Union europĂ©enne. À Bruxelles, Mike Pence, vice-prĂ©sident amĂ©ricain a rassurĂ© les EuropĂ©ens : « Le prĂ©sident m’a demandĂ© de venir ici Ă  Bruxelles, au cƓur de l’Union europĂ©enne, pour dĂ©livrer un message : l’engagement fort des États-Unis Ă  poursuivre la coopĂ©ration et le partenariat avec l’UE. »

Les EuropĂ©ens n’ont pas Ă©tĂ© convaincus par les propos rassurants des dirigeants amĂ©ricains, qui ont pourtant rĂ©affirmĂ© l’« engagement inĂ©branlable » des États-Unis dans l’Otan. Mais ce sont les Russes qui sont le plus dĂ©pitĂ©s : ils attendaient des propos plus conciliants Ă  leur Ă©gard.

Paris et Berlin ont exhortĂ© la Commission europĂ©enne Ă  rĂ©viser le Code Schengen pour mieux tenir compte de la menace terroriste. Les ministres souhaitent que les contrĂŽles soient rĂ©tablis pour « des durĂ©es supĂ©rieures Ă  celles prĂ©vues actuellement » et que les conditions d’exercice des contrĂŽles en dehors d’une pĂ©riode de rĂ©tablissement soient « assouplies ».

Italie. MasquĂ©s et vĂȘtus de costumes d’Ă©poque, ils Ă©taient des dizaines de milliers Ă  se presser dimanche 19 fĂ©vrier place Saint Marc Ă  Venise pour assister au traditionnel « vol de l’Ange » qui marque le dĂ©but des festivitĂ©s du Carnaval.

Espagne. Cristina, la sƓur du roi d’Espagne, a Ă©tĂ© innocentĂ©e par la justice dans une retentissante affaire de corruption qui a Ă©branlĂ© la monarchie. En revanche, son mari, l’ancien champion olympique de handball, Inaki Urdangarin, a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  six ans de prison.

Lors du sommet franco-espagnol qui s’est tenu Ă  Malaga lundi 20 fĂ©vrier, les ministres français et espagnol de l’intĂ©rieur et de la justice ont signĂ© un accord inĂ©dit autorisant la remise par la France Ă  l’Espagne « des documents et objets saisis dans des affaires relatives Ă  l’organisation terroriste ETA, instruites depuis 1999 par le tribunal de grande instance de Paris et qui sont dĂ©finitivement jugĂ©es. »

L’objectif affichĂ© par cette dĂ©claration d’intention est de « consolider les liens d’amitiĂ© marquĂ©s par plusieurs dĂ©cennies de collaboration Ă©troite dans la lutte contre le terrorisme », mais aussi de « rendre hommage Ă  la mĂ©moire des victimes » de l’ETA.

Pays-Bas. Le 15 mars, les Hollandais renouvellent la Chambre des dĂ©putĂ©s. Le Parti de la libertĂ© de Geert Wilders pourrait devenir la premiĂšre force politique du pays. Au programme, la fermeture des mosquĂ©es et l’interdiction du Coran. Il vient de dĂ©noncer la « racaille marocaine ».

Danemark. Une adolescente de 15 ans, danoise de souche et convertie Ă  l’islam, s’apprĂȘtait Ă  commettre deux attentats Ă  l’explosif, l’un contre une Ă©cole juive Ă  Copenhague, et l’autre dans son propre collĂšge. En 2015, elle avait passĂ© ses vacances en Turquie et s’était convertie Ă  l’islam.

Allemagne. Angela Merkel a admis que la valeur de l’euro Ă©tait trop basse, ce qui pose un « problĂšme » Ă  l’Allemagne, mais a soulignĂ© que Berlin n’avait pas les moyens de le rĂ©soudre, la politique monĂ©taire Ă©tant dĂ©finie par la Banque centrale europĂ©enne (BCE).

Le Conseil des ministres du Land de BaviÚre a émis un projet de loi interdisant le voile intégral dans les écoles, les universités, la fonction publique et les bureaux de vote. « La dissimulation du visage entrave la culture de la communication qui est à la base de notre systÚme libre et démocratique. »

L’Allemagne et la loi du retour

La Loi fondamentale, la constitution allemande, autorise les descendants de tout Allemand qui aurait Ă©tĂ© dĂ©chu de sa nationalitĂ© par le rĂ©gime nazi Ă  dĂ©poser une demande de passeport allemand. Les formalitĂ©s sont relativement simples et l’ambassade apporte une aide significative aux recherches. Depuis la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union europĂ©enne, jamais l’Allemagne n’a eu Ă  traiter autant de dossiers de juifs de la deuxiĂšme ou troisiĂšme gĂ©nĂ©ration dĂ©sirant prendre la nationalitĂ© allemande. L’ambassade Ă  Londres a traitĂ© en 2016 environ 650 dossiers, sans compter les demandes en cours d’examen, contre 25 par an les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes.

Hongrie. Dans son discours annuel Ă  la nation hongroise, le Premier ministre Viktor Orban s’est dit prĂȘt Ă  accueillir « les vrais rĂ©fugiĂ©s : Allemands, Hollandais, Français et Italiens, politiciens et journalistes terrorisĂ©s, tous ceux qui veulent retrouver ici en Hongrie l’Europe qu’ils ont perdue dans leur patrie. »

Pologne. AprĂšs avoir pris en main les mĂ©dias publics et le Tribunal constitutionnel, la majoritĂ© conservatrice au pouvoir Ă  Varsovie s’apprĂȘte Ă  ouvrir un nouveau front dans sa bataille idĂ©ologique avec l’opposition libĂ©rale en s’en prenant aux mĂ©dias privĂ©s.

Le prĂ©sident, Jaroslaw Kaczynski, l’a clairement expliquĂ© Ă  plusieurs reprises : « Une rĂ©forme des mĂ©dias est nĂ©cessaire. Nous voulons qu’ils tendent vers la vĂ©ritĂ©, au lieu de s’engager dans un conflit politique. Il faut mettre en Ɠuvre des lois de suppression des monopoles qui vont rĂ©guler ce marchĂ©. »

Ukraine. Le chef de la diplomatie russe, SergueĂŻ Lavrov, a annoncĂ© une trĂȘve entre les rebelles prorusses et l’armĂ©e ukrainienne. Ce cessez-le-feu a Ă©tĂ© obtenu entre l’Ukraine, la Russie, l’Allemagne et la France lors du sommet de Munich sur la sĂ©curitĂ©.

Russie. La fusĂ©e « Soyouz-U » vient d’ĂȘtre installĂ©e sur le pas de tir « Gagarine » du cosmodrome de BaĂŻkonour. Pour son dernier vol, mercredi 22 fĂ©vrier, le cĂ©lĂšbre lanceur va acheminer du matĂ©riel vers la Station Spatiale Internationale.

Un sondage rĂ©vĂšle que la majoritĂ© des Russes ne considĂšrent pas les rĂ©publiques de Donetsk et de Lougansk comme faisant partie de l’Ukraine. 82 % des rĂ©pondants soutiennent la poursuite de l’aide humanitaire aux habitants du Donbass.

À un an du scrutin, prĂ©vu en mars 2018, il ne fait plus guĂšre de doute que Vladimir Poutine – nĂ© en 1952 – briguera une nouvelle fois le fauteuil suprĂȘme, ce qui l’emmĂšnera jusqu’en 2024, annĂ©e oĂč il fĂȘtera ses 72 ans et vingt-quatre ans de pouvoir ininterrompu.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.