20 décembre 2016

Une des raisons de la victoire de François Fillon lors des primaires

Par Philippe Delbauvre

 

L’expérience, en matière politique, comme dans la plupart des disciplines, est un atout marquant. Bien souvent, les journalistes énoncent bêtises sur bêtises et sont malheureusement le plus souvent écoutés par beaucoup, justement parce que, bien à tort, ils sont pris au sérieux.

Là où quelqu’un de jeune, qui n’a pas d’expérience donc, se forge un avis en quêtant les informations d’où qu’elles viennent, l’homme mûr, a fortiori la personne âgée, se remémore son passé, riche de souvenirs.

Qui a beaucoup d’expérience sait que le fait pour un candidat d’être donné pour favori longtemps avant l’échéance électorale est, le plus souvent, davantage un inconvénient qu’un avantage. Il finit donc par s’essouffler sur le long terme. De surcroît, dans la société zapping, marquée donc par l’immédiateté, l’omniprésence du candidat favori dans les médias finit par lasser le grand public, à moyen et à long terme, public toujours avide de nouveauté.

Voilà en partie le pourquoi de la dégringolade de Juppé. Encore une fois, c’était donc prévisible. Peu importe que ce soit Fillon ou un autre : l’importance était aux yeux du corps électoral qu’un nouvel homme que celui qui, en quelque sorte lui était imposé, advienne.

Mais il est aussi une autre raison quant à l’échec d’Alain Juppé. Il est d’ordre stratégique. Alain Juppé, on s’en souvient, a effectué une campagne de second tour de présidentielle, alors même qu’il postulait pour la primaire de la droite (beaucoup) et du centre (un peu). Dans de telles conditions, pas surprenant que Juppé ait eu la cote chez tant de Français alors même que la majorité d’entre eux n’ont pas voté.

L’électorat qui a voté lors de cette primaire attendait lui, un discours de droite (beaucoup) et du centre (un peu). C’est très exactement ce que François Fillon lui a offert.

D’où sa victoire.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Partager :