par Michel Grimard, Président du ROUE

Rien de mieux pour éloigner un peu plus les citoyens européens de cette Union qui prétend les protéger. Le traité de libre-échange Mercosur-Union-européenne y concourt gravement.

Mercosur

Cet accord dĂ©crĂ©dibilise une commission europĂ©enne dĂ©jĂ  bien handicapĂ©e. L’écologie est portĂ©e aux nues, mais on accepte des produits qui lui sont nocifs, on exalte la dĂ©fense des agriculteurs, mais on les dĂ©stabilise. Comment peut-on justifier ce traitĂ© par des marchandages : le climat contre l’insĂ©curitĂ© alimentaire ?

La confiance accordĂ©e au PrĂ©sident Jair Bolsonaro est un pari fortement risquĂ©. Le champion de la dĂ©forestation de l’Amazonie et de l’utilisation massive des pesticides est un double danger, pour le climat et l’agriculture.

MĂȘme si le chapitre 14 des principes du traitĂ© veut sĂ©curiser sur les produits non conformes aux exigences europĂ©ennes, il faut malgrĂ© tout dĂ©noncer un accord globalement nĂ©faste.

La concurrence dĂ©loyale faite aux agriculteurs europĂ©ens et l’abus subi par les consommateurs sont inacceptables.

L’anachronisme de cette situation est si grand qu’il Ă©meut mĂȘme au sein de la majoritĂ©. Souhaitons qu’elle ait le courage d’aller jusqu’au bout de sa contestation. Le ROUE condamne ce traitĂ©, contraire aux intĂ©rĂȘts d’une Europe, qui, de plus, se veut vertueuse.