Le lundi 10 dĂ©cembre, la majoritĂ© des membres de l’Organisation des Nations unies, 150 sur 194, a signĂ© le « Pacte pour des migrations sĂ»res, ordonnĂ©es et rĂ©guliĂšres », dit « Pacte de Marrakech » (ville qui, soit dit en passant, ne mĂ©rite pas tant d’éloges touristiques).

invasion migratoire

Ce texte, rédigé par des « experts » dans la foulée de la crise migratoire de 2015, entend répondre aux flux de populations qui vont aller, hélas, en empirant.

En fait de rĂ©gulation des migrations, c’est un coup de pouce donnĂ© aux millions de clandestins qui veulent quitter des sociĂ©tĂ©s anarchiques et des pays ingrats qui ne peuvent assurer leur pitance, pour rechercher des conditions de vie meilleures. C’est humain, mais cela ne correspond pas Ă  nos intĂ©rĂȘts, pas Ă  ceux, en tout cas, des peuples europĂ©ens, Ă  commencer par le peuple français qui a dĂ©jĂ  beaucoup donné ! C’est peut-ĂȘtre Ă©goĂŻste, mais c’est comme ça : « charitĂ© bien ordonnĂ©e commence par soi-mĂȘme », n’en dĂ©plaise aux pleureuses professionnelles des ONG alimentaires et
 alimentĂ©es de nos deniers !

AprĂšs la misĂšre qui fait fuir des peuples, principalement d’Afrique, on nous fait le coup des rĂ©fugiĂ©s climatiques. En mars dernier, l’ONU prĂ©conisait dĂ©jĂ  l’entrĂ©e – excusez du peu ! –, de 159 millions d’immigrĂ©s sur notre vieux continent d’ici Ă  2025/2030. Invraisemblable.

Pour faire avaler cette couleuvre, on ressort toujours la mĂȘme rengaine, les peuples europĂ©ens sont Ă©puisĂ©s, il faut un sang neuf et des bras pour l’industrie.

Les migrants n’importent que leurs problùmes

Mais dans des sociĂ©tĂ©s de plus en plus Ă©voluĂ©es technologiquement, oĂč les industries lourdes sont mortes, on peut douter que des armĂ©es d’analphabĂštes puissent occuper des postes d’ingĂ©nieurs ou de techniciens. La grasse Allemagne en fournit un magnifique exemple : si quelques immigrĂ©s, dĂ©jĂ  formĂ©s, ont pu trouver un job immĂ©diatement aprĂšs le rush de 2015, la plus grande partie, inadaptĂ©e au monde moderne, reste Ă  la charge des contribuables de la RFA.

Avec les consĂ©quences sĂ©curitaires que l’on connaĂźt. Aujourd’hui, l’ONU veut nous imposer « un mĂ©canisme de renforcement des capacitĂ©s (d’accueil) au sein du systĂšme des Nations (dites
) unies ».

Parmi les exigences de ce pacte, « le renforcement des opĂ©rations maritimes pour sauver des vies », le renforcement Ă©galement « de l’action internationale face aux trafics de migrants », l’obligation « de ne recourir au placement en rĂ©tention administrative qu’en dernier ressort » et permettre aussi Ă  ces mĂȘmes migrants l’accĂšs « aux services de base ». Contribuables de tous les pays dĂ©veloppĂ©s, Ă  vos portefeuilles !

On nous dit « le pacte ne modifiera pas les lois nationales et les États restent souverains ». PrĂ©sentĂ© comme un catalogue de nouveaux droits de l’homme, ce texte induit de nouvelles obligations et de nouveaux devoirs aux États membres. Si nos vieilles nations courbaient l’échine, c’en serait fini de notre « modĂšle social » Ă  la française, modĂšle qui, soit dit en passant, est dĂ©jĂ  en train de s’écrouler sous les coups de butoir du laxisme social et de l’égoĂŻsme des (trop) bien nantis. Il n’y a que des « ravis de la crĂšche » comme, par exemple le sĂ©nateur Patriat, ex-socialiste, leader du groupe des « Marcheurs » au sĂ©nat, pour qui « faire sociĂ©té », c’est « organiser le bien vivre ensemble » !

On voit ce que donne cette fumisterie avec, comme triste exemple, un de plus, la tuerie de Strasbourg commise par un descendant d’immigré maghrĂ©bin ! Pour en revenir au pacte signĂ© au nom de la France par un obscur secrĂ©taire d’État, le sieur Le Moyne, dĂ©pĂȘchĂ© par un Macron qui n’a pas osĂ© y aller lui-mĂȘme, « Gilets jaunes » obligent, il servira d’alibi commode aux clandestins dĂ©boutĂ©s du droit d’asile.

Un exemple abstrait aujourd’hui, concret demain

Prenons un exemple abstrait : M. Mamadou, un SĂ©nĂ©galais, venant d’un pays « dĂ©mocratique », en paix, entrĂ© clandestinement en France, est dĂ©boutĂ© du droit d’asile. Avant sa trĂšs problĂ©matique expulsion – rappelons les chiffres dĂ©risoires des « retours au pays » effectuĂ©s par la France, Ă  peine un peu plus de 30 000 expulsions dont la moitiĂ© rĂ©alisĂ©e Ă  partir de Mayotte et de la Guyane ! –, aiguillonnĂ© par l’une des nombreuses associations « caritatives » dĂ©fendant d’abord le sort des migrants, il sollicitera la Cour europĂ©enne des droits de l’homme, la fameuse et redoutable CEDH. Elle lui donnera forcĂ©ment raison, et ce jugement fera jurisprudence pour les cas suivants. CQFD, la boucle sera bouclĂ©e.

De non contraignant au dĂ©part, les contenus du pacte s’appliqueront en vertu des dĂ©cisions d’une instance judiciaire hors sol, anonyme et internationale, Ă  laquelle un gouvernement de « dhimmis » comme celui de la France, n’osera pas s’opposer. Il y a, toutefois, dans ce tragique panorama, des rĂ©sistances qui nous rĂ©chauffent le cƓur.

Des pays qui, eux, sont debout

L’Italie et la Suisse n’étaient pas reprĂ©sentĂ©es au Maroc, la Belgique est en pleine crise gouvernementale, le principal parti reprĂ©sentant la communautĂ© flamande refusant sa participation Ă  cette farce, la Bulgarie a rejoint la liste des pays qui se sont officiellement dĂ©clarĂ©s hostiles Ă  ce document, citons au hasard : États-Unis, IsraĂ«l, Autriche, Estonie, Lettonie, Chili, RĂ©publique Dominicaine – comme on la comprend avec HaĂŻti Ă  ses portes ! –, les quatre membres du groupe de ViĆĄegrad et bien d’autres États, une bonne quarantaine au total, refusent de se joindre Ă  cette sinistre plaisanterie. Ils savent bien que cette marchandise est frelatĂ©e et que ce vote, pour l’instant de portĂ©e symbolique car il n’a, AUJOURD’HUI, aucune contrainte juridique, sera demain un vĂ©ritable corset, un de plus resserrant leur souverainetĂ©.

De plus, ce pacte ne promeut-il pas la propagande en faveur de l’accueil des immigrĂ©s et n’encourage-t-il pas des sanctions matĂ©rielles Ă  l’endroit des mĂ©dias hostiles Ă  l’immigration de masse ? Et la juge canadienne Louise Arbour, qui manageait ce grand raout mondialiste, a eu beau dĂ©clarer que les autres pays « finiront par y venir (Ă  ce pacte, NDA), car la migration est un sujet qui va nous interpeller pendant des dĂ©cennies. Le pacte ce n’est pas la fin, mais le dĂ©but de la nĂ©cessitĂ© d’une meilleure coopĂ©ration », la rĂ©sistance va s’organiser.

D’abord, dĂ©mocratiquement, dans les urnes comme la poussĂ©e populiste – oh l’horrible mot ! –, le dĂ©montre chaque jour, en Europe comme ailleurs. Un dernier rĂ©confort pour donner du baume au cƓur ? 50 000 Canadiens ont approuvĂ© une pĂ©tition hostile Ă  la signature par le trublion Justin Trudeau, au nom du Canada, de ce « pacte » dont on souhaite bien volontiers, qu’il finisse aux orties !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99