par Étienne Lafage.

À la recherche d’un soutien international pour faire plier l’armĂ©e de Bachar al-Assad dans la rĂ©gion syrienne d’Idlib, Recep Tayyip Erdogan a annoncĂ© ouvrir ses frontiĂšres vers l’Union europĂ©enne pour laisser passer son flot de migrants.

Le prĂ©sident de la RĂ©publique de Turquie a annoncĂ©, samedi 29 fĂ©vrier, l’ouverture de ses frontiĂšres vers l’Union europĂ©enne. Une dĂ©cision qui concerne « 18 000 migrants depuis vendredi », selon les autoritĂ©s turques qui veulent mettre la pression sur les dirigeants europĂ©ens afin d’obtenir du soutien dans le bras de fer qui les oppose Ă  Vladimir Poutine et Bachar al-Assad dans la rĂ©gion nord de la Syrie.

Jeudi dernier, 33 soldats turcs ont Ă©tĂ© tuĂ©s dans des frappes de l’armĂ©e du rĂ©gime syrien. En reprĂ©sailles, l’armĂ©e turque a lourdement bombardĂ© l’aĂ©roport militaire de Neyrab, non loin d’Alep, puis abattu deux avions militaires syriens dans la rĂ©gion d’Idlib. Recep Tayyip Erdogan a sommĂ© Vladimir Poutine de « s’îter de son chemin », pour le laisser « seul Ă  seul » avec Bachar al-Assad.

La GrĂšce en premiĂšre ligne

Pour mettre la pression sur la communautĂ© internationale, le chef de l’Etat turc a ouvert ses frontiĂšres occidentales. Plus de dix mille migrants venus de l’Afghanistan, de la Syrie ou de l’Irak se retrouvent donc massĂ©s aux portes de la GrĂšce. En rĂ©ponse, les autoritĂ©s athĂ©niennes ont annoncĂ© qu’elles « n’accepteront aucune demande d’asile pendant un mois » et « expulseront tous les migrants franchissant sa frontiĂšre ». Une fermetĂ© expliquĂ©e par l’isolement du pays, abandonnĂ© dans cette situation par les autres pays europĂ©ens, et par la crise Ă  Lesbos oĂč des centaines d’habitants protestent depuis plusieurs mois contre la submersion migratoire Ă  laquelle ils doivent faire face.

Face Ă  la fermeture de la frontiĂšre hellĂšne, les migrants se retrouvent bloquĂ©s aux marges de la Turquie, interdits de retourner Ă  Istanbul par les forces de l’ordre turques. Seule solution : passer par la mer. Les conditions mĂ©tĂ©orologiques favorables de ces derniers jours ont permis Ă  une quinzaine de bateaux d’accoster sur l’üle de Lesbos dĂ©jĂ  surchargĂ©e par les clandestins. Le centre d’accueil construit pour accueillir 3 000 personnes est dĂ©jĂ  peuplĂ© de 20 000 migrants. Alors, si les garde-cĂŽtes peuvent ĂȘtre dĂ©passĂ©s, les clandestins devraient faire face Ă  un accueil glaçant de la part de la population exaspĂ©rĂ©e et abandonnĂ©e par les autoritĂ©s.

Des rendez-vous cruciaux

InquiĂšte de la situation, l’Union europĂ©enne devrait rĂ©unir cette semaine les ministres des Affaires Ă©trangĂšres afin de trouver une issue Ă  cette crise diplomatique. En attendant, le Premier ministre bulgare, BoĂŻko Borissov, dont le pays partage une frontiĂšre avec la Turquie, doit rencontrer Recep Tayyip Erdogan au nom des vingt-sept pays. De son cĂŽtĂ©, Vladimir Poutine devrait discuter avec son homologue turc le 5 ou 6 mars prochain pour tenter de trouver un accord en vue d’une dĂ©sescalade de la tension dans la rĂ©gion d’Idlib en Syrie, a annoncĂ© le Kremlin.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99