La gastronomie anglaise n’a certes dĂ©jĂ  pas bonne rĂ©putation et il n’est pas certain que l’enseigne Tesco, spĂ©cialiste Ăšs-publicitĂ©s trompeuses, n’arrange les choses en ce domaine.

Non que ces supermarchĂ©s britanniques empoisonnent leurs clients, non, tout de mĂȘme pas ! Mais qu’ils leur fassent prendre des vessies pour des lanternes, soit des produits d’importation pour des produits « made in England », c’est la supercherie de ses fausses marques de produits frais : soit « Redmere Farms », avec un logo vert reprĂ©sentant un petit tracteur, pour les lĂ©gumes; « Rosedene Farms », avec un pommier en ombre chinoise sur le paquet, pour les fruits ; « Woodside Farms » et son petit cochon pour le porc et les saucisses


Des accroches allĂ©chantes s’il en est
 mais justement, il n’en est rien de ces « Farms » totalement virtuelles : « Au Tesco de Brixton, dans le sud de Londres, les fraises de Rosedene Farms sont importĂ©es d’Espagne, les myrtilles du Chili et les poires de Belgique, et sous l’étiquette Redmere Farms sont proposĂ©s des champignons hollandais, des Ă©pinards italiens et des patates douces amĂ©ricaines. Quelques produits britanniques se trouvent bien dans le lot. Mais sur les sachets plastique, le joli logo “exclusivement pour Tesco” prend soudain tout son sel
 » rapporte Éric Albert, correspondant du Monde Ă  Londres.

Bien Ă©videmment, les associations agricoles britanniques sont les premiĂšres Ă  ne guĂšre « goĂ»ter » la plaisanterie, estimant que c’est leur crĂ©dibilitĂ© qui est malmenĂ©e et qu’elles sont ainsi, ni plus, ni moins, « traĂźnĂ©es dans la boue »  ce qui a dĂ©chaĂźnĂ© les rĂ©seaux sociaux contre la multinationale.

C’est pourtant bien Ă  la multiplication de ce genre de pratiques peu honnĂȘtes qu’il faudra s’habituer Ă  l’avenir si le TAFTA (traitĂ© de libre-Ă©change transatlantique), en cours de nĂ©gociation, est finalement signé : des produits Ă©trangers qui rempliront les Ă©talages des multinationales, rebaptisĂ©s aux couleurs rĂ©gionales pour mieux aguicher le client.

Avec ses « jolies fermes anglaises » fictives, la multinationale Tesco ne fait en dĂ©finitive que prĂ©cĂ©der ce qui ne sera peut-ĂȘtre demain qu’une pratique des plus courantes


A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires