel Valls, candidat à la mairie de Barcelone, a été chahuté mardi 4 dĂ©cembre dans un quartier de cette ville par quelques dizaines de militants d’extrême-gauche ou indépendantistes. Manuel Valls s’est lancé à la conquête de la métropole catalane.

Russie. Lors du G20 à Buenos Aires, Vladimir Poutine a de nouveau sorti les crocs au sujet de la guerre qui se déroule dans le Donbass : « La guerre va continuer » dans l’Est de l’Ukraine tant que les autorités ukrainiennes actuelles « resteront au pouvoir », a-t-il prévenu.

Vladimir Poutine a mis en garde mercredi contre une nouvelle course aux armements et promis que la Russie développera de nouveaux missiles balistiques de portée intermédiaire si les États-Unis quittent, comme ils ont dit vouloir le faire, un traité nucléaire de 1987 (INF) qui régule leur usage.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99