Il y a 150 ans, ce 20 avril 1868 naissait Ă  Martigues un homme qui fait toujours trembler les bases de la RĂ©publique des Lettres et de la RĂ©publique elle-mĂȘme : Charles Maurras. La dĂ©mission de dix membres sur douze du Haut ComitĂ© aux commĂ©morations et l’arrĂȘt dĂ©finitif du Livre des commĂ©morations nationales qui comportait cette annĂ©e un beau texte de l’universitaire Olivier Dard prouvent que l’auteur du Chemin du Paradis continue Ă  dĂ©ranger. Tant mieux !

Dans sa livraison annuelle de 2017, la revue Nouvelle École anticipa l’anniversaire par un riche dossier sur Charles Maurras. Ce numĂ©ro 66 fait dĂ©jĂ  date par l’ampleur des contributions rĂ©unies. Outre une impressionnante bibliographie rĂ©actualisĂ©e rĂ©digĂ©e par Alain de Benoist, le directeur de la revue examine aussi « Maurras et le romantisme », un sujet ĂŽ combien passionnant quand on sait que le thĂ©oricien de l’Action Française rĂ©prouvait ce courant littĂ©raire trop sentimental Ă  son goĂ»t. RĂ©mi SouliĂ© insiste sur sa jeunesse fĂ©dĂ©raliste et fĂ©libre. Michel Lhomme traite de son influence en AmĂ©rique latine. Francis Mourry Ă©tudie l’apport du positivisme dans la thĂ©orie maurrassienne et revient sur Pierre Boutang, son principal hĂ©ritier. Baptiste Rappin Ă©tablit une courte et trĂšs stimulante comparaison entre deux « infrĂ©quentables » Ă  l’heure de l’indignation permanente des « Bo-bo » fĂ©minisĂ©s, Maurras et Heidegger, tous deux grands admirateurs de l’AntiquitĂ© grecque. Si Axel Tisserand dĂ©crit les relations entre Maurras et l’abbĂ© Penon, Martin Motte insiste, pour sa part, sur Kiel et Tanger, l’ouvrage gĂ©opolitique mĂ©connu de Maurras quand bien mĂȘme Georges Pompidou en cita quelques extraits lors d’une allocution Ă  Sciences Po-Paris en 1972.

On y trouve enfin un entretien avec GĂ©rard Leclerc. L’auteur royaliste, Ă©ditorialiste Ă  France catholique et chroniqueur Ă  Radio Notre-Dame, a participĂ© Ă  la scission de « gauche » de la Restauration nationale en compagnie de Bertrand Renouvin pour former une Nouvelle Action française ensuite devenue la Nouvelle Action royaliste. Cet entretien est un Ă©vĂ©nement. En 1975, dans Le DĂ©sordre Ă©tabli, Bertrand Renouvin s’attaquait Ă  Jean Royer, au formidable Jean Cau, au prophĂ©tique Camp des Saints de Jean Raspail et Ă  la revue
 Nouvelle École !

Auteur un an plus tĂŽt d’un trĂšs remarquable essai, Un autre Maurras, GĂ©rard Leclerc a raison de rappeler que L’avenir de l’Intelligence demeure un « livre percutant [
] une charge contre les forces d’argent qui dominent la sociĂ©tĂ© dans les dĂ©mocraties modernes et un appel Ă  l’alliance des forces de l’esprit et de la politique contre la « tyrannie Ă©conomique » (pp. 89 – 90) ». On attend d’ailleurs la rĂ©Ă©dition prochaine de ce maĂźtre ouvrage. Regrettons en revanche que ne soit qu’effleurĂ©e la conception maurrassienne de l’« Union latine », ce projet europĂ©en alternatif cohĂ©rent.

Ne gĂąchons cependant pas notre plaisir. Maurras dans Nouvelle École, ça a quand mĂȘme plus de gueule qu’une pseudo-cĂ©lĂ©bration gueusarde prononcĂ©e par un ministricule quelconque !

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio Libertés.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99