On ne compte plus les saisons du feuilleton JĂ©rĂŽme Kerviel dont on ne sait plus finalement s’il est seulement Ă©conomique ou surtout politique depuis que François Hollande, mĂȘme pas encore candidat Ă  l’élection prĂ©sidentielle, s’étonnait (Canal +, octobre 2010) que « la SociĂ©tĂ© GĂ©nĂ©rale [soit] remboursĂ©e pour son manque de vigilance et de diligence par rapport Ă  ce qui devait ĂȘtre fait pour surveiller l’un de ses traders. »Puis, en juin 2013, Jean-Luc MĂ©lenchon, suivie par sa porte-parole de l’époque ClĂ©mentine Autain, dĂ©culpabilisĂšrent carrĂ©ment le jeune Trader pour mieux brocarder la banque et sa douteuse organisation interne.

Jean-Luc MĂ©lenchon et JĂ©rĂŽme Kerviel Ă  la FĂȘte de l'HumanitĂ© 2014.

Jean-Luc MĂ©lenchon et JĂ©rĂŽme Kerviel Ă  la FĂȘte de l’HumanitĂ© 2014.

Dernier rebondissements en date, JĂ©rĂŽme Kerviel n’est plus condamnĂ© qu’à rembourser 1 million d’euro Ă  son ex-employeur, et non plus 4,9 milliards !

Condamné il était, condamné il reste donc.

Un million d’euro Ă  rembourser, ce n’est pas rien, mais Ă  Ă©chelle « humaine », nous dit-on
 Qu’est-ce que ça change ? JĂ©rĂŽme Kerviel aurait-il mis quelques picotins de cĂŽtĂ©, au temps de ses coups de folies boursiĂšres ? Devra-t-il faire appel Ă  la gĂ©nĂ©rositĂ© familiale ? Ou encore Ă  celle de son comitĂ© de soutien ? Celui-ci Ă©tant, pour ce qu’on en sait, Ă  forte proportion de gens de gauche – et qui plus est surtout trĂšs extrĂȘmement de gauche – mettront-ils suffisamment la main Ă  la poche pour renflouer avec joie et bonne humeur militante les caisses d’un Ă©tablissement bancaire (sic !) ?

Alors, qui peut croire que l’ex-trader failli envisagera un jour de s’acquitter de cette dette Ă  Ă©chelle « humaine » ?
 ou « trop humaine », sans doute !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.