Ce 19 avril, le Conseil des ministres europĂ©ens des Affaires Ă©trangĂšres devait examiner comment « contrer les menaces hybrides afin de renforcer la rĂ©silience de l’UE et de ses pays partenaires. »

En l’occurrence, le Conseil s’est rĂ©uni dans sa formation « Relations extĂ©rieures » prĂ©sidĂ©e par le Haut reprĂ©sentant de l’UE pour les affaires Ă©trangĂšres et la politique de sĂ©curitĂ©. PrĂ©cisons, que ce poste est occupĂ© depuis 2014 par Federica Mogherini, ex-ministre des Affaires Ă©trangĂšres du gouvernement Renzi, gauchiste ralliĂ© au mondialisme le plus effrĂ©né ; celle-ci dĂ©fend la nĂ©gociation du partenariat transatlantique de commerce et d’investissement entre l’Union europĂ©enne et les États-Unis (TTIP), dont elle soutient qu’il « est essentiel pour des raisons politiques et Ă©conomiques. Il renforcera le lien transatlantique » (source Wikipedia).

Sur la base d’une proposition de la Commission europĂ©enne (dont Mme Mogherini est Ă©galement la vice-prĂ©sidente en charge des Affaires Ă©trangĂšres), le Conseil Ă©tait amenĂ© Ă  plancher sur un « Cadre commun en matiĂšre de lutte contre les menaces hybrides. »

Bien que « gouvernant » trĂšs mal, l’UE essaye, malgrĂ© tout, de se (nous ?) dĂ©fendre.

Pour la Commission cette notion de « menaces hybrides », « vise Ă  exprimer le mĂ©lange d’activitĂ©s coercitives et subversives, de mĂ©thodes conventionnelles et non conventionnelles (c’est-Ă -dire diplomatiques, militaires, Ă©conomiques, technologiques), susceptibles d’ĂȘtre utilisĂ©es de façon coordonnĂ©e par des acteurs Ă©tatiques ou non Ă©tatiques en vue d’atteindre certains objectifs, sans que le seuil d’une guerre dĂ©clarĂ©e officiellement ne soit dĂ©passĂ©. GĂ©nĂ©ralement, le principal objectif recherchĂ© est d’exploiter les vulnĂ©rabilitĂ©s de la cible visĂ©e et de crĂ©er de l’ambiguĂŻtĂ© pour entraver les processus dĂ©cisionnels. »

Du Dan Brown et John le Carré réunis. On hésite entre complotisme à grand spectacle et espionnage de haute volée, sauf à aller plus loin dans la lecture du document de travail précisant, notamment, que « les auteurs de menaces hybrides peuvent se livrer à une désinformation systématique, notamment au moyen de campagnes ciblées dans les médias sociaux, dans le but de radicaliser des individus, de déstabiliser la société et de contrÎler le discours politique. »

On conjecture prudemment que l’UE chercherait Ă  se munir d’outils plus fins et plus performants en vue de combattre le terrorisme islamique
 lequel n’est aucunement nommĂ© dans ledit rapport, puisque, aussi bien, estime-t-elle, « « les actes terroristes et l’extrĂ©misme violent ne prĂ©sentent pas en soi de caractĂšre hybride. » (?)

Mais en quoi les dangers induits par ces menaces (attaques contre des centrales nucléaires, propagation délibérée de maladies animales ou végétales, graves dysfonctionnements des infrastructures de transport), que pointe la Commission, seraient-ils « hybrides » ?

À moins qu’il ne s’agisse, sous couvert de lutte plutĂŽt molle contre l’immigration massive et invasive, d’embastiller, peu Ă  peu, dans un cachot inexpugnable de rĂšgles liberticides, syndicats, partis ou mouvements « extrĂ©mistes » et d’occire dans l’Ɠuf toute vellĂ©itĂ© « populiste » de « rĂ©silience » contre le Babel bruxellois.

Et l’UE de prĂ©venir qu’elle « analyse actuellement la nĂ©cessitĂ© d’Ă©laborer de nouvelles mesures contre les contenus Ă  caractĂšre extrĂ©miste [sic] sur l’internet », mano a mano avec l’OTAN, car « les deux organisations (UE et OTAN) partagent les mĂȘmes valeurs et sont confrontĂ©es Ă  des dĂ©fis similaires. »

A propos de l'auteur

Aristide Leucate

Journaliste et essayiste, apporte rĂ©guliĂšrement sa contribution Ă  la presse d’information et d’opinion, de L’Action française 2000 Ă  Boulevard Voltaire. Conjuguant militantisme et rĂ©flexion politiques, il exerce des responsabilitĂ©s au sein d’un parti politique national. Il est l’auteur de trois essais (DĂ©tournement d’hĂ©ritages, prĂ©face de Pierre Hillard et La souverainetĂ© dans la nation, prĂ©face de Philippe Randa). et Dictionnaire du Grand Épuisement français et europĂ©en (PrĂ©face de Pierre Le Vigan).

Articles similaires