Le contrat d’assurance reste le placement idĂ©al, universel ! Surtout en multisupports, multigestion. Il accueille Ă  peu prĂšs tous les produits financiers, actions, obligations, monĂ©taires, SCPI, mais aussi, il est le seul, Ă  offrir le support garanti des fonds euros. Sa fiscalitĂ© reste la meilleure (revenus, plus-values et transmission). Il est souple (pas le PEA), il permet versements et retraits partiels. Il n’oblige pas Ă  l’aliĂ©nation du capital comme certains placements Ă  sortie viagĂšre. Il offre les avances. Il peut ĂȘtre nanti facilement.

Vous avez compris notre dĂ©fiance vis-Ă -vis des actions. Les bourses sont manipulĂ©es et ont subi depuis juin 2015 une volatilitĂ© extrĂȘme. NĂ©anmoins, nous proposons Ă  ceux qui accepteraient de prendre un risque trĂšs mesurĂ© et une perte sur un dĂ©lai court, d’y investir un pourcentage trĂšs modĂ©rĂ©. Voici, Ă  partir de la solution 2, ce qui peut se faire pour tenter de faire un peu mieux que les taux des actifs gĂ©nĂ©raux.

1re solution. 100 % FONDS EUROS :

La meilleure sĂ©curitĂ©. Mais intĂ©grer le fait qu’il faudra certainement arbitrer dans quelques courtes annĂ©es en raison de la baisse continue des taux.

2e solution : 90 % FONDS EUROS et 10 % ACTIONS :
Accepter un risque actions mesuré pour tenter une meilleure rémunération.

Par exemple, si la bourse baisse de 40 %, vous subirez une perte de 40 % sur les 10 % actions, soit moins 4 %, et un gain d’environ 2,25 % sur 90 %, soit de l’ordre de 2 %, et donc une perte globale de – 4 + 2 = moins 2 %. AprĂšs une baisse de 40 % la Bourse se met gĂ©nĂ©ralement Ă  remonter.

Si la Bourse monte de 20 %, vous bĂ©nĂ©ficierez d’un gain de 20 % sur les 10 % actions, soit 2 %, et d’un gain d’environ 2,25 % sur 90 %, soit de l’ordre de 2 %, et donc un gain global de 2 + 2 = 4 %.

3e solution : 80 % FONDS EUROS et 20 % ACTIONS :
Accepter un risque un peu moins mesuré pour tenter une encore meilleure rémunération.

Par exemple, si la Bourse baisse de 40 %, vous subirez une perte de 40 % sur les 20 % actions, soit moins 8 %, et un gain d’environ 2,25 % sur 80 %, soit de l’ordre de 1,80 %, et donc une perte globale de moins 8 + 1,80 = moins 6,20 %. AprĂšs une baisse de 40 % la Bourse se met gĂ©nĂ©ralement Ă  remonter.

Si la Bourse monte de 20 %, vous bĂ©nĂ©ficierez d’un gain de 20 % sur les 20 % actions, soit plus 4 %, et un gain d’environ 2,25 % sur 80 %, soit de l’ordre de 1,80 %, et donc un gain global de 4 + 1,80 = 5,80 %.

4e solution : 70 % FONDS EUROS et 30 % ACTIONS :

Accepter 30 % en risques actions pour tenter une toujours meilleure rémunération.

Par exemple, si la bourse baisse de 40 %, vous subirez une perte de 40 % sur 30 % soit moins 12 %, et un gain d’environ 2,25 % sur 70 %, soit 1,57 %, et donc une perte globale de -12 + 1,57 = moins 10,43 %.

Si la bourse monte de 20 %, vous bĂ©nĂ©ficierez d’un gain de 20 % sur les 30 % actions, soit plus 6 % et un gain d’environ 2,25 % sur les 70 %, soit de l’ordre de 1,57 % et donc un gain global de 6 + 1,57 = 7,57 %.

Vous aurez remarquĂ©, que fidĂšles Ă  notre politique de ne pas vous faire miroiter de fausses promesses, nous avons volontairement imaginĂ© un krach important de 40 % contre une montĂ©e de Bourse de seulement 20 %. D’autre part, dĂ©jĂ  dit, dĂšs aprĂšs un krach de 40 % la Bourse se mettrait vraisemblablement Ă  remonter.

Pour ceux qui voudraient réorganiser une petite partie de leurs capitaux, nous vous invitons à nous le faire savoir.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Jean-Pierre Rondeau

Jean-Pierre Rondeau, PDG de MEGARA Finance (www.megarafinance.fr), Conseil en Gestion de Patrimoine, en Family office et Tutelles, Conseil en Investissement Financier, IntermĂ©diaire en OpĂ©rations de Banque, Courtier en assurance, Carte immobiliĂšre, etc. Master de Gestion de Patrimoine, a occupĂ© et assure toujours de nombreuses responsabilitĂ©s en matiĂšre financiĂšre, souvent citĂ© par la Presse spĂ©cialisĂ©e, PrĂ©sident de La Compagnie des Conseils en Gestion de Patrimoine IndĂ©pendants (organisation agrĂ©e par l’AutoritĂ© des MarchĂ©s Financiers), Administrateur de la Chambre Nationale des PropriĂ©taires.

Articles similaires