« La femme est l’avenir de l’homme », proclame le poĂšte. Il ignorait qu’elle serait d’abord un auxiliaire zĂ©lĂ© du transgĂ©nĂ©risme. Le SystĂšme cosmopolite d’occupation mentale cĂ©lĂšbre en effet des personnalitĂ©s fĂ©minines qui rejettent toutes un soi-disant « patriarcat hĂ©tĂ©ronormĂ© non racisé » selon la novlangue inclusive officielle.

La Coupe du Monde fĂ©minine de football qui se tenait en France a portĂ© au pinacle l’Étatsunienne Megan Rapinoe. ÂgĂ©e de 34 ans, la championne olympique en 2012 et double championne du monde en 2015 et en 2019 profite de son indĂ©niable notoriĂ©tĂ© sportive pour prendre des positions politiques extrĂ©mistes et souvent haineuses. Elle s’indigne d’éventuelles violences policiĂšres Ă  l’encontre des Noirs d’AmĂ©rique, conteste la prĂ©sidence de Donald Trump et refuse d’aller Ă  la Maison Blanche qu’elle qualifie de « putain ». Les autoritĂ©s du soccer ne bougent pas ! En revanche, elles sanctionnent lourdement Lionel Messi qui ose dĂ©noncer leur profonde corruption. Éternel « deux poids deux mesures » !

Outre ses sorties polĂ©miques, Rapinoe ravit les gazettes parce qu’elle Ă©tale en place publique sa vie privĂ©e tumultueuse. Compagne successive de la joueuse australienne de foot Sarah Walsh, puis de la chanteuse Ă©tatsunienne Sera Cahoone et, maintenant, de la basketteuse israĂ©lo-Ă©tatsunienne Sue Bird, elle oublie que sans son rĂ©el talent de balle au pied, son opinion ne vaudrait pas plus que celle d’un modeste balayeur du Middle West. À l’approche de la prĂ©sidentielle de 2020, Megan Rapinoe reprĂ©sente toute l’hostilitĂ©, l’agressivitĂ© et la hargne d’une certaine AmĂ©rique progressiste contre l’actuel prĂ©sident des États-Unis.

Sera Cahoone.

Sera Cahoone.

Carola Rackete est la deuxiĂšme Ă©gĂ©rie mĂ©diatique de cet Ă©tĂ©. La capitaine d’un navire de l’ONG allemande pro-immigration Sea Watch viole dans la nuit du 28 au 29 juin dernier les eaux territoriales italiennes et accoste illĂ©galement dans le port de Lampedusa. ArrĂȘtĂ©e, elle bĂ©nĂ©ficie de la complaisance d’une magistrate qui ordonne sa libĂ©ration. Cette connivence n’empĂȘche pas son aura mĂ©diatique de s’accroĂźtre. La mairie de Paris lui dĂ©cernera sous peu une mĂ©daille Grand Vermeil en soutien aux « femmes et hommes qui Ɠuvrent au sauvetage des migrants au quotidien. »

Qu’on ne se mĂ©prenne pas, Carola Rackete qui n’a que 31 ans ne recevra pas de carte Vermeille ! Elle sera honorĂ©e parce qu’elle sauve de la noyade des mĂ©decins, des ingĂ©nieurs nuclĂ©aires, des informaticiens, des MoliĂšre et d’autres Pythagore en puissance originaires d’ÉrythrĂ©e, du NigĂ©ria et du Mali. Son activisme intense lui permet en tout cas d’échapper Ă  l’accusation infamante d’« appropriation culturelle », elle qui porte des cheveux en dreadlocks ! En d’autres temps, cette diplĂŽmĂ©e de Kiel aurait volontiers Ă©tĂ© tondue par quelques Albo-EuropĂ©ens exaspĂ©rĂ©s par sa naĂŻvetĂ© caritative nĂ©o-coloniale.

Le 23 juillet dernier, jour oĂč l’AssemblĂ©e nationale ratifiait l’abject CETA, le traitĂ© de libre-Ă©change entre le Canada et l’Union dite europĂ©enne, des dĂ©putĂ©s reçurent la SuĂ©doise de 16 ans, Greta Thunberg. Cette autiste au mutisme sĂ©lectif a lancĂ© Ă  la RentrĂ©e 2018 chaque vendredi une « grĂšve scolaire pour le climat ». Promue figure de proue du mondialisme vert, cette adolescente dĂ©scolarisĂ©e bĂ©nĂ©ficie du soutien inconditionnel des mĂ©dias. InvitĂ©e au Forum de Davos, puis Ă  la COP 24, elle reçoit de l’universitĂ© de Mons la distinction de docteur honoris causa. DieudonnĂ©, Boris Le Lay et Pierre Jovanovic attendent toujours la moindre reconnaissance officielle.

La prĂ©sence de « Ceta » Thunberg au Palais Bourbon a suscitĂ© le mĂ©contentement de quelques rares dĂ©putĂ©s Les RĂ©publicains et RN qui rappellent que cette demoiselle ne dispose d’aucune lĂ©gitimitĂ© politique. Pourquoi Priscillia Ludosky, Éric Drouet, JĂ©rĂŽme Rodrigues et Maxime Nicolle ne pourraient-ils pas eux aussi s’exprimer devant la supposĂ©e reprĂ©sentation nationale ? Ils sont bien plus lĂ©gitimes qu’une gamine en pleine crise d’adolescence


Greta incite les jeunes Ă  ne plus aller Ă  l’école. TrĂšs bien s’ils suivent son conseil. Les lycĂ©ens s’absentent volontiers d’établissements qui leur inculquent les funestes valeurs des droits de l’homme, de la ModernitĂ© et de la RĂ©publique. En revanche, son appel Ă  sauver le monde qui, par Ă©ruptions volcaniques, sĂ©ismes et tsunamis interposĂ©s, se rĂ©volte dĂ©jĂ  contre l’emprise humaine ne sert Ă  rien si on n’impose pas au plus vite une dĂ©croissance Ă©conomique au Nord et une stricte dĂ©croissance dĂ©mographique au Sud. Le jour oĂč la demoiselle suĂ©doise tiendra ce raisonnement vraiment radical, gageons qu’elle sera immĂ©diatement marginalisĂ©e. Ce ne sera pas grave puisque ses deux consƓurs en faux vedettariat, les « mamies » Rapinoe et Rackete, la remplaceront sans problĂšme !

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99