Chacun des Ă©vĂšnements suivants, mĂȘme pris isolĂ©ment, aurait Ă©tĂ© Ă  l’origine d’un krach il y a peu.

La baisse du pĂ©trole, du gaz et des matiĂšres premiĂšres paraĂźt bien pour la consommation mais
 les consĂ©quences sont terribles pour les pays producteurs : risques de troubles si ce n’est de rĂ©volutions et de guerres.

Mais aussi pour les entreprises américaines de gaz de schiste qui ont beaucoup investi et ne peuvent faire face aux crédits. 50 % ont déjà disparu. On peut penser que les risques des banques sur ces sociétés sont identiques à ceux des « subprimes ».

Un krach est-il d'actualité ? "That is the question"


Un krach est-il d’actualitĂ© ? « That is the question »â€Š

La FED a remonté une fois ses taux. Si la hausse devait persister

De gros doutes subsistent sur l’Économie US.

L’Europe ? La reprise (sauf en France) est plus qu’à confirmer.

Le Brexit, le Grexit, l’éclatement de la Zone Euro ?

Avec le BrĂ©sil, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud, sur lesquels nous jetterons un voile pudique, la Chine, qui devait tirer avec eux le reste du Monde, ralentit. Crise immobiliĂšre et risques de crĂ©dits. Bulle boursiĂšre, une partie des actions ne cotent plus depuis des mois.

Donc, une Ă©conomie mondiale en berne. L’indice BALTIC DRY INDEX, Indice des transports maritimes (matiĂšres premiĂšres, biens finis, etc.) qui tĂ©moigne de l’activitĂ© mondiale, est Ă  539 contre 1222 en aoĂ»t 2015. Il Ă©tait passĂ© ces derniĂšres semaines sous les 300 et sous sa valeur en 2008 !!!

La déflation et ses taux négatifs, comme déjà dit.

La guerre des monnaies : dollar, euro, yen, yuan.

L’endettement Ă©norme des États, jamais connu Ă  ce point, les planches Ă  billets, « Quantitative easing ».

La Bourse qui monte d’autant plus que l’économie est mauvaise, par la promesse de taux bas !

La situation politique mondiale : guerres directes et indirectes (Ukraine/Russie/Otan, Chine, Sunnites et Chiites) et le terrorisme.

Les bulles, marchés boursiers et immobiliers, entretenues par les facilités des banques centrales (planches à billets).

Mais aussi les obligations Ă  hauts rendements.

Les papiers pourris dans les tiroirs des banques.

Les douze gros scandales de manipulations qui touchent les plus grandes banques du Monde : le LIBOR et l’EUROLIBOR, les Devises, les MatiĂšres premiĂšres dont l’or, les CDS, les RMBS, le Trading haute frĂ©quence, les DĂ©rivĂ©s, CLO (obligations, titrisation de prĂȘts) les ententes dans les services financiers, la Finance « de l’ombre » ou « Shadow Banking » ou les « Dark pool », qui accentuent la volatilitĂ© financiĂšre. Banques centrales et banques dites systĂ©miques, gĂ©rants, fonds de pensions et hedge funds, manipulent les bourses deux Ă  trois fois par semaine.

À noter : les actions sont Ă  leurs prix et la volatilitĂ© est extrĂȘmement grande.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.