Entre croyances qui la refusent et principes de prĂ©caution qui exigent des certitudes, l’innovation devient systĂ©matiquement suspecte. Sans parler des sociologues qui vous affirment sans rire que la science n’explique pas, mais dĂ©crit ! Ou qu’elle n’est qu’un rĂ©cit parmi d’autres
 Nul doute que les 106 Prix Nobel qui viennent de prendre fait et cause pour les OGM alimentent encore cette schizophrĂ©nie ambiante entre la peur et le besoin Ă  laquelle s’ajoutent des intĂ©rĂȘts financiers. Pourtant, comme je l’écrivais en avril sur EurolibertĂ©s, ce siĂšcle sera celui de la maĂźtrise du vivant avec notamment l’extraordinaire dĂ©couverte du CRISPER-CAS-9.

Mais ces 106 Prix Nobel, que disent-ils ?

« À l’attention des dirigeants de Greenpeace, des Nations Unies et des Gouvernements

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture a notĂ© que la production mondiale de denrĂ©es alimentaires, d’aliments pour animaux et de fibres aura quasiment besoin de doubler d’ici 2050 pour rĂ©pondre aux besoins d’une population mondiale croissante. Les organisations opposĂ©es Ă  la sĂ©lection vĂ©gĂ©tale moderne, avec Greenpeace Ă  leur tĂȘte, ont constamment niĂ© ces faits et se sont opposĂ©es aux innovations biotechnologiques dans l’agriculture. Elles ont dĂ©formĂ© leurs risques, leurs avantages et impacts, et ont soutenu la destruction criminelle des essais sur le terrain approuvĂ©s et des projets de recherche [
]

Greenpeace a Ă©tĂ© le fer de lance de l’opposition contre le Riz DorĂ©, qui a le potentiel de rĂ©duire ou d’éliminer la plupart des dĂ©cĂšs et maladies causĂ©es par une carence en vitamine A.

La carence en vitamine A elle-mĂȘme est la principale cause de cĂ©citĂ© infantile affectant globalement 250 000 à 500 000 enfants chaque annĂ©e. La moitiĂ© d’entre eux meurent dans les 12 mois du fait de la perte de vision.

NOUS APPELONS GREENPEACE à cesser sa campagne contre le Riz Doré en particulier et contre les cultures et les aliments améliorés grùce aux biotechnologies en général.

NOUS APPELONS LES GOUVERNEMENTS DU MONDE ENTIER Ă  rejeter la campagne de Greenpeace contre le Riz DorĂ© en particulier et contre les cultures et les aliments amĂ©liorĂ©s grĂące aux biotechnologies en gĂ©nĂ©ral et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour s’opposer aux actions de Greenpeace. Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considĂ©rions cela comme un crime contre l’humanité ? »

Tous ces Nobel sont-ils exemplaires ? Sans doute pas : d’aucuns cachetonnent et Monsanto chantre du glyphosate est forcĂ©ment suspect dans sa dĂ©fense des OGM. Pourtant l’arbre ne doit pas cacher la forĂȘt : le recul Ă  vingt ans est dĂ©sormais suffisant pour affirmer que certains OGM sont bienfaisants. Comme il est temps d’oser dĂ©mythifier Greenpeace et l’obscurantisme rĂ©actionnaire. Celui de milieux gaucho aisĂ©s qui s’autocongratulent sur leur noblesse d’ñme et leur engagement au nom de l’humanitĂ© qui interdit par dĂ©finition toute critique. Vertus sĂ»rement trop jubilatoires pour qu’elles ne s’accommodent pas de quelques millions de cĂ©citĂ©s.

Quant Ă  JosĂ© BovĂ©, le Larzac de la PensĂ©e, qui certes ne risque pas le prix Nobel, il lui est Ă©videmment, avec ses approximations pleines de bon sens, plus gratifiant de manipuler ses troupes « fauchistes » depuis le Parlement europĂ©en plutĂŽt que d’ĂȘtre au cul des moutons.

Pourtant, diriger les mutations plutĂŽt que de les abandonner au seul hasard n’est-ce pas se rĂ©approprier intelligemment un processus naturel ? Aujourd’hui, loin de se cantonner aux seuls vĂ©gĂ©taux, CRISPER-CAS-9 ouvre dĂ©sormais une voie nouvelle qui ne nĂ©cessite plus de synthĂ©tiser une protĂ©ine sur mesure pour chaque gĂšne ciblĂ©. Il permet ainsi facilement et Ă  bon marchĂ© tous les bricolages gĂ©nĂ©tiques possibles y compris chez les microbes ou dans l’espĂšce humaine.

Ainsi, en septembre 2015, Elizabeth Parrish, 44 ans et directrice de la sociĂ©tĂ© Bioviva, a reçu deux thĂ©rapies gĂ©niques expĂ©rimentales dĂ©veloppĂ©es par sa sociĂ©tĂ© pour rallonger ses tĂ©lomĂšres (les gĂšnes de l’horloge biologique).

Nous sommes donc à l’aube de questions sociales et Ă©thiques dĂ©fiant l’imagination. Les organismes modifiĂ©s, nous n’en sommes qu’au dĂ©but !

Alors y a-t-il des risques ? Oui. Si le blĂ© bricolĂ© gĂ©nĂ©tiquement peut sauver des vies, le bioterrorisme peut aussi bidouiller un virus ou un bacille pour le rendre invulnĂ©rable et rĂ©aliser une bombe biologique. Et il ne fait aucun doute que les organismes ciblĂ©s par les OGM sauront Ă  leur tour s’y adapter tĂŽt ou tard. Il convient donc ni de les exalter, ni de les diaboliser, mais de les maĂźtriser.

Et de rappeler qui si les « fauchistes » ne saccageaient pas laboratoires et cultures expĂ©rimentales, la France pourrait ĂȘtre en pointe sur ces questions.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.