Lors des Ă©lections pour le Parlement du Land de Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale de ce 4 septembre 2016, la CDU d’Angela Merkel arrive en troisiĂšme position avec 19 % des voix. Le Parti social-dĂ©mocrate SPD est premier avec 30,6 % et le parti patriotique AfD (Alternative pour l’Allemagne), nouveau venu, obtient 20,8 % des voix. Les post-communistes de Die Linke sont quatriĂšme avec 13,2 %.

Les deux faits remarquables de ce scrutin sont que l’AfD dĂ©passe la CDU et que l’AfD obtient trois mandats directs.

Mandats directs

Les Ă©lecteurs allemands disposent de deux voix. La premiĂšre est accordĂ©e lors d’un scrutin majoritaire uninominal Ă  un tour et la deuxiĂšme lors d’un scrutin de listes au niveau de l’ensemble du Land. Au sein de trois des 36 circonscriptions du Land de Mecklembourg-PomĂ©ranie, l’AfD est arrivĂ©e premiĂšre malgrĂ© la prĂ©sence du parti ultranationaliste NPD qui y a obtenu de bons rĂ©sultats.

Leif-Erik Holm, tĂȘte de liste de l'AfD au Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale, fĂȘte la victoire.

Leif-Erik Holm, tĂȘte de liste de l’AfD au Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale, fĂȘte la victoire.

Une région peu prospÚre

Le Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale est un des seize LĂ€nder (États) de la RĂ©publique FĂ©dĂ©rale d’Allemagne. SituĂ©e dans l’est du pays sur la mer Baltique, cette trĂšs belle rĂ©gion attire des touristes, quasi-exclusivement allemands, en juin et juillet lorsque la mĂ©tĂ©o y est clĂ©mente. Certaines annĂ©es, le beau temps se fait attendre et les touristes, notamment berlinois, s’y font rares.

Durant la pĂ©riode de plus d’un quart de siĂšcle qui nous sĂ©pare de la chute du communisme, le Mecklembourg-PomĂ©ranie a connu, Ă  l’instar des autres rĂ©gions de l’ancienne RĂ©publique DĂ©mocratique Allemande, des changements radicaux, apprĂ©ciĂ©s diversement par les habitants.

Si l’afflux massif de capitaux venus de l’ouest a inondĂ© l’Est Ă  partir du dĂ©but des annĂ©es 1990, la population, qui a vu le niveau matĂ©riel de son existence s’amĂ©liorer, a dĂ» faire face Ă  un chĂŽmage de masse, phĂ©nomĂšne inconnu sous le communisme, et Ă  une modification complĂšte de son cadre de vie. AprĂšs la rĂ©unification du pays en 1990, de nombreux travailleurs ont Ă©tĂ© contraints de partir vers l’ouest du pays afin d’y trouver un moyen d’existence.

Si certaines zones de l’est de l’Allemagne, comme Dresde qui est la capitale du Land de Saxe, ont connu un fort dĂ©veloppement Ă©conomique au cours des derniĂšres annĂ©es, d’autres sont toujours lĂ©sĂ©es par la prospĂ©ritĂ©. CoupĂ©s de ses liens naturels avec la ville et le port de Stettin (Szczecin) devenus polonais Ă  l’issue de la IIe Guerre mondiale, les villages et villes de l’est du Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale sont dans ce cas. Certaines habitations sont Ă  l’abandon et les petites villes voient quelques-uns de leurs appartements rester vides. Le coĂ»t de l’immobilier y est relativement bas, alors que dans les mĂ©tropoles du sud de l’Allemagne, telles Stuttgart et Munich, les logements sont hors de prix. C’est dans cette partie orientale du Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale que l’AfD obtient trois mandats directs.

La question des migrants

À cĂŽtĂ© de la faiblesse dĂ©mographique et Ă©conomique du Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale, la question de la migration a jouĂ© un rĂŽle prĂ©pondĂ©rant lors de ce scrutin. En effet, l’afflux massif de migrants survenu en 2015 suite Ă  l’ouverture des frontiĂšres par la ChanceliĂšre Angela Merkel a changĂ© la structure des villes et villages de ce Land jusqu’alors non-peuplĂ© d’étrangers. De plus, les actes de violences, attentats, agressions sexuelles et viols commis par les migrants Ă  travers l’Allemagne, ainsi que les nombreuses agressions sexuelles dans les piscines, conduisent Ă  un rejet de plus en plus profond, de la part d’une partie de la population, des migrants.

L’est, moins touchĂ© par la propagande du rĂ©gime

Mais la diffĂ©rence principale entre ces zones Ă©conomiquement modestes de l’est de l’Allemagne et l’ouest prospĂšre du pays rĂ©side avant tout dans le fait que dans l’est du pays, le systĂšme actuel n’a pu mettre en place sa propagande de masse, via les mĂ©dias et l’enseignement, que depuis un quart de siĂšcle. Les personnes de plus de 45 ans n’ont pas Ă©tĂ© scolarisĂ©es sous le rĂ©gime actuel.

Chez les marchands de journaux de l’est, il est courant de trouver une liasse d’exemplaires d’un quotidien communiste et, un peu dissimulĂ©e, une liasse d’exemplaires d’un journal nationaliste, alors que dans l’ouest du pays, ces organes de presse ne sont pas disponibles dans ce genre d’établissement.

Les habitants les plus ĂągĂ©s de l’est ont Ă©galement l’habitude de la rĂ©sistance Ă  l’État. Ainsi, la ville de Dresde s’est rendue cĂ©lĂšbre Ă  travers le pays par les manifestations organisĂ©es par le mouvement anti-islamisation PEGIDA, qui a pu y attirer, certains lundis, plusieurs dizaines de milliers de personnes. La mĂȘme organisation n’a pu rassembler dans les citĂ©s de l’ouest, telles que Munich, Nuremberg, Duisbourg ou Hanovre que quelques centaines de personnes. 

La circonscription d’Angela Merkel

La ChanceliĂšre d’Allemagne Angela Merkel a Ă©tĂ© Ă©lue dĂ©putĂ© national en 2013 au sein d’une circonscription Ă©lectorale situĂ©e au Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale. Bien que la CDU arrive premiĂšre dans la zone de cette circonscription, le parti est largement battu, tant par le SPD que par l’AfD, au niveau du Land Mecklembourg-PomĂ©ranie occidentale.

Qui a votĂ© pour l’AfD ?

Les ouvriers et les chĂŽmeurs sont surreprĂ©sentĂ©s parmi les Ă©lecteurs de l’AfD, ainsi que les hommes, les personnes ayant fait peu d’études, les individus d’ñge moyen ainsi que les Ă©lecteurs qui se sont abstenus lors du scrutin prĂ©cĂ©dent. L’AfD est Ă©galement allĂ© pĂȘcher parmi les Ă©lecteurs des autres partis.

Qui siÚge au sein du nouveau Parlement ?

Les Ă©cologistes et les ultranationalistes du NPD ne siĂšgent dĂ©sormais plus au sein du Parlement et les libĂ©raux-centristes du FDP n’y entrent pas. Quatre partis se partagent les 71 siĂšges : les sociaux-dĂ©mocrates du SPD disposent de 26 siĂšges, les patriotes de l’AfD de 18 siĂšges, la CDU de 16 siĂšges et les post-communistes de Die Linke de 11 siĂšges.

Le prochain gouvernement du Land devrait ĂȘtre SPD-CDU, comme prĂ©cĂ©demment, ou SPD-die Linke, bien que cette derniĂšre solution conduise le nouveau gouvernement Ă  devoir s’appuyer sur une majoritĂ© trĂšs Ă©troite.

Conséquences du scrutin

MalgrĂ© cette raclĂ©e Ă©lectorale au sein du Land de Mecklembourg-PomĂ©ranie qui compte seulement 2 % de la population allemande, Angela Merkel ne modifiera probablement pas fondamentalement sa politique migratoire. La contestation au sein de la CDU, mĂȘme si elle existe, ne conduira pas Ă  un soulĂšvement contre la chanceliĂšre car celle-ci a dĂ©capitĂ© depuis longtemps les poids lourds de l’aile conservatrice du parti.

Angela Merkel est, bien qu’elle ne l’ait pas annoncĂ© officiellement, candidate Ă  sa propre succession Ă  l’issue des Ă©lections lĂ©gislatives de 2017. La dĂ©faite de son parti lors du scrutin au Mecklembourg-PomĂ©ranie ce 4 septembre 2016 la fragilise. Le parti-frĂšre bavarois CSU, qui critique fortement la politique migratoire d’Angela Merkel, sort renforcĂ© et pourrait bien vouloir imposer son dirigeant le Ministre-prĂ©sident de BaviĂšre Horst Seehofer comme candidat de l’Union (CDU-CSU) Ă  la Chancellerie.

La CSU, restant fidĂšle Ă  la cĂ©lĂšbre dĂ©claration de sa figure de proue Franz Josef Strauß (1915-1988) « Il ne doit pas exister de parti dĂ©mocratiquement lĂ©gitimĂ© Ă  la droite de la CSU », ne peut que reprocher Ă  Angela Merkel d’avoir, par son virage Ă  gauche, ouvert une Ă©norme brĂšche au sein de laquelle l’AfD a pu s’engouffrer. Ce parti siĂšge dĂ©sormais au sein des LĂ€nder suivants aprĂšs avoir obtenu : 5,5 % Ă  BrĂȘme, 6,1 % Ă  Hambourg, 12,6 % en RhĂ©nanie-Palatinat, 15,1 % au Bade-Wurtemberg, 10,6 % en Thuringe, 9,7 % en Saxe, 12,2 % en Brandebourg, 24,2 % en Saxe-Anhalt.

Le 18 septembre 2016 auront lieu les Ă©lections pour le Parlement du Land de Berlin et l’AfD devrait faire son entrĂ©e au sein de cette assemblĂ©e. Le parti patriotique siĂ©gera alors au sein de l’ensemble des parlements de l’est du pays.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.