Selon le magazine d’actualitĂ© allemand Der Spiegel, les stratĂšges de l’OTAN ont esquissĂ© un rapport secret incluant le pire des scĂ©narios possibles pour l’Alliance atlantique, selon lequel le nouveau prĂ©sident Ă©lu des États-Unis Donald Trump mettrait sa menace Ă  exĂ©cution et ordonnerait aux troupes amĂ©ricaines de se retirer d’Europe.

«Pour la premiĂšre fois, la sortie des États-Unis de l’OTAN est devenue une menace» qui pourrait mettre Ă  mal l’existence-mĂȘme du bloc, a dĂ©clarĂ© un officier allemand de l’Alliance au magazine, sous couvert d’anonymat.

«Nous sommes face à un moment de la plus haute et inédite incertitude pour les relations transatlantiques», a pour sa part commenté Wolfgang Ischinger, ancien ambassadeur allemand à Washington et dirigeant de la Conférence internationale de sécurité de Munich.

Au cours de la campagne qui a prĂ©cĂ©dĂ© son Ă©lection, Donald Trump a plusieurs fois suggĂ©rĂ© que s’il Ă©tait Ă©lu, les Etats-Unis pourraient refuser de venir Ă  la rescousse de leurs alliĂ©s de l’OTAN, sauf si ceux-ci «payaient la note» et «respectaient leurs obligations envers» Washington. Il avait par ailleurs qualifiĂ© l’Alliance d’«obsolĂšte».

Cette promesse avait fait rĂ©agir le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’OTAN Jens Stoltenberg, qui avait vivement critiquĂ© le programme du RĂ©publicain amĂ©ricain, en dĂ©clarant : « Tous les alliĂ©s ont fait la promesse solennelle de se dĂ©fendre l’un l’autre. C’est quelque chose d’absolument non-nĂ©gociable. »

A l’annonce des rĂ©sultats du scrutin du 8 novembre, le prĂ©sident de la Commission europĂ©enne Jean-Claude Juncker, guĂšre plus rassurĂ©, a indiqué : «Les États-Unis n’assureront pas la sĂ©curitĂ© des EuropĂ©ens sur le long terme [
] Nous devons le faire nous-mĂȘmes.»

Craignant que le nouveau prĂ©sident Ă©lu des États-Unis ne s’y prĂ©sente pas aprĂšs son entrĂ©e en fonction, l’OTAN a repoussĂ© la date de son prochain sommet, qui devait avoir lieu dĂ©but 2017 Ă  Bruxelles. Celui-ci aura finalement lieu l’étĂ© prochain.

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Article paru sur le site Les Observateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.