Le 4 avril 1949, les États-Unis, le Canada et dix pays d’Europe de l’Ouest fondent l’OTAN suite au TraitĂ© de Washington et au « Coup de Prague » des SoviĂ©tiques le 25 fĂ©vrier 1948. Ce TraitĂ© d’assistance mutuelle pour la sĂ©curitĂ© rĂ©ciproque de ses signataires fut aussi la consĂ©quence de la politique amĂ©ricaine inaugurĂ©e en 1947 du « containment », consistant Ă  isoler l’URSS et Ă  en endiguer les vellĂ©itĂ©s impĂ©rialistes. La Guerre Froide recevait son acte de naissance.

OTAN

Les SoviĂ©tiques rĂ©pliquent le 14 mai 1955 par la crĂ©ation du Pacte de Varsovie regroupant l’URSS et les RĂ©publiques populaires d’Europe de l’Est dans une alliance militaire intĂ©grĂ©e. Mais l’époque est dense et manifeste toutes les inquiĂ©tudes des uns et des autres. C’est ainsi que la crĂ©ation d’une « CommunautĂ© europĂ©enne de DĂ©fense » (CED) par la France, l’Allemagne, l’Italie et le Benelux, en 1952 constituait une tentative d’autonomisation de l’Europe par rapport aux USA mĂȘme si la CED devait ĂȘtre intĂ©grĂ©e dans le commandement de l’OTAN. D’ailleurs les USA soutiennent le projet avec comme condition un rĂ©armement de l’Allemagne qui ne plaĂźt pas Ă  tout le monde. La mort de Staline en mars 1953 va inflĂ©chir la position des plus anticommunistes. Finalement rejetĂ©e en 1954 par la France et les voix conjuguĂ©es des Gaullistes et des Communistes, pour des raisons d’ailleurs distinctes, elle ne verra jamais le jour.

RĂ©cemment et actuellement le TraitĂ© de l’Union EuropĂ©enne et le TraitĂ© de Lisbonne ont mis en Ɠuvre une « Politique de sĂ©curitĂ© et de dĂ©fense commune » (PSDC) afin d’appuyer le caractĂšre communautaire de la dĂ©fense elle-mĂȘme. Les principaux changements opĂ©rĂ©s par le traitĂ© de Lisbonne dans le domaine de la dĂ©fense et de la sĂ©curitĂ© sont notamment la possibilitĂ© de coopĂ©ration renforcĂ©e et de coopĂ©ration structurĂ©e permanente, et la crĂ©ation d’une Agence europĂ©enne de dĂ©fense (AED).

Enfin, l’IEI (Initiative europĂ©enne d’intervention) existe depuis juin 2018. Elle concerne dix États membres de l’UE : l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni (malgrĂ© le Brexit). L’objectif de l’IEI est de crĂ©er, avec les pays membres « capables et volontaires », une structure militaire commune, pour fixer des objectifs et des prioritĂ©s politiques communs sur lesquels les diffĂ©rents Ă©tats-majors pourront travailler ensemble.

Mais les temps ont changĂ© depuis la Guerre Froide et les initiatives europĂ©ennes d’autonomiser la dĂ©fense de l’Europe rĂ©pondent Ă  un retrait progressif des USA de ses prĂ©occupations europĂ©ennes. Les reproches assĂ©nĂ©s depuis trois prĂ©sidents amĂ©ricains sur le manque de participation des 29 pays de l’OTAN (les USA financent l’OTAN Ă  75 % !) ainsi que l’extension de la zone d’intervention de l’OTAN hors d’Europe, Ă©loignent l’UE d’un parapluie amĂ©ricain qui prend l’eau de toutes parts. Enfin l’attitude de l’Allemagne qui freine des quatre fers pour augmenter sa faible participation Ă  l’OTAN n’arrange pas les choses. Mais les USA ont-ils vraiment besoin des dĂ©bris militaires que l’Europe peut leur apporter en plus Ă  reculons ?

Les USA semblent nettement avoir intĂ©grĂ© le fait que la menace essentielle qui pĂšse sur le monde ne se situe plus dans un affrontement Europe/Russie mais s’est dĂ©placĂ©e en Asie vers notamment une Chine de plus en plus inquiĂ©tante et une poudriĂšre moyen-orientale qui gronde en permanence.

Que pĂšse l’IEI balbutiante dans une PSDC de simple coopĂ©ration sans intĂ©gration face aux nouveaux enjeux de dĂ©fense ? L’Europe est en rĂ©alitĂ© de plus en plus dĂ©sarmĂ©e face Ă  tous les dangers qui l’enserrent. Mais les dangers ont changĂ© de nature et les dirigeants de l’UE n’en ont toujours pas pris conscience. Pas plus pour la dĂ©fense de l’Europe que pour le reste.

Les 70 ans de l’OTAN cĂ©lĂ©brĂ©s aujourd’hui sont-ils un anniversaire ou l’annonce d’une mort programmĂ©e ? DĂ©cidĂ©ment, l’Europe vieillit bien mal : les soixante ans des TraitĂ©s de Rome crĂ©ant une Europe financiĂšre jusqu’à la dĂ©truire lentement « fĂȘtĂ©s » il y a deux ans sont maintenant complĂ©tĂ©s par les soixante-dix ans d’un OTAN moribond.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires