10 septembre 2017

L’écriture inclusive : nouvelle dinguerie féministe à la mode

Par Philippe Randa

Jean-Michel Blanquer, sitôt nommé ministre de l’Éducation nationale, a signé l’arrêt de mort – du moins, on espère – de l’apprentissage de la lecture par la méthode globale. On attend désormais sa réaction concernant « une nouvelle orthographe censée rendre notre langue moins sexiste », soit « l’écriture inclusive » !

À en croire le journaliste Vincent Matalon, de Francetvinfo, c’est la nouvelle-idée-qu’elle-est-bonne que les antiféministes adorent détester. S’il le dit ! Ne boudons pas notre plaisir et découvrons de quoi il s’agit.

écriture inclusive 

« Cette méthode d’écriture vise à adopter une grammaire et une typographie qui rendent les femmes plus visibles dans notre langue », écrit-il. Exemple donné : « Les Français·es sont divisé·es »… Et cette méthode-là, tiens donc ! « provoque(rait) des débats enfiévrés sur les réseaux sociaux »… Allons bon ! On a du mal à le croire…

Pour preuve, suite à un article des Échos consacrée à la singerie en question, des messages aussi lapidaires que ceux-ci sont allègrement relayés : « Souiller la langue française avec ce genre d’inepties pour incultes ne sauvera pas les femmes du harcèlement de rue ou de l’excision ! » ; « Les poèmes de Musset et de Hugo auraient été be·lles·aux écrits comme ça… Bande d’abrutis. »

On notera que le point de séparation utilisé n’est pas le point habituel, mais un signe distinct (au milieu de la ligne et non en bas de celle-ci) qu’on obtient sur clavier en tapant Alt+0183 sur Windows ou Alt+Maj+F sur Mac : c’est beau le progrès !

Toutefois, vu le niveau en orthographe de nos chères têtes de moins en moins blondes – et parfois plus encore de leurs professeurs –, si l’écriture inclusive était adoptée, tout porte à croire qu’elle connaîtrait le même mauvais sort que l’orthographe (encore) imposé par l’Académie française…

 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.