Union europĂ©enne. L’UE a dĂ©cidĂ© de prolonger les sanctions prises contre Moscou au cours de l’annĂ©e 2014. La Hongrie, la GrĂšce, l’Italie ont manifestĂ© derniĂšrement leurs critiques Ă  l’égard d’une prolongation « telle quelle » ; la plupart des pays du nord et de l’est de l’Europe campent sur une ligne trĂšs ferme Ă  l’égard de Moscou. Contrairement aux fois prĂ©cĂ©dentes, la prolongation ne sera pas une dĂ©cision prise simplement au niveau « technique » des ambassadeurs, mais le dossier sera sur le bureau des chefs d’État. OĂč l’on va, une fois de plus, mesurer leur irresponsabilitĂ© et leur allĂ©geance Ă  Washington.

Slovaquie. Le 1er juillet, la Slovaquie prendra, pour six mois, la prĂ©sidence tournante de l’Union europĂ©enne. Son Premier ministre, Robert Fico, a clairement fait savoir qu’il n’entend pas laisser les bureaucrates de Bruxelles lui imposer leurs vues. Bien Ă©videmment, le sujet qui fĂąche, aussi bien les Slovaques que les autres pays d’Europe centrale, est celui de l’islam et de l’immigration, mais aussi l’influence de gens comme George Soros, dĂ©noncĂ©e par Viktor Orban, Premier ministre hongrois.

Angleterre. Priti Patel, dĂ©putĂ© tory de l’Essex et ministre d’État de l’emploi plaide pour le Brexit. Issue d’une famille d’immigrĂ©s indiens venus d’Ouganda, nĂ©e Ă  Londres, elle partage la crainte de beaucoup de Britanniques d’un trop plein d’immigrĂ©s. Et elle a dĂ©veloppĂ© une rhĂ©torique pour le moins inattendue, de la part d’un ministre conservateur, mais pas nĂ©cessairement fausse : elle dĂ©clare que David Cameron et George Osborne sont « trop riches pour se prĂ©occuper de l’immigration ».

Les festivitĂ©s n’en finissent pas Ă  Londres, Ă  l’occasion des 90 ans de la reine Elisabeth II. Un pique-nique gĂ©ant aura lieu le 12 juin, en sa prĂ©sence, devant Buckingham Palace : 10 000 invitĂ©s !

Autriche. Le ministre autrichien des Affaires Ă©trangĂšres, Sebastian Kurz, suggĂšre que l’Union europĂ©enne empĂȘche les demandeurs d’asile d’accĂ©der directement au continent en les retenant sur des Ăźles, s’inspirant ainsi de « l’exemple australien », trĂšs dĂ©criĂ©, pour dĂ©courager les dĂ©parts de migrants.

Allemagne. Alexander Gauland, vice-prĂ©sident du parti populiste Alternative pour l’Allemagne (AfD), a qualifiĂ© la chanceliĂšre allemande Angela Merkel de « dictateur » qui veut « remplacer le peuple allemand » par des migrants.

ÂgĂ© de 76 ans, le prĂ©sident de la RĂ©publique fĂ©dĂ©rale d’Allemagne, Joachim Gauck, a dĂ©cidĂ© de ne pas effectuer un second mandat de cinq ans (2017-2022). MalgrĂ© un scrutin de grands Ă©lecteurs, aucun parti n’a la majoritĂ© pour imposer un candidat.

Thilo Sarazin, auteur d’un best seller (L’Allemagne disparaĂźt) remet le couvert avec un nouvel ouvrage (non encore traduit). Et il accuse Merkel : « Ce ne sont pas les Allemands qui clament : “Venez tous chez nous !”, c’est notre chanceliĂšre si puissante qui a pris cette dĂ©cision sans leur demander leur avis. Tous les sondages indiquent que les Allemands ne partagent pas sa vision ». Merkel est une engeance ! Pas seulement allemande.

La 64e rĂ©union annuelle du Bilderberg s’est tenu du 9 au 12 juin Ă  Dresde. 150 participants ont confirmĂ© leur venue. Au menu des discussions, l’élection amĂ©ricaine, la crise des migrants et d’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale tout ce qui intĂ©resse l’élaboration du mondialisme. Cette annĂ©e, la prĂ©sidence de la rĂ©union est assurĂ©e par le Français Henri de Castries, prĂ©sident en partance des assurances Axa.

Parmi les Français, on relĂšve les noms de Patricia Barbizet (Artemis), Nicolas Baverez, Olivier Blanchard (Peterson Institute), Emmanuelle Richard, directrice de l’institut Max Planck pour l’étude des maladies infectieuses, Laurent Fabius, Étienne Gernelle, directeur du Point et Edouard Philippe, maire du Havre.

Selon l’Institut Ifo : 80 % des rĂ©fugiĂ©s n’ont pas la formation d’un simple OS allemand. Ils ne parlent pas la langue, ne connaissent pas l’alphabet latin. Et la facture devrait s’élever Ă  93,6 milliards d’euros d’ici la fin 2020.

Italie. Il y a de fortes chances pour que Virginia Raggi, avocate de 37 ans, du Mouvement 5 Ă©toiles de Beppe Grillo, soit le prochain maire de Rome. Elle arrive largement en tĂȘte au premier tour avec 35,6 % des voix. La droite, divisĂ©e, est Ă©liminĂ©e. Mais les populistes rĂ©alisent 20,7 % des voix en la personne de Giorgia Meloni.

Danemark. Le MusĂ©e national du Danemark, Ă  Copenhague, a annoncĂ© avoir supprimĂ© les mots « nĂšgre » et « hottentot » (nom donnĂ© par les Hollandais Ă  l’ethnie africaine khoĂŻkhoĂŻ) des titres et descriptions de 14 Ɠuvres, parce qu’ils reflĂ©taient la langue de l’époque coloniale.

SuĂšde. Elle a connu en 2015 le plus grand nombre de demandes d’asile jamais enregistrĂ© dans le pays : 163 000 dossiers ont Ă©tĂ© officiellement dĂ©posĂ©s. Les statistiques publiques SVT viennent de rĂ©vĂ©ler que sur ces dizaines de milliers de personnes, moins de 500 ont trouvĂ© un emploi. Les autres ne sont pas au travail et vivent donc de la solidaritĂ© nationale, si c’est le terme qui convient.

Suisse. Les Suisses n’entendent pas qu’on soit payĂ© Ă  rien faire. 76,9 % des Ă©lecteurs ont en effet rejetĂ© dimanche, par votation, l’initiative en faveur d’un revenu de base inconditionnel (RBI) en Suisse. Ce rĂ©sultat n’est pas une surprise ; il avait Ă©tĂ© anticipĂ© par les sondages depuis sa proposition.