L’accord Ă©conomique et commercial global conclu entre le Canada et l’Union pseudo-europĂ©enne, plus connu sous ses initiales anglophones de CETA, est entrĂ© en vigueur le 21 septembre dernier alors que les parlements nationaux, voire les assemblĂ©es rĂ©gionales, des États membres ne l’ont pas encore entĂ©rinĂ©. Le CETA s’appliquerait-il ainsi sans la moindre approbation lĂ©gale ? La rĂ©ponse est plus complexe dans les faits.Stop CETA

La ratification de ce traitĂ© de libre-Ă©change s’effectue en rĂ©alitĂ© en deux temps. Le 15 fĂ©vrier dernier, le Parlement europĂ©en le ratifiait par 408 voix (venus des bancs socialistes, libĂ©raux, centristes et conservateurs) contre 254 et 33 abstentions. AdoptĂ©, le traitĂ© s’applique dĂšs Ă  prĂ©sent uniquement en ce qui concerne les compĂ©tences exclusives de l’Union dite europĂ©enne. Ce n’est qu’une ratification partielle, car les clauses portant sur les compĂ©tences partagĂ©es entre Bruxelles et les États membres (ou mĂȘme leurs rĂ©gions autonomes ou fĂ©dĂ©rĂ©es) ne peuvent pour l’instant entrer en vigueur, faute d’approbation parlementaire.

Il y a un an, en octobre 2016, la rĂ©gion Wallonie alors dirigĂ©e par les socialistes s’élevait contre ce traitĂ© pendant une semaine ! Puis, fidĂšles Ă  leur couardise, les socialistes wallons capitulĂšrent en rase campagne. La procĂ©dure de ratification a dĂšs Ă  prĂ©sent commencĂ© par l’acceptation du CongrĂšs des dĂ©putĂ©s d’Espagne, de la Croatie et de la Lettonie. Elle va continuer sans trop de rĂ©sistances parlementaires. En effet, sur ce point prĂ©cis, les quatre États du fameux Groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, TchĂ©quie, Slovaquie) n’éprouvent aucune rĂ©ticence Ă  entĂ©riner ce document de 2 344 pages.

Le CETA aurait dĂ» susciter en France l’indignation non seulement des Ă©lus de l’« Hexagone asservi » du camarade MĂ©lenchon, mais aussi la colĂšre d’un Front national en proie Ă  de vives querelles internes. Pour la circonstance, « marinistes », « philippotistes », « marionistes » et « jean-maristes » auraient pu se retrouver contre un traitĂ© abject qui va ruiner l’agriculture europĂ©enne, polluer notre alimentation et favoriser les firmes transnationales. Mais pour cela, il eĂ»t fallu Ă  ce parti politique une authentique fibre sociale-identitaire. Encore une occasion ratĂ©e !

Bonjour chez vous !
Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée le 20 octobre 2017 sur Radio-Libertés.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.