18 février 2020

En Suède, on « survit ensemble » aussi !

Par Philippe Randa

France culture le confirme : « (En Suède), vous avez un modèle que toute l’Europe envie pour son système social universaliste, efficace et généreux, son insertion réussie dans la mondialisation, son niveau de vie bien supérieur au nôtre, etc., etc., Mais le malaise social se traduit par une instabilité politique nouvelle. »

Devinez pourquoi ? Un correspondant francophone nous a aimablement traduit des passages pour le moins explicites d’Aftonbladet, journal de tendance social-démocrate :

« La police et d’autres autorités sont surprises sur le développement des explosions dans le pays. Le Conseil de prévention du crime, Brå, montre que 257 cas de destruction générale ont été signalés par explosion – y compris la préparation au crime – en 2019. En 2018, il y avait eu 162 cas tout au long de l’année (…) des grenades à main étaient utilisées. Nous voyons maintenant l’utilisation de charges artisanales à la place des armes dans les conflits… »

Suede delinquance

« Linköping le 7 juin de cette année, 9h30 du matin, une charge explosive s’est fait entendre dans toute la ville. Selon l’enquête, elle se situait entre 15 et 20 kilogrammes d’explosifs dans une bicyclette placée à l’extérieur de la maison. L’explosion a été si puissante que même les maisons voisines ont subi de graves dommages. Une douzaine de personnes ont été blessées, mais par miracle personne n’a été tué. »

« 2020 a également commencé avec des explosions notables, y compris à Stockholm. À la mi-janvier, une explosion s’est produite à Östermalm et la semaine suivante, deux explosions ont eu lieu la même nuit à Kista et Husby. »

« Plus de 300 tirs par les armes à feu : 45 morts. 135 blessés. Voilà à quoi ressemble la violence suédoise par les armes à feu pour 2018, selon les dernières statistiques de la police. Une tendance alarmante est que les fusillades touchent désormais des villes encore plus petites.

En 2019, 320 tirs par les armes à feu ont eu lieu en Suède : 41 personnes sont décédées » (6 janvier 2020).

« Le nombre de viols signalés – 8 350 – a augmenté de 6 % en 2019,

Celui de vols qualifiés enregistrés en 2019 est de 7 640 ; une augmentation de 12 %. La plus grande augmentation de vols qualifiés (587) est contre des enfants, soit + 31 %.

Les délits de maltraitance ont légèrement augmenté (+ 2 %) au cours de l’année, pour un total de 83 900 en 2019. Même en ce qui concerne les signalements de violence, ce sont les délits contre les enfants qui ont le plus augmenté » (16 janvier 2020).

Ceux extraits de Friatider, de tendance plus conservatrice, sont tout aussi révélateurs :

« En 2016, 1 178 vols personnels avaient été signalés contre des enfants ; en 2019, ils grimpent à 2 484 vols.

Dans le même temps, le chef de la police est “étonné” de la gravité du rapport, notamment des violences directes, des coupures de couteau, des coups de pied et des menaces de mort ainsi que des blessures psychologiques subies par les enfants. »

Mais lorsqu’on interroge Max Åkerwall, chef de la zone de police locale de Södertälje, sur la raison des vols à Stockholm qui augmentent ainsi, il en impute la responsabilité… à la Suède et non aux auteurs eux-mêmes ! Quant à l’immigration incontrôlée… hein ? Quoi ?

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99