Les faits 

Jeudi 14 juillet Ă  Nice, un camion a foncĂ© dans la foule sur la promenade des Anglais, renversant les personnes qui se trouvaient sur son chemin, sur une distance de 2 km. La cĂ©lĂšbre avenue Ă©tait fermĂ©e aux vĂ©hicules et donc remplie de monde alors que le feu d’artifice donnĂ© pour la fĂȘte nationale venait de se terminer. Le poids lourd de 15 m de long qui roulait Ă  90 km/h a fauchĂ© les personnes se trouvant sur son passage « comme des quilles » d’aprĂšs les tĂ©moins. Le ministĂšre de l’IntĂ©rieur donne le bilan provisoire d’au moins 84 morts et cinquante blessĂ©s graves. Comme le montrent les images de l’évĂ©nement, le mouvement de panique s’est ensuite propagĂ© dans une grande partie du centre-ville.

Le tueur 

Selon les premiers Ă©lĂ©ments recueillis par la police judiciaire, le tueur serait un homme de double nationalitĂ© tunisienne et française ĂągĂ© de 31 ans. L’homme Ă©tait sous contrĂŽle judiciaire depuis le 27 janvier pour « violence », mais pas pour radicalisation. Il habitait dans les quartiers de l’Est de Nice, quartiers connus pour leur forte densitĂ© de populations nord-africaines.

Le mode opératoire 

En septembre 2014, Abou Mohammed Al-Adnani, porte-parole de l’organisation terroriste « Ă‰tat islamique » avait donnĂ© comme consigne de passer Ă  l’action de maniĂšre isolĂ©e et avec n’importe quelle arme disponible :

« Si vous ne pouvez pas faire sauter une bombe ou tirer une balle, dĂ©brouillez-vous pour vous retrouver seul avec un infidĂšle français ou amĂ©ricain et fracassez-lui le crĂąne avec une pierre, tuez-le Ă  coups de couteau, renversez-le avec votre voiture
 »

Lirela suite de l’article sur Katehon.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.