Je ne suis pas du tout un spĂ©cialiste des retraites, un bazar bien trop compliquĂ© pour mon entendement. Toutefois, une fois n’est pas coutume, on est d’accord avec Philippe Martinez, le patron de la CGT, qui constate que l’on a un bon systĂšme de retraite et qu’il suffisait, tout simplement, de l’amĂ©nager.  D’autant qu’il s’est montrĂ© favorable Ă  la suppression des rĂ©gimes spĂ©ciaux, ne mettant l’accent que sur la pĂ©nibilitĂ© de certains emplois Ă  protĂ©ger. Bref, dixit Martinez, on Ă©tait prĂȘt Ă  nĂ©gocier.

Au lieu de cela, Macron et son sicaire Edouard Philippe ont voulu nous faire avaler la couleuvre d’une retraite pour tous par points. Point dĂ©terminĂ© par les syndicats et le Parlement. Autrement dit, comme le note justement Martinez, le point sera fluctuant au grĂ© de la bonne santĂ© des finances publiques. C’est exactement ce qui se passe en SuĂšde qui a optĂ© pour un systĂšme Ă  points depuis des dĂ©cennies et qui s’en rĂ©jouit de moins en moins.

Tout cela ne serait qu’un simple et banal frichti national si ne s’en mĂȘlait une situation Ă©conomique et sociale peu brillante. L’Europe souffre d’un vieillissement gĂ©nĂ©ral de sa population qui compromet sĂ©rieusement son avenir. Et ce n’est pas l’immigration, comme nombre d’imbĂ©ciles le pensent, qui va stopper cette hĂ©morragie des berceaux. D’autant que cette immigration coĂ»te chĂšre Ă  l’Europe et Ă  la France en particulier vu notre laxisme en matiĂšre d’aides sociales. Or, sur cette question, c’est le silence total aussi bien de la part de Philippe que de Martinez et ses potes syndiquĂ©s.

Enfin, cette histoire de retraite nous fait sourire pour la bonne raison que les grosses boĂźtes, mais pas que, foutent Ă  la porte les quinquagĂ©naires parce qu’ils coĂ»tent trop chers et que ceux qui se retrouvent sur le pavĂ© des rues sont alors pris en charge par l’État, c’est-Ă -dire le contribuable. Scandaleux.

A tous ces fardeaux s’ajoute Ă©videmment la surrĂ©aliste politique des tocards de Bruxelles abonnĂ©s Ă  ce libĂ©ralisme dĂ©bile qui est en train de nous ruiner. Alors l’ñge de la retraite, on s’en bat les c
 et tous Ă  la manif le 17 dĂ©cembre prochain.

Article paru sur le site de SynthĂšse nationale.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Patrick Parment

Journaliste professionnel, directeur du « Journal du Chaos ». Animateur de l'Ă©mission « Artisans de France » sur TVLibertĂ©s avec Pierre Chabot. A collaborĂ© Ă  « L'islamisation de la France. Fantasme ou rĂ©alitĂ© ? » (Éditions de L'Æncre, 2015). Il vient de publier un « Guide sulfureux du Paris “rĂ©ac & facho” » (Éditions SynthĂšse nationale).

Articles similaires