Les taux d’intĂ©rĂȘt sont nuls, ils seront bientĂŽt nĂ©gatifs. C’est du vol Ă  ciel ouvert pour faire monter les forts. Comme dit Simone Wapler, « c’est dĂ©sormais affiché : pour prolonger la manipulation des taux d’intĂ©rĂȘt Ă  la baisse, il faut supprimer le cash. La survie du systĂšme monĂ©taire et financier est Ă  ce prix et exige la suppression de la rĂ©munĂ©ration de l’épargne. »

Sur BFM le journaliste Nicolas Doze ajoute, bien plus amusé : « Ce que je ne trouve plus dans mon mĂ©tier, je le prends dans les poches de mes clients [
] Et mon rĂȘve, mon rĂȘve serait de facturer les dĂ©pĂŽts. Vous dĂ©posez 100 et je vous crĂ©dite de 98,50. GĂ©nial ! Le problĂšme c’est qu’alors, Ă  ce moment-lĂ , les gens ne vont plus aller Ă  la banque mettre leur argent. Donc, si on veut facturer les dĂ©pĂŽts, avant, il faut discrĂštement supprimer l’argent liquide. »

Son compĂšre Soumier de prĂ©ciser : « Pour ne pas aller Ă  la banque, on met l’argent sous le matelas. Pour qu’il n’y ait plus d’argent sous le matelas, il ne faut plus qu’il y ait d’argent  »

Simone Wapler tire le rideau : « La suppression du cash est organisĂ©e, voulue et n’a rien Ă  voir avec la traque de mĂ©chants terroristes ou de vilains trafiquants qui ne veulent payer aucun impĂŽt. »

C’est ce que dit Snowden dans le film de Stone : cette guerre contre le terrorisme est une arme pour accroĂźtre la tyrannie Ă©tatique en Occident ; de mĂȘme, le coup des rĂ©fugiĂ©s en Allemagne permet Ă  Angela Merkel de mettre fin aux libertĂ©s dans son pays.

On laisse conclure Simone Wapler : « Cette guerre est indispensable pour tenter de sauver le « systĂšme », ce systĂšme selon lequel les banques crĂ©ent de l’argent qui ne leur coĂ»te rien. Cet argent finance la Parasitocratie
 Prolonger le systĂšme implique de continuer Ă  forcer les taux Ă  la baisse
 ce qui asphyxie les banques
 ce qui rend indispensable l’instauration de taux nĂ©gatifs sur les dĂ©pĂŽts
 ce qui nĂ©cessite la disparition du cash  »

En Inde, le gouvernement nĂ©o-keynĂ©sien de Modi fait la guerre au cash, aux billets, et aussi Ă  l’or et aux bijoux. Combien de millions de gens (de dizaines de millions lĂ -bas) devra voler, tuer ou enfermer Modi pour se faire obĂ©ir ? Sur Lewrockwell, M. Shedlock remarque : « After declaring large denomination notes illegal, India now targets gold. It’s not just gold bars or bullion. The government has raided houses, confiscating jewellery » (AprĂšs avoir interdit les billets de banque importants, Modi s’en prend Ă  l’or, sous forme de lingots. il attaque mĂȘme les maisons pour dĂ©rober la joaillerie).

Les commandos dans les maisons, vous savez, comme dans le film Brazil, oĂč les bombes explosent Ă  tout propos.

Le monde occidental va devenir un grand ghetto de Varsovie ou les gouvernements et les Ă©lites iront se servir. Quant Ă  ceux qui croient s’en sortir avec leur or, s’ils ne lisent pas la presse indienne, qu’ils lisent au moins la page de Wikipedia sur le Gold Reserve Act : vous remettiez votre or au tiers du prix au prĂ©sident Roosevelt ou vous preniez dix ans de pĂ©nitencier. Hitler et Blum en France agirent de mĂȘme pour le bien de nos banquiers centraux.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.