Retrouvez Nicolas Gauthier vendredi 26 juin Ă  la Nouvelle Librairie, de 18 h Ă  20 h, pour la prĂ©sentation du hors-sĂ©rie que « Valeurs actuelles » vient de consacrer Ă  « Delon Belmondo, Ă©popĂ©e française ».

ÉLÉMENTS. Pourquoi associe-t-on ces deux noms, Delon et Belmondo ? Ils n’ont pas beaucoup tournĂ© ensemble, ils ont mĂȘme jouĂ© dans des films sans jamais se croiser. À quoi tient cette association dans l’imaginaire collectif ?
NICOLAS GAUTHIER : Je crois que Belmondo, c’est le copain qu’on aimerait avoir et Delon, l’homme auquel on voudrait ressembler. Dans cet imaginaire collectif, Jean-Paul, c’est le charme canaille et Alain, la sĂ©duction aristocratique. La synthĂšse des deux me paraĂźt ĂȘtre Ă©minemment française ; enfin, reprĂ©sentative de la France d’avant, je prĂ©cise. Parce qu’aujourd’hui, avec nos acteurs Ă  cheveux gras partis Ă  la recherche de leur fĂ©minitĂ© dans un loft de Bastille aussi grand qu’un terrain de foot, c’est une autre paire de manches (de jogging) !

ÉLÉMENTS. Vous-mĂȘme, vous ĂȘtes plutĂŽt Delon ou Belmondo 
NICOLAS GAUTHIER : Je me sentirais plutÎt moitié Bernard Blier moitié Darry Cowl.

ÉLÉMENTS. Flic ou voyou ?
NICOLAS GAUTHIER : J’adore jouer une mi-temps dans chaque camp. Mais, vu mon mĂ©tier, plutĂŽt voyou : je dĂ©teste les journalistes qui se prennent pour des flics.

ÉLÉMENTS. Acteur ou comĂ©dien ?
NICOLAS GAUTHIER : TrĂšs mauvais acteur. Ma femme prĂ©tend, non sans raison, que je ne sais pas mentir. Mais excellent comĂ©dien, toujours Ă  l’en croire, quand je lui fais mes yeux de cocker dĂšs lors que je quĂ©mande du rab de pommes de terre sautĂ©es.

ÉLÉMENTS. De souche ou article d’importation ?
NICOLAS GAUTHIER : Les deux mon gĂ©nĂ©ral. Je viens du Poitou, lĂ  oĂč mes lointains ancĂȘtres sarrasins ont Ă©tĂ© stoppĂ©s par des chevaliers francs manifestement un peu rĂ©tifs au vivre ensemble. Victimes de la peur de l’autre et comme il n’y avait pas de charters Ă  l’époque, on a fait souche ; ce qui faisait sens, tel que disent les cons aujourd’hui.

ÉLÉMENTS. Droite ou gauche ?
NICOLAS GAUTHIER : En tant que royaliste, je me sens aussi proche de la vieille gauche que de la nouvelle droite.

ÉLÉMENTS. Le guĂ©pard ou Un singe en hiver ?
NICOLAS GAUTHIER : Un Singe en hiver, bien sĂ»r ! Quelle question saugrenue


ÉLÉMENTS. Femmes ou copains d’abord ?
NICOLAS GAUTHIER : Ma femme ayant la faiblesse d’adorer mes copains, les deux, donc.

ÉLÉMENTS. Brigitte Bardot ou Claudia Cardinale ?
NICOLAS GAUTHIER : Claudia Cardinale, sans hĂ©sitation, tant l’intelligence demeure le plus puissant des aphrodisiaques.

ÉLÉMENTS. Jean-Pierre Melville ou Luchino Visconti ?
NICOLAS GAUTHIER : Ni l’un ni l’autre. En revanche Henri Verneuil et Georges Lautner, oui ! D’ailleurs, c’est avec eux que Jean-Belmondo et Alain Delon ont fait leurs meilleurs films, Le Corps de mon ennemi et Mort d’un pourri.

ÉLÉMENTS. Nouvelle Vague ou arriùre-garde ?
NICOLAS GAUTHIER : La Nouvelle vague, comme disait Michel Audiard, Ă©tait plus « vague » que « nouvelle ». C’est peut-ĂȘtre pour ça qu’elle a si mal vieilli. D’ailleurs, sous ce vocable, on met Ă  peu prĂšs tout et n’importe quoi, Rohmer et Truffaut, Rivette et Chabrol
 J’ai Ă©tĂ© trĂšs liĂ© avec Claude Autant-Lara, considĂ©rĂ© comme Ă©tant d’arriĂšre-garde, alors qu’il a fait de la Nouvelle Vague avant tout le monde : il n’a attendu personne et surtout pas Godard pour tourner en extĂ©rieur. Il me disait qu’il n’avait jamais rien eu contre ces trublions, mais qu’il ne comprenait pas la haine que sa gĂ©nĂ©ration avait pu leur inspirer, estimant qu’ils auraient trĂšs bien pu faire leur cinĂ©ma sans cracher sur celui de leurs aĂźnĂ©s. Avec vos complices Eysseric et Lusinchi, vous dirigez dĂ©sormais ÉlĂ©ments. J’ose imaginer que vous le faites dans un esprit de filiation et non point de rupture avec ceux qui vous ont prĂ©cĂ©dĂ©s


ÉLÉMENTS. ChĂ©rissez-vous les nanars ou, sans pitiĂ©, les rejetez-vous ?
NICOLAS GAUTHIER : Le nanar toujours tu chĂ©riras. Parce que la maigreur des moyens y est souvent compensĂ©e par un surcroĂźt d’imagination, ce que ne peuvent se permettre des cinĂ©astes dirigeant des films Ă  gros budget et qui ne peuvent se rendre aux ouatĂšres sans la permission des producteurs. Le vrai nanar, tournĂ© avec des bouts de ficelle, est sans prĂ©tention, au contraire du nanar de luxe, type Gladiator ou Inglorious Basterds. Ainsi, serai-je toujours du cĂŽtĂ© de Jean Rollin et de Mario Bava contre celui de Ridley Scott et de Quentin Tarentino.

Propos recueillis par François Bousquet.

(entretien publiĂ© sur le site de la revue ÉlĂ©ments).

Valeurs actuelles Delon Blemondo

Pour commander le numéro exceptionnel de Valeurs actuelles, cliquez ici.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99