RĂ©mi Tremblay, correspondant d’EuroLibertĂ©s au QuĂ©bec

C’est mission accomplie pour les Vikings modernes du Draken Harald Harfagre parti de NorvĂšge le 26 avril dernier. Un millier d’annĂ©es aprĂšs leurs prĂ©dĂ©cesseurs, les hommes du capitaine Björn Ahlander rĂ©ussirent leur traversĂ©e de l’Atlantique, arrivant le 1er juin Ă  Terre-Neuve, ou Vinland comme les anciens guerriers venus du nord surnommaient cette terre.

L’accostage eut lieu au petit port de Saint-Anthony, prĂšs du site de l’Anse aux Meadows, un ancien village viking dĂ©couvert en 1963 et qui est aujourd’hui protĂ©gĂ© par l’UNESCO.

Deux semaines plus tard, c’est au tour de la capitale nationale, QuĂ©bec, de recevoir leur visite, aprĂšs la petite ville de Baie-Comeau sur la Rive Nord du fleuve Saint-Laurent oĂč les Vikings modernes avaient Ă©tĂ© accueillis par de nombreux QuĂ©bĂ©cois venus saluer leur exploit, dont l’équipe de hockey locale qui porte le nom de Drakkar. Il faut savoir que la vitesse maximale de ce navire est de 14 nƓuds, soit environ 25 km/h.

BĂąti en chĂȘne, le « long ship » mesure 33 mĂštres de long, ce qui en fait le plus long drakkar des temps modernes. Sa construction dĂ©buta en 2010 et ce n’est qu’en 2012 qu’il prit la mer pour de petits voyages. En 2014, ce bateau qui Ă©tait Ă  l’origine un projet historique, prit l’ocĂ©an pour la premiĂšre fois, reliant sont port d’attache Haugesund en NorvĂšge et Liverpool en Grande-Bretagne.

Les 28 Vikings provenant d’Europe, mais aussi d’AmĂ©rique, remontent actuellement le Saint-Laurent et s’arrĂȘteront pour la fĂȘte du Canada, le 1er juillet, Ă  Toronto.

Si rien n’indique que les Vikings remontĂšrent rĂ©ellement le Saint-Laurent comme les Basques et Bretons qui y pĂȘchaient la baleine et la morue, rien ne prouve le contraire et cela n’empĂȘche pas nos modernes Vikings de prolonger l’aventure de leurs lointains ancĂȘtres. En fait, l’objectif de l’équipage est de se rendre dans les Grands Lacs, qui dĂ©limitent le Canada des États-Unis, pour y prendre part Ă  la compĂ©tition Tall ship challenge Great Lakes 2016, oĂč convergeront des Ă©quipage du monde entier.

Par la suite, ce sera le tour de la CĂŽte est d’ĂȘtre visitĂ©e par ces aventuriers modernes.

Ce drakkar fut construit de façon artisanale d’aprĂšs les descriptions des sagas nordiques en essayant de respecter les mĂ©thodes du VIIIe siĂšcle. L’équipage d’une trentaine d’hommes et femmes est dirigĂ© par le SuĂ©dois Björn Ahlande qui dut manƓuvrer dans l’Atlantique Nord en Ă©vitant les icebergs, ce qui fut, d’aprĂšs un porte-parole rejoint par les mĂ©dias sociaux, le principal dĂ©fi.

Lire aussi sur ce sujet des Vikings en AmĂ©rique le livre qui vient de paraĂźtre aux Ă©ditions Dualpha, Le grand voyage du Dieu-Soleil de Jacques de Mahieu. Le professeur de Mahieu apporte avec ce livre les preuves formelles de l’arrivĂ©e, cinq siĂšcles avant Christophe Colomb, des drakkars vikings en AmĂ©rique. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.