Comme tout bon libĂ©ral, de l’espĂšce nĂ©oconservatrice et atlantiste, le Portugais JosĂ© Manuel Barroso, ancien prĂ©sident de la Commission europĂ©enne, vient de l’extrĂȘme gauche, tout en n’étant pas juif, au contraire de ses homologues d’outre-Atlantique. Nonobstant, ses premiĂšres armes politiques le voient dĂ©buter en tant que prĂ©sident des Ă©tudiants maoĂŻstes ; il n’en sera que plus libĂ©ral ensuite.

La suite de sa carriĂšre sera effectivement Ă  la hauteur. En 2002, il devient Premier ministre du Portugal et en profite pour appliquer, dans la lettre comme dans l’esprit, la feuille de route de ses puissants sponsors : rigueur budgĂ©taire et suivisme atlantisme. Non content de ruiner son peuple, il appuie toutes les guerres amĂ©ricaines, allant mĂȘme jusqu’à tenter de saboter le programme europĂ©en de l’Airbus A400M ; ce qui coĂ»tera prĂšs de deux milliards d’euros Ă  l’avionneur en question.

Bref, ayant tout fait pour saboter ce qui demeurait de construction europĂ©enne, l’homme vient de prendre sa retraite. Enfin, retraite relative, puisque venant d’intĂ©grer la banque Goldman Sachs, aux USA surnommĂ©e « Government Sachs. »

Jean Quatremer, journaliste Ă  LibĂ©ration, europĂ©en fervent, mais eurosceptique militant, s’étonne que Jean-Claude Juncker ait eu un peu de retard Ă  l’allumage pour dĂ©noncer ce pantouflage des plus voyants : « Il aura donc fallu plus de deux semaines pour qu’enfin Jean-Claude Juncker cesse de se dissimuler derriĂšre la langue de bois de son porte-parole, Margaritis Schinas, qui a certes laissĂ© entendre que l’institution n’approuvait pas le comportement Ă©thique de Barroso, mais sans le dire franchement. On a du mal Ă  comprendre les raisons d’une telle rĂ©serve, alors mĂȘme qu’en interne, une grande partie des fonctionnaires europĂ©ens sont furieux de voir une nouvelle fois abĂźmĂ©e, en plein Brexit, l’image de la Commission, qui plus est par celui qui l’a dirigĂ©e durant dix ans. »

De son cĂŽtĂ©, François Hollande a jugĂ© l’affaire « inacceptable », ce qui ne mange jamais de pain. Ces gens voudraient nous dĂ©goĂ»ter Ă  jamais de l’Europe qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Nicolas Gauthier

Ancien directeur du bi-mensuel Flash !, journaliste au site Boulevard Voltaire, collaborateur de revues (ÉlĂ©ments et RĂ©flĂ©chir & Agir), il est l’auteur d’une douzaine de livres, romans, documents historiques. Dernier livre paru : Les Grands Excentriques (Éd. Dualpha, prĂ©face d'Alain de Benoist).

Articles similaires