Depuis les annĂ©es soixante-dix la question Ă©nergĂ©tique s’affirme comme un dĂ©fi majeur pour notre pays. La France y a rĂ©pondu jusqu’à prĂ©sent par le dĂ©veloppement du nuclĂ©aire. Une dĂ©marche audacieuse et bĂ©nĂ©fique mais qui est aujourd’hui remise en cause par les Ă©cologistes, partisans, de leur cĂŽtĂ©, de la bicyclette et des Ă©oliennes. Dans ce dĂ©bat important, Ligne droite considĂšre qu’il est certes nĂ©cessaire de lutter contre les gaspillages et de multiplier les mesures d’économie. Mais elle estime que c’est dans l’innovation scientifique et technique que la France et l’humanitĂ© trouveront les solutions au problĂšme de l’énergie et non dans un retour en arriĂšre rĂ©gressif et punitif.

Le besoin en Ă©nergie va croissant

L’importance de la consommation d’énergie dans le monde reprĂ©sente en effet une rĂ©alitĂ© incontournable qu’il serait vain de vouloir nier. D’autant qu’elle ne cesse d’augmenter en particulier dans les pays Ă©mergents qui, trĂšs lĂ©gitimement, se prĂ©occupent plus de croissance que d’environnement. La part de la Chine dans la consommation mondiale a ainsi doublĂ© en dix ans tandis que le volume de ses rejets polluants annule Ă  lui seul l’ensemble des efforts environnementaux rĂ©alisĂ©s par les pays europĂ©ens. Les micros solutions Ă©cologistes, comme le dĂ©veloppement de la circulation en vĂ©lo, sont dĂšs lors dĂ©risoires face Ă  l’ampleur des besoins Ă©nergĂ©tiques mondiaux. Aussi l’avenir ne passe-t-il pas principalement par la rĂ©duction de la consommation d’énergie mais par de nouveaux modes de production Ă©nergĂ©tique plus respectueux de l’environnement et peu consommateurs de ressources naturelles.

Les écologistes sont déconnectés des réalités

Pour autant il convient d’ĂȘtre lucide sur la nature rĂ©elle des Ă©nergies dite renouvelables. Il est en effet convenu de les opposer aux Ă©nergies fossiles dont les ressources connues ne sont pas inĂ©puisables, mais il ne faut pas oublier que la Terre Ă©tant finie les Ă©nergies renouvelables sont elles aussi limitĂ©es. Si elles apparaissent en effet inĂ©puisables c’est parce qu’elles sont pour l’instant utilisĂ©es de façon marginale. Mais imaginons par exemple que toute l’énergie mondiale soit produite par des capteurs solaires. Ce serait alors une part significative de la chaleur reçue par la Terre qui serait dĂ©tournĂ©e de son sol avec des consĂ©quences catastrophiques sur la tempĂ©rature de la Terre et sur la croissance des vĂ©gĂ©taux. Il en va de mĂȘme en ce qui concerne la gĂ©othermie dont l’utilisation massive abaisserait la tempĂ©rature du noyau terrestre. Quant Ă  l’éolien gĂ©nĂ©ralisĂ©, il modifierait le rĂ©gime des vents ce qui aurait une incidence non nĂ©gligeable sur la vitesse de rotation de la Terre. Les tenants de ces Ă©nergies balaient l’argument en avançant le faible poids de l’activitĂ© humaine Ă  l’échelle de la planĂšte. Mais ce sont les mĂȘmes qui, sans crainte de la contradiction, expliquent que c’est cette mĂȘme activitĂ© qui serait Ă  l’origine du changement climatique.
Lorsqu’il s’agit d’énergie, la rationalitĂ© s’efface en effet bien souvent devant l’idĂ©ologie et la dĂ©sinformation politiquement correcte devient quasi systĂ©matique. A cet Ă©gard, la palme de la fausse solution revient Ă  la voiture Ă©lectrique. Celle-ci est en effet prĂ©sentĂ©e comme propre alors que l’électricitĂ© qu’elle consomme provient essentiellement des centrales que les Ă©cologistes voudraient dĂ©manteler. Un simple dĂ©placement du lieu de pollution auquel s’ajouteraient les graves difficultĂ©s environnementales qui seraient engendrĂ©es par les dĂ©chets des batteries.

La solution passe par la science et la technologie

En rĂ©alitĂ© les progrĂšs rĂ©alisĂ©s en matiĂšre Ă©nergĂ©tique n’ont Ă©tĂ© possibles que par les avancĂ©es de la science et de la technologie. Et ce sont de nouvelles innovations qui apporteront les solutions aux problĂšmes d’aujourd’hui. D’abord, elles assureront une augmentation des rendements Ă©nergĂ©tiques, amplifiant des amĂ©liorations dĂ©jĂ  obtenues comme par exemple la rĂ©duction significative de la consommation des vĂ©hicules Ă  carburant. Ensuite elles rendront possible l’utilisation de sources d’énergie alternatives et abondantes comme l’hydrogĂšne. Autant de domaines oĂč la science europĂ©enne est en pointe. Aussi Ligne droite estime-t-elle nĂ©cessaire d’encourager massivement la recherche privĂ©e et publique dans tous les secteurs de l’énergĂ©tique. La solution passe par le progrĂšs scientifique et technique.

La sortie du nuclĂ©aire a conduit l’Allemagne au dĂ©sastre

Pour s’en convaincre, il suffit d’observer a contrario l’exemple de l’Allemagne oĂč la fermeture des centrales nuclĂ©aires dĂ©cidĂ©e pour des raisons idĂ©ologiques a crĂ©Ă© une situation qui s’avĂšre catastrophique. Nos voisins d’outre-Rhin ont du en effet relancer les centrales Ă  charbon avec des consĂ©quences dĂ©sastreuses sur les rejets de gaz Ă  effet de serre. En outre cette politique a provoquĂ© une augmentation considĂ©rable du prix de l’électricitĂ© au point qu’il reprĂ©sente aujourd’hui le double du prix français. Enfin les Allemands ont perdu leur autonomie Ă©nergĂ©tique et sont contraints d’acheter de l’électricitĂ© Ă  l’étranger. Avec cette politique Ă©cologiste, les Allemands ont ainsi accru leur dĂ©pendance Ă©nergĂ©tique, augmentĂ© le coĂ»t de leur Ă©lectricitĂ© et affaibli leurs positions dans la lutte contre le rĂ©chauffement climatique.

Le nuclĂ©aire s’affirme comme la clef de l’avenir

Ce fiasco allemand apparaĂźt ainsi comme une rĂ©habilitation du nuclĂ©aire, lequel s’avĂšre ĂȘtre aujourd’hui la seule ressource inĂ©puisable Ă  l’échelle des besoins mondiaux. Certes cette source d’énergie n’est pas exempte de problĂšmes environnementaux et de risques pour la sĂ©curitĂ© des populations. Mais, c’est une fois de plus la science qui peut rĂ©soudre ces problĂšmes. Pour les dĂ©chets, il est envisagĂ© Ă  terme de concevoir des centrales qui les « brĂ»leront ». Et pour le reste, d’autres solutions ne manqueront pas de voir le jour. Encore faut-il que l’activitĂ© des chercheurs et des ingĂ©nieurs du nuclĂ©aire ne soit pas bridĂ©e.

Vers la fusion nucléaire

À cet Ă©gard, il convient de rappeler que la grande ressource d’avenir est celle de la fusion nuclĂ©aire. Une source d’énergie encore Ă  l’étude, mais tellement prometteuse qu’elle justifie des efforts de recherche considĂ©rables dans lesquels la France joue d’ailleurs un rĂŽle de premier plan. Notre pays est en effet leader mondial de la recherche en la matiĂšre que ce soit sur la fusion sous laser ou par confinement magnĂ©tique. C’est en France que la communautĂ© internationale a dĂ©cidĂ© d’implanter le centre de recherche Iter consacrĂ© Ă  la fusion nuclĂ©aire. Certes de nombreux obstacles sont encore Ă  surmonter mais il ne faut pas douter du succĂšs Ă  terme de nos scientifiques. En rĂ©ussissant Ă  maitriser cette technique, ils nous apporteront, pour des effets secondaires trĂšs faibles, une indĂ©pendance Ă©nergĂ©tique totale et des rĂ©serves quasi inĂ©puisables.

Une telle issue consacrera la prĂ©Ă©minence scientifique de l’Europe en tant que grande puissance.

Article paru sur le site Ligne Droite.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99