MinistĂšre des affaires Ă©trangĂšres
Fédération de Russie

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, les États-Unis ont attaquĂ© les forces gouvernementales syriennes en prenant pour prĂ©texte l’incident chimique survenu dans la province d’Idleb.

Sans prendre la peine de faire le point sur la situation, les USA ont dĂ©cidĂ© de faire une dĂ©monstration de force, d’entrer en conflit armĂ© avec un pays qui combat le terrorisme international.

Ce n’est pas la premiĂšre fois que les USA font preuve d’une telle approche irrĂ©flĂ©chie qui ne fait qu’aggraver les problĂšmes dans le monde et menacent la sĂ©curitĂ© internationale. La prĂ©sence mĂȘme de militaires amĂ©ricains et d’autres pays sur le territoire syrien sans l’accord du gouvernement de ce pays ni dĂ©cision du Conseil de sĂ©curitĂ© des Nations unies est une violation grossiĂšre et absolument injustifiĂ©e du droit international. Si, jusqu’Ă  prĂ©sent, cette prĂ©sence Ă©tait expliquĂ©e par la lutte contre le terrorisme, il s’agit cette fois manifestement d’un acte d’agression flagrant contre la Syrie souveraine. L’attaque menĂ©e aujourd’hui par les États-Unis ne fait que dĂ©grader davantage les relations russo-amĂ©ricaines.

Nous avons exprimĂ© plusieurs fois notre disposition Ă  coopĂ©rer pour rĂ©gler les problĂšmes les plus critiques et, en premier lieu, pour lutter contre le terrorisme international. Mais nous n’accepterons jamais les actes illĂ©gitimes contre les autoritĂ©s syriennes lĂ©gitimes qui mĂšnent depuis longtemps une guerre intransigeante contre le terrorisme international.

Pour justifier son attaque, Washington a complĂštement dĂ©formĂ© les faits survenus dans la province d’Idleb. L’AmĂ©rique ne peut pas ne pas comprendre que l’armĂ©e gouvernementale syrienne n’a pas utilisĂ© l’arme chimique car, tout simplement, Damas n’en dispose pas comme cela a Ă©tĂ© confirmĂ© Ă  plusieurs reprises par les spĂ©cialistes compĂ©tents. Ces conclusions ont Ă©tĂ© confirmĂ©es par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Ces derniĂšres annĂ©es, cette organisation a inspectĂ© pratiquement tous les sites qui pourraient ĂȘtre en relation avec le programme chimique militaire en Syrie. A Idleb, les terroristes fabriquaient par contre des munitions chimiques destinĂ©es Ă  ĂȘtre utilisĂ©es en Syrie et en Irak. La destruction de cette usine a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e au cours d’une opĂ©ration de l’armĂ©e de l’air syrienne.

Les USA font semblant de ne pas comprendre l’Ă©vidence. Ils ont fermĂ© les yeux sur l’usage de l’arme chimique par les terroristes en Irak, pourtant officiellement rapportĂ© par Bagdad. Ils ignorent les documents protocolaires concernant l’usage de l’arme chimique par les terroristes Ă  Alep. En agissant ainsi on ne peut qu’encourager le terrorisme international, le renforcer et s’attendre Ă  de nouvelles attaques avec l’usage d’armes de destruction massive.

Sans aucun doute, l’attaque des USA est une tentative de dĂ©tourner l’attention de la situation Ă  Mossoul oĂč les opĂ©rations, y compris de la coalition amĂ©ricaine, ont fait des centaines de morts parmi les civils et oĂč la catastrophe humanitaire s’aggrave.

Il est Ă©vident que le tir de missiles de croisiĂšre amĂ©ricains avait Ă©tĂ© prĂ©parĂ©. Il est Ă©vident pour tout spĂ©cialiste que la dĂ©cision d’attaquer a Ă©tĂ© prise par Washington avant les Ă©vĂ©nements Ă  Idleb, qui ont simplement servi de prĂ©texte pour une dĂ©monstration de force.

La Russie suspend le MĂ©morandum sur la prĂ©vention des incidents et la sĂ©curitĂ© des vols de l’aviation au cours des opĂ©rations en Syrie signĂ© avec les États-Unis.

Nous appelons le Conseil de sécurité des Nations unies à organiser une réunion extraordinaire pour évoquer la situation actuelle.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.