16 février 2020

L’affaire Gabriel Matzneff : pas un scandale, une chasse à l’homme…

Par Philippe Randa

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres pour le site Synthèse natitonale)

« Certains même doivent applaudir ses éditeurs
– parmi les plus prestigieux de France –
qui, du jour au lendemain,
semblent découvrir ce qu’ils ont imprimés et diffusés :
Oh zut ! la boulette… »

Gabriel Matzneff.

Gabriel Matzneff.

Que vous inspire le scandale autour de l’écrivain Gabriel Matzneff ?

Soyons précis : ce n’est pas un scandale, mais une chasse à l’homme… Cela aurait été un scandale si on avait « découvert » que Gabriel Matzneff est pédophile, qu’il était passé à l’acte et avait tout fait pour le dissimuler comme c’est en général (toujours ?) le cas avec les prédateurs sexuels ; en ce qu’il le concerne, c’est exactement le contraire : cela fait plus d’un demi-siècle que non seulement il défend, à qui veut le publier ou l’inviter à s’exprimer, sa conception de l’amour – autant sentimentale que physique – avec les « moins de seize ans » ; jusqu’à en avoir fait le titre, pour le moins explicite, d’un de ses livres.

Les moins de seize ans,  Gabriel Matzneff (paru en 1974 chez Julliard).

Les moins de seize ans, Gabriel Matzneff (paru en 1974 chez Julliard).

Comment expliquez-vous qu’au vu et au su de tous, Gabriel Matzneff ait ainsi bénéficié d’une totale impunité ?

Pour s’exprimer ? Mais, après les événements de Mai 68, aucun média d’importance, aucun intellectuel ou auto-proclamé tel, aucun artiste, aucun acteur politique n’aurait pris le risque de s’offusquer des livres de Gabriel Matzneff ou de ses invitations à s’exprimer sur les plateaux télés ou sur les ondes des radios… Il est tout de même effarant de voir les mêmes qui continuent de glorifier la chienlit de Mai 68 s’offusquer brusquement d’une des conséquences les plus officiellement « appréciée » de celle-ci : le vagabondage sexuel, sous toutes ses déclinaisons… Oublie-t-on les slogans ineptes en vogue alors et devant lesquels beaucoup se pâment toujours, tels « il est interdit d’interdire » ou encore « Jouissez sans entraves »… Condamner les livres de Gabriel Matzneff ou ne serait-ce que suggérer d’en interdire la publication vous aurait fait clouer au pilori… comme aujourd’hui on le cloue, lui !

Les livres de Gabriel Matzneff ne sont pas encore interdits, mais déjà retirés de la vente par ses éditeurs…

Et personne n’y trouve rien à redire ! Certains même doivent applaudir ses éditeurs – parmi les plus prestigieux de France – qui, du jour au lendemain, semblent découvrir ce qu’ils ont imprimés et diffusés (Oh zut ! la boulette…) Va-t-on voir organiser des autodaffés des livres de Gabriel Matzneff en place publique comme ceux organisés avant-guerre en Allemagne par les sections d’assaut du NSDAP avec les livres des auteurs juifs ? Et sans que personne ne s’en indigne de peur d’être à son tour cloué au pilori ?

Vous trouveriez normal que ses livres continuent à être diffusés ?

Si Gabriel Matzneff a trouvé tant d’éditeurs et durant si longtemps, c’est qu’il a existé, qu’il existe et existera toujours un public important pour le lire… C’est même quelque part, et même s’il ne s’y attendait pas et si cela lui pose sans doute des soucis certains dans sa vie quotidienne, une consécration de son œuvre littéraire : les auteurs consensuels passent rarement à la postérité. Du marquis de Sade à Oscar Wilde, ils sont légions à avoir connus les persécutions policières et judiciaires pour leurs écrits… qui ont été interdits eux aussi, en leur temps, après avoir déclenchés de terribles scandales dans l’Opinion publique qui s’en est tant repûs, puis tant offusqués… Tout change pour que rien ne change, constat connu !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99