Article publiĂ© originellement en anglais sur Rav’sReport, avec le titre: “Les investissements de l’UE dans le V4 et les pays d’Europe centrale et orientale, profitent Ă  tout le monde ; l’Europe occidentale et le plan Marshall”.
Traduit de l’anglais par le Visegrád Post.

On dirait un vieux disque usĂ© et bloquĂ© sur les mĂȘmes mots : ces rebelles hypocrites des pays du groupe de VisegrĂĄd et d’Europe de l’Est sont tous pour la solidaritĂ© quand il s’agit de recevoir des fonds de l’UE, mais ils dĂ©fient Bruxelles en ce qui concerne les quotas de migrants . Certes, ils semblent ne pas vouloir faire partie du plan de Merkel et qui pourrait les condamner pour cela : ils voient, comme presque tout le monde, l’échec du multiculturalisme de l’Occident. “Bonne chance, mais non merci”, disent-ils.

Cependant, les fonds qu’ils reçoivent de l’UE n’ont rien à voir avec les quotas de migrants. Quelqu’un croit-il vraiment que l’UE concùde des fonds sans rien attendre en retour ? Souvenons-nous :

En 1948, les États-Unis ont commencĂ© ce qu’on appelait ici le Plan Marshall pour revitaliser l’Europe aprĂšs la Seconde Guerre mondiale. L’AmĂ©rique a investi 13 milliards de dollars (130 milliards en dollars d’aujourd’hui) en Europe occidentale. Bien sĂ»r, Staline a rejetĂ© le plan pour le bloc de l’Est. Le Royaume-Uni a reçu 26% des fonds, tandis que la France 18% et l’Allemagne de l’Ouest 11%. Les États-Unis n’ont pas simplement accordĂ© une aide pour paraĂźtre «sympa»; ils Ă©taient pleinement conscients que, pour maximiser leur Ă©conomie, ils avaient besoin d’un marchĂ© solide en Europe. Alors que l’Europe Ă©tait blessĂ©e, ils devaient aider Ă  reconstruire l’infrastructure dĂ©vastĂ©e et Ă  relever le niveau de vie. AprĂšs tout, il est beaucoup plus facile d’exporter des marchandises chez des personnes qui ont de l’argent pour les acheter. Le plan Marshall a aidĂ© l’Europe Ă  se remettre en selle pour que l’ingĂ©niositĂ© des EuropĂ©ens, surtout des Allemands, puisse capitaliser sur cet apport pour construire des Ă©conomies dynamiques. En fin de compte, l’Europe a bĂ©nĂ©ficiĂ© du plan, mais l’économie amĂ©ricaine a prospĂ©rĂ© encore plus.

Pour un instant, supposons que la crise des migrants qui a dĂ©chirĂ© l’Europe ne se soit jamais produite. L’UE allait encore affecter des fonds pour l’Europe de l’Est et le V4. Pourquoi? L’Allemagne et l’Occident ont besoin d’avoir des Ă©conomies prospĂšres pour le bĂ©nĂ©fice de tous. Une grande partie de cet argent consiste Ă  reconstruire l’infrastructure qui a Ă©tĂ© nĂ©gligĂ©e pendant le communisme et Ă  augmenter le pouvoir d’achat des gens lĂ -bas. Pourquoi ? Pour que l’Allemagne et d’autres puissent y vendre leurs biens. En d’autres termes, bien que pas aussi consĂ©quent que le plan Marshall, cette «subvention» de l’UE profite grandement aux pays donateurs Ă  long terme.

Aujourd’hui, ce sont les Ă©conomies du V4 qui prospĂšrent. Faites un voyage Ă  Mlada Boleslav, une ville prospĂšre en TchĂ©quie, et voyez qui monte ces automobiles destinĂ©es Ă  l’export dans le monde entier. Regardez les voitures Skoda qui dominent leurs routes. L’investissement de l’Allemagne à Mlada Boleslav porte ses fruits pour Volkswagen comme pour les TchĂšques qui y vivent. Le monde fonctionne ainsi.

Donc, la prochaine fois que vous entendez un expert à the Economist ou un bureaucrate Ă  Bruxelles en train de se plaindre du V4 et de l’Europe de l’Est acceptant des fonds sans vouloir des migrants, vous penserez peut-ĂȘtre Ă  leur demander : mais qui bĂ©nĂ©ficie d’une Europe centrale et orientale forte ? Qui bĂ©nĂ©ficie d’une infrastructure solide pour exporter ? Qui bĂ©nĂ©ficie d’une main-d’Ɠuvre efficace avec le pouvoir d’achat nĂ©cessaire pour se payer une Ă©dition surestimĂ©e et surcotĂ© de l’édition anglaise de the Economist ?

Avec l’Espagne, le Portugal, la GrĂšce, l’Italie et la France se confondant dans le malaise autodestructeur du socialisme, l’Allemagne a plus que jamais besoin que les Ă©tats du V4 et et autres PECO soient de plus en plus forts et en bonne santĂ©.

Article publié sur le site VPost.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.